Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Le Gouvernement s'engage à financer de nouvelles LGV

Transport  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Dans un courrier adressé à Carole Delga, présidente de la région Occitanie, et aux élus locaux, le Premier ministre vient d'annoncer le financement apporté par l'État pour les deux projets de lignes ferroviaires à grande vitesse (LGV) entre Toulouse et Bordeaux, et Montpellier et Perpignan. L'État a décidé de financer à hauteur de 40 % chaque projet de LGV au même niveau que les collectivités locales, et la contribution de l'Union européenne serait de 20 %.

L'État s'est aussi engagé sur les deux premières phases de la future LGV entre Marseille et Nice et l'enquête d'utilité publique doit être lancée fin 2021.

Selon Michaël Delafosse, le maire de Montpellier, Jean Castex s'est engagé sur le financement de l'État à hauteur de 3,2 milliards d'euros, pour chacune des LGV Marseille-Nice, Bordeaux-Toulouse et Montpellier-Perpignan.« 1 Md d'€ seront fléchés sur le premier tronçon Montpellier-Béziers. L'enquête publique démarrera avant la fin de l'année, pour une déclaration d'utilité publique (DUP) en 2022 », a ajouté M. Delafosse dans un communiqué.

Les travaux pourraient débuter en 2024 pour ces nouvelles LGV avec une mise en service à l'horizon 2030-2035.

Réactions2 réactions à cet article

 

J'attends avec impatience les réactions de tous les contempteurs du transport aérien; entre les milliers de tonnes de béton et d'acier nécessaires et le saccage de la biodiversité et des paysages sur des centaines de kilomètres, je ne doute pas que leur sensibilité environnementale les fasse réagir....

adjtUAF | 03 mai 2021 à 13h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Que ce soit l'avion, surtout sur de petites distances (un directeur d'aéroport de province m'avouait d'ailleurs il y a quelques temps, hors micro bien sûr, qu'un vol Paris-Toulouse n'avait pas de sens au strict plan aéronautique, l'avion avait à peine pris son altitude de croisière qu'il devait déjà redescendre), ou les lignes TGV, c'est, outre ce que cite adjtUAF, le déménagement du territoire que ces modes de transports génèrent qui est grave. Que nos décideurs n'y soient toujours pas sensibles montre leur manque de clairvoyance et d'appréhension des véritables enjeux. Mais, n'ayant pas moi-même "fait" l'ENA, il y certainement bien des choses inintelligibles pour le commun des mortels que je ne saurais percevoir !

Pégase | 05 mai 2021 à 21h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager