Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Jean Castex ou la transition écologique par l'industrie et les territoires

Le chef du Gouvernement a présenté sa déclaration de politique générale devant les députés. 20 Md€ du plan de relance seront attribués à la transition écologique qui passera par une transformation de l'appareil productif et par les territoires.

Gouvernance  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com
Jean Castex ou la transition écologique par l'industrie et les territoires

Le plan de relance, qui sera présenté « tout début septembre » et sera doté de 100 milliards d'euros (Md€), concernera tous les grands secteurs économiques et tous les territoires. Sur cette enveloppe, 20 Md€ seront consacrés à la rénovation thermique des bâtiments, à la baisse des émissions du transport et de l'industrie, à la production locale et durable, ainsi qu'aux technologies vertes, a indiqué Jean Castex.

Ce dernier a annoncé une transformation de l'appareil productif permettant de réduire la dépendance de la France, de même qu'une accélération de la numérisation. « Nous ferons de l'économie française l'économie la plus décarbonée d'Europe », a-t-il assuré. Pour le chef du Gouvernement, l'écologie est le moyen de redevenir une grande nation industrielle.

« Je crois à la croissance écologique, pas à la décroissance verte », a asséné le Premier ministre, estimant que l'écologie n'était pas l'apanage d'une génération, d'une classe sociale, des quartiers de certaines villes ou d'un parti. « Nous ne parviendrons pas à engager un tournant écologique en opposant les écologistes alors qu'il nous faut rassembler pour le climat », rétorquent les députés du groupe Écologie Démocratie Solidarité (EDS). « Engager avec sincérité et réalité la lutte contre le réchauffement climatique suppose de reconnaître que notre manière de produire et de consommer est la première cause de la catastrophe climatique et écologique qui s'annonce », estime de son côté Génération.s, le mouvement fondé par Benoît Hamon.

Les territoires, leviers du sursaut collectif

 
Je crois à la croissance écologique, pas à la décroissance verte  
Jean Castex
 
Jean Castex veut faire des territoires « le levier du sursaut collectif ». Pour cela, il annonce une nouvelle étape dans la décentralisation ainsi qu'une évolution profonde dans l'organisation interne de l'État, mettant en exergue le couple « maire - préfet de département ». Les créations d'emploi autorisées dans le projet de loi de finances pour 2021 seront toutes affectées aux services départementaux de l'État et non en administrations centrales. Afin de retrouver une capacité « à nous projeter dans le long terme », le chef du Gouvernement a également annoncé la création rapide d'un Commissariat général au plan.

D'ici la fin de l'année prochaine, tous les territoires devront être dotés de contrats de développement écologique avec des plans d'action « concrets, chiffrés, mesurables », qu'il s'agisse de lutte contre l'artificialisation des sols, d'installation de toitures photovoltaïques, de lutte contre le gaspillage, d'économie d'eau et d'énergie, ou encore de nettoyage de rivières. L'État jouera le rôle de « partenaire et financeur ».

   
   
Le plan de relance passera aussi par la modernisation des réseaux d'eau et d'assainissement. En matière de transport, le chef du Gouvernement a confirmé les déclarations d'Emmanuel Macron, prononcées la veille, sur la sauvegarde des petites lignes ferroviaires. Il a également affiché une ferme ambition du Gouvernement sur le plan vélo, passant par une contractualisation avec les collectivités territoriales afin de développer les infrastructures et le vélo électrique. Le locataire de Matignon a aussi annoncé la régulation de la publicité afin de réduire les incitations à consommer des produits polluants. Il a confirmé un moratoire sur l'installation de centres commerciaux dans les zones périphériques, l'une des 146 propositions de la Convention citoyenne pour le climat qu'avait fait siennes Emmanuel Macron.

Le Premier ministre a indiqué que le projet de loi spécifique reprenant les propositions de cette instance serait soumis à la concertation à l'automne. « Il a en réalité renvoyé l'adoption sans filtre de l'ensemble des mesures à plus tard, en ouvrant une nouvelle période de concertations. Une manière de multiplier les entractes au lieu de passer aux actes », estime Clément Sénéchal, porte-parole de Greenpeace France.

Jean Castex affiche pourtant l'ambition de tirer les leçons de la réussite de cette démarche citoyenne en mettant au programme du Gouvernement la transformation du Conseil économique, social et environnemental (Cese) en Conseil national de la participation citoyenne, affirmant ainsi sa volonté de concilier démocratie directe et démocratie représentative.

Réactions26 réactions à cet article

 

pesticides , pollution atmosphérique , bruit , pollution eau etc tout ça c'est optionnel?

PVN | 16 juillet 2020 à 08h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La politique de LREM en matière d'agriculture est basée sur les trilliards de dollars a se partager, je cite : "Si l'on veut rendre service à l'agriculture française, alors il est urgent de s'intéresser à l'agriculture cellulaire et en particulier à la viande de culture. Cette nouvelle industrie qui a obtenu le soutien de milliardaires tels que Bill Gates, Richard Branson ou Sergey Brin, de fondations et de fonds d'investissement, qu'attend la France pour s'emparer de ce sujet?" ( Ce n’est pas innocent et c’est même assez ironique de voir que des activistes souvent issus de l’extrême gauche et de l'écologie servent « d’idiots utiles » au capitalisme américain. (ndlr) )
"Les biotechnologies, s'affranchissent des animaux, transforme les abattoirs en laboratoires et les agriculteurs en ingénieurs". (qu'il le veuillent ou le peuvent ou non on ne leur demande pas leur avis (ndlr)).
Et de conclure : "Ce n'est pas faire le jeu des animalistes radicaux et de l'"agri-bashing" que d'aborder ce sujet. Ce n'est certainement pas non plus faire offense à nos paysans. C'est au contraire leur rendre service" (en les faisant disparaître (ndlr)), "en préparant un avenir qui, au regard des forces en présence, attirées par la taille d'un marché mondial de la viande estimé à plus de 300 MILLIARDS DE DOLLARS, (vous avez compris? tout le monde qu service de la finance capitaliste (ndlr)) semble inéluctable."

ouragan | 16 juillet 2020 à 09h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ce vieux « routard » de Castex a su virer  Marc Guillaume, qualifié par certains de "Premier ministre bis" depuis 2015, ça laisse un peu d’espoir.

Mais il n’a rien compris pour ce qui est de mettre en œuvre une stratégie aussi dérangeante que réaliste.

« Je crois à la croissance écologique, pas à la décroissance verte ». Il ignore donc que la planète a des ressources finies ?

« Développement durable », c’est une malheureuse formulation à oublier. Ce dont nos jeunes générations et les prochaines ont besoin c’est une évolution éthico-enviro-soutenable ; ce qui suppose des écolos pas égolos et l’impossibilité de solliciter un renouvellement d’un même mandat politique ou un autre. Nul n’est indispensable et irremplaçable.

Çà suppose aussi d’utiliser les justes mots pour les justes choses. Un bête contre-exemple de notre quotidien actuel, le lamentable grégaire et moutonnier « Distanciation sociale ».

Alors que toutes deux nécessiterait une culture basée sur des infos contradictoires et un altruisme optimal, directe ou représentative, la démocratie est un mythe, et la majorité des écoles, comme des université, n’y prépare pas.

Toutefois il n’est pas interdit d’espérer … réalistement.

Sagecol | 16 juillet 2020 à 09h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il faut avouer que c'est triste de trouver la France après ~ 60 ans de manque de bon sens, la on piaille pour l'isolation thermique, que faisions nous avant?
La majorité des maisons étaient sans étages, orientées plein sud et les remises derrière, une simple cuisinière à bois chauffait toute la maison.
Que fait'on maintenant?
Il y a encore des maisons à étages orientées est ouest en construction , on gaspillera toujours pour chauffer ou rafraichir (clims) et les panneaux solaires on les met ou?
Faudrait commencer par les démolir et poursuivre l'architecte pour payer les travaux, ou on joue l'écologie ou on la joue pas!

pemmore | 16 juillet 2020 à 10h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

à Pemmore
moi je suis architecte, et j'ai commencé mes études il y a 45 ans par la qualité environnementale, le bioclimatisme, et l'architecture solaire. Et aujourd'hui je continue, fort d'une certaine demande spécifique aux architectes.
alors, je vous prie de ... au moins tourner 7 fois votre langue dans votre... ou de vous renseigner ...

PhR05 | 16 juillet 2020 à 14h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@PhR05
Juste dire les anciens en Sarthe ou en Vendée optimisaient la construction de leur maison pour chauffer à minima et ce savoir a été perdu, et ces maisons maintenant ont la chance en plus de pouvoir poser des panneaux solaires.
Mes grands-parents faisaient leur année à st Hilaire de Riez avec 300l de fuel cuisine comprise, la voisine en hiver sa cuisinière ne servait pas le jour.
Vous croyez que dans 30/40 ans votre isolation sera encore efficace?
Dans la maison du fils (location) tout a été bouffé par les rats, les fenêtres ferment plus, le mec s'est ruiné pour rien.
Le polyester ça tient du gadjet.

pemmore | 16 juillet 2020 à 14h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La croissance écologique, ça n'existe pas, et notre cher premier ministre va vite s'en rendre compte!

gaïa94 | 16 juillet 2020 à 16h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"Nous ferons de l'économie française l'économie la plus décarbonée d'Europe". Notre nouveau premier ministre commence mal, en nous sortant ce genre de contre-vérité. En effet, elle est déjà l'une des plus décarbonée d'Europe (avec la Suède et la Norvège), grâce au nucléaire et à l'hydraulique. Et donc, engager des dépenses folles pour la décarboner davantage (alors qu’elle n’émet que 0,9% du total des émissions mondiales de CO2), cela confirme l’incompétence de nos gouvernants. Et leur incohérence, car la PPE prévoir de développer manu militari les EnR intermittentes et fatales, aux mauvais bilans carbone (il faut des centrales thermiques à flamme pour gérer l’intermittence) et en réduisant le nucléaire au bilan carbone particulièrement vertueux.

jipebe29 | 17 juillet 2020 à 11h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@jipebe29
La France est le pays le plus décarboné du monde parce qu'elle fait tout fabriquer dans des pays qu'elle montre du doigt comme étant des pays pollueurs.

ouragan | 17 juillet 2020 à 14h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C’est quoi cette fable de la croissance verte ? L’écologie est incompatible avec le développement industriel et aussi le social. L’écologie, ce sont des normes, des taxes et des règlements contraignants. Il est inacceptable que Jean Castex ne le sache pas.

jipebe29 | 17 juillet 2020 à 14h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La Convention Climat ? Du grand n’importe quoi ! Tout d’abord, 150 personnes tirées au sort de manière opaque ne peuvent être un échantillon représentatif de la société française. Il faudrait un groupe d’au moins 1000 personnes, sélectionnées selon les procédures de représentativité des divers courants et des divers types de population. Ensuite, les mesures proposées sont éco-marxistes, donc liberticides et autoritaires : contraindre, obliger, interdire, limiter, taxer tous azimuts, sans aucune analyse sur les conséquences sociales, économiques et financières. Il ne faut pas s’en étonner, car le comité de gouvernance est composé pour l’essentiel d’écologistes marxistes décroissantistes et il a commencé par conditionner les 150 pour qu’ils deviennent de gentils petits khmers verts et rouges. Enfin comble de l’absurde, cette convention était censée travailler également sur l’énergie, mais elle ne l’a pas fait. Ce qui se comprend car, sournoisement, Mme Borne avait signé le décret sur la PPE, sans se préoccuper des travaux de la Convention climat.

jipebe29 | 17 juillet 2020 à 14h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Euuuuh! Je suis écolo mais je ne me sens pas marxiste!Pour le moment l'application des théories marxistes dans le monde a conduit au productivisme...où est l'écologie là dedans? Il ne faut pas tout confondre et faire des amalgames un peu faciles pour faire peur au bourgeois, et justement les bourgeois n'ont pas peur de l'écologie!

gaïa94 | 18 juillet 2020 à 23h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@gaia94 Les bourgeois roulent en voiture de luxe et autres suv carboniques, utilisent un max l'avion, font du tourisme chez les indigènes et montent sur les éléphants martyrisés, et ils ont peur qu'on leur interdise toutes ces gourmandises crées pour leur classe sociale. Alors pour faire le change il sponsorise l'écologie mais plutôt l'écologie des petits gestes en espérant conserver ses avantages destructeurs, anti sociaux et capitalistes.
La bourgeoisie conduit souvent au fascisme et l’écologie prend ses racines dans le fascisme : Quand les lois sont dictées par et pour la nature, il reste peu de place à l'humanité, encore moins à l'individu.

ouragan | 19 juillet 2020 à 21h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

ouragan: dans la grosse caricature comme dab!Voulez-vous dire que les pauvres ne roulent pas en diesel ? Ne se chauffent pas au fioul? Ne mangent que du bio,ne vont jamais dans les fast-foods consommer des denrées issues du productivisme? Trient tous leurs déchets et ne jettent jamais rien par la portière? N'utilisent pas de vols charters gérés par du personnel exploité? Que ce ne sont pas eux qui voyagent dans ces immeubles flottants qui bradent leurs places et débarquent les foules par milliers dans les ports mondialisés? Si je vous comprends bien, ces mêmes pauvres gens vertueux ont certainement aussi les moyens de faire isoler leur logement pour se chauffer moins, n'habitent pas dans des HLM passoires, etc... non ? Je me demande pourquoi je vous réponds d'ailleurs tellement votre propos manque d'analyse, vous êtes dans l'idéologie donc sans discernement.

gaïa94 | 20 juillet 2020 à 14h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est vrai qu'on se lance dans un projet qui ne nous concerne pas, déjà un des plus faibles en impact carbone des pays industrialisés intra muros, mais avec les dom-tom et l'espace maritime immense nous pourrions revendre des droits à polluer.
Même si le captage du carbone est faible en mer, il n'est pas négligeable entre algues et plancton.
On ferait mieux de dire regardez-nous et faites comme nous.

pemmore | 20 juillet 2020 à 17h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ gaia Ha les pauvres et oui ils roulent en diesel parce que les bourgeois leur ont fabriqués des véhicules pour pouvoir s’enrichir. Mais moins que les riches car les pauvres ils ont des 106 diesel et les riches de bmw ou mercedes diesel 6 ou 12 cylindres.
En général ceux qui trient les déchets sont altruiste ce qui n'est pas la caractéristique des bourgeois. A ma connaissance, aucune étude n’a été réalisée sur les représentations sociales du tri sélectif, mais bon puisque vous parlez de caricature et d'idéologie vous êtes pile dans le sujet ...
Dans l’idéologie il faut bien faire comprendre que ce sont les bourgeois qui proposent toutes ces activités aux pauvres en employant des esclaves et en détournant les lois en inscrivant leur bateaux de croisière dans des paradis fiscaux.
Allons Allons Gaia question idéologie et caricature vous êtes imbattable! Vous avez bien fait de me répondre.

ouragan | 20 juillet 2020 à 21h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ pemmore Faites comme nous importez tous vos produits de pays esclavagistes et dites leur faite comme nous on ne pollue pas sur place, on pollue chez vous!
Votre raisonnement est n droite ligne avec les idiots utile dont je parlais plus haut!

ouragan | 20 juillet 2020 à 21h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Achetez français n'est pas à la portée de ceux qui ont de la misère à joindre les deux bouts. or ils sont majoritaires.

Achetez français, c'est augmenter les rentrées de TVA de Bercy où sont censés travailler un nombre impressionnant de cadres plus ou moins utiles scandaleusement surpayés

Si on réduisait leur salaire, on pourrait baisser les prix des produits français. Mais il ne faut pas compter pour çà sur des très coûteux cabinets ministériels en surnombre.

Les privilégiés protègent les privilégiés.

Sagecol | 21 juillet 2020 à 08h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Ouragan,
Je reconnais avec la plus grande mauvaise foi le bon état écologique de la France qui est du à un heureux hasard.
1945 la guerre est finie, nos mines de charbon surexploitées sont à la fin et on va dépendre de l'étranger, heureusement le général De Gaulle un grand visionnaire aidé de Raoul Dautry, un homme tout aussi exceptionnel décide la construction des barrages hydroélectriques de montagne et les centrales atomiques.
Il préparaient la France de leurs arrières petits enfants, donc la notre. Evidement pour les autres Européens ça n'a aucune raison d'éxister.
Notre pays sera agricole ou ne sera pas, se pose la question est-ce que notre devoir n'est pas de fournir de quoi manger aux autres peuples directement ou indirectement, et acheter ce qu'ils produisent avec leurs "esclaves", (visiblement vous n'avez jamais travaillé en usine ou en abattoir à la chaîne et une production à tenir, moi j'ai donné pour 470 francs par mois (80€),
La notion de travailler très dur pour au fond du compte nourrir les autres peuples est une notion abscons des écolos.

pemmore | 21 juillet 2020 à 12h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

à Penmore :
1- "les anciens optimisaient la construction de leur maison pour chauffer à minima et ce savoir a été perdu" : vous vivez dans quelle planète ? c'est la base de l'architecture vernaculaire et c'est U-NI-VER-SEL !
2-"avec 300l de fuel cuisine comprise" C'EST UN SCANDAAAAALE !
3-"dans 30/40 ans votre isolation sera encore efficace ?" oui, parce que j'ai mis de la laine de bois !
4-"Dans la maison du fils (location) tout a été bouffé par les rats, les fenêtres ferment plus, le mec s'est ruiné pour rien" oui mais ... c'est le crédit qu'est cher ... c'est pas la maison ! - ah bon, tu m'rassures ...
5 "Le polyester ça tient du gadjet" : esato ! enfin une certitude ...
6 "visiblement vous n'avez jamais travaillé en usine ou en abattoir à la chaîne et une production à tenir, moi j'ai donné pour 470 francs par mois" : chacun sa croix, c'est pas l'goulag, t'avais qu'à créer ton entreprise, on est pas à la CGT !
7 "La notion de travailler très dur pour au fond du compte nourrir les autres peuples est une notion abscons des écolos" : quelle synthèse lumineuse ... on croirait du ... G.MARCHAIS en réponse à DUHAMEL !

PhR05 | 21 juillet 2020 à 13h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

PhR05 c'est rare mais de temps en temps il y a des remise à l'heure qui font plaisir à lire.
@ Penmore : Quand j'ai cité les esclaves qui produisent pour nous nourrir, pour nous habiller et pour la quasi totalité de ce nous achetons en polluant et détruisant contraint et forcé leurs terres, je peux vous confirmer qu'ils adoreraient travailler en usine ou en abattoir à la chaîne et avoir une production à tenir pendant que leurs enfants iraient à l'école. Parce que aujourd'hui leurs enfants travaillent aussi 12h par jour pour que nous puissions nous vanter d’être "neutre carbone".
Si nos civilisations à l’occidentale quelle soient capitalistes, communistes, socialistes et pire écologistes disparaissent tous ces esclaves se retrouveraient libre.
Quand à moi je suis éleveur alors travailler très dur pour nourrir les autres je connais mais j'ai choisi! (Au passage j'en profite pour dire que je n'élève pas pour nourrir le loup mais les hommes. C'est la seule condition pour élever des animaux dans le respect, la proximité, la durabilité et proposer des produits de qualité.)

ouragan | 21 juillet 2020 à 23h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

ouragan , les pauvres ont toujours le choix.Dans ma famille mes grands mères très pauvres voire misérable, pour l'une d'elles, ont toujours privilégié des biens de consommation français et nourrissaient leur famille avec attention. Elles se privaient pour y arriver et ne cherchaient pas à accumuler des biens qui ne servent à rien juste pour le plaisir de paraître, c'est tout.Vous avez une vision complètement ridicule et arriérée des personnes qui ont de l'argent, c'est à pleurer de rire; et c'est avec des discours comme celui là que vous pensez changer le monde? Vous êtes jaloux , voilà l'évidence.

gaïa94 | 31 juillet 2020 à 19h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bravo Gaia, vous féliciterez votre grand mère si elle est toujours de ce monde. Figurez vous que la mienne aussi privilégiait les biens de consommation français d'autant qu'il n"y avait rien d'autre d'accessible surtout dans les campagnes et encore moins pour les petites bourses. Elle se privait aussi et n'a jamais accumulé de biens puisqu'elle ne pouvait pas en acheter.
Je ne vois pas la comparaison entre le fait le fait que nos G. Mère soient pauvres et ma vision des riches? Personnellement je me considère comme très aisé et je me suis installé dans les années 70 comme chevrier par refus des exactions de nos société qui, disons le franchement, ne servent qu'a enrichir les déjà riches. J'ai donc refusé de risquer de m'enrichir par choix politique et moral. Je fait parti de plusieurs associations et j'ai beaucoup aidé mon prochain.
Les professions qui sont vitales, santé, paysans, pompier, ouvrier du bâtiment, secouristes, éducateurs, enseignant etc etc sont les moins bien payés. Par contre tout ce qui ne sert à rien produit beaucoup de finance. Alors l'évidence c'est que vous êtes à coté de vos pompes et qu'il y a de quoi pleurer, mais pas de rire.

ouragan | 07 août 2020 à 18h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

ouragan : vous vous trompez si vous croyez qu'il est utile d'être pauvre! J'ai fait des choix de professions mal payées, par vocation, mais quant je me suis rendue compte qu'on m'exploitait , j'ai arrêté de travailler pour me consacrer à ma famille et à des associations,ainsi mes études, très longues et difficiles, n'ont profité à personne et c'est fort dommage.Je trouve que la profession de chercheur ou celle d'enseignant, que j'ai pratiquées, doivent être rémunérées à leur juste valeur,c'est à dire très bien. Les salaires des enseignants en France sont minables et ne permettent pas de vivre correctement. Pleurer misère n'est pas une fin en soi et manquer d'argent ampute beaucoup de possibilités, y compris intellectuelles.Jouer les vertueux en voulant que tout le monde soit moyen ne mène à rien. Les riches , comme vous dites , pour beaucoup, ne volent pas l'argent qu'ils gagnent: les ingénieurs (car je suis aussi ingénieure) gagnent très bien leur vie dans le privé et c'est normal: les compétences se paient; sinon on dérive comme en URSS où les ouvriers souvent incompétents (voir Tchernobyl) étaient mieux payés que les patrons (c'est du vécu:mon père a beaucoup travaillé avec les Russes du temps de l'Union Soviétique et il a beaucoup circulé dans le pays, ce qui n'était pas autorisé au quidam:je ne pense pas que vous auriez apprécié d'y vivre ,ce qu'il m'en a rapporté ne conviendrait à personne). Toute personne évoluée cherche à améliorer son ordinaire et à gagner davantage.

gaïa94 | 07 août 2020 à 22h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ Gaia : Que les ingénieurs soient bien payés, je n'y voit pas d’inconvénients même si la plupart d'entre eux dans notre société travaillent sous les ordres des financiers pour minimiser les coûts de productions en fragilisant les produits au détriment des consommateurs.
Qu'ils soient bien payés donc mais que les infirmières et toutes les autres professions vitales gagnent alors autant que les ingénieurs et je serai satisfait.
Je n'ai jamais dit comme vous le laisser sous entendre que je voulais niveler vers le bas.
Quand à mon idée d’être riche elle ne se base pas sur les salaires d'ingénieurs.

ouragan | 09 août 2020 à 15h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ Gaia je vous conseille de lire : "En bas l'intelligence progresse, tout comme le taux de crétins diplômés en haut"

ouragan | 10 août 2020 à 22h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager