Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Jean Castex lance officiellement le projet éolien en mer au large d'Oléron

Energie  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
Jean Castex lance officiellement le projet éolien en mer au large d'Oléron

Ce vendredi 22 janvier, le Premier ministre Jean Castex est arrivé au Havre où il a présidé un Comité interministériel de la mer. Il a annoncé l'adoption d'une stratégie d'exploration des fonds marins. Celle-ci inclut le déploiement des énergies marines renouvelables, dont l'accélération de l'éolien en mer.

À ce propos, le Premier ministre a lancé « officiellement » le projet de parc éolien en mer prévu au large d'Oléron (Charente-Maritime). La Commission nationale du débat public (CNDP) sera saisie « sans délai » sur ce projet de parc qui sera implanté sur une zone de 300 km2 au large de l'île d'Oléron. « C'est un projet d'une ampleur considérable », a souligné Jean Castex lors d'une conférence de presse. Ce parc produira entre 500 mégawatts et 1 gigawatt d'électricité. La CNDP est chargée d'organiser une consultation publique pour définir la zone de ce futur parc, première étape avant de lancer la phase industrielle et d'attribuer le projet. L'appel d'offres devrait être ouvert en 2022 pour une sélection du lauréat avant la fin du quinquennat.

« L'éolien en mer est un facteur important de la diversification de notre mix énergétique pour baisser à 50 % la part du nucléaire en 2035 et un facteur majeur de création d'emplois », a indiqué le Premier ministre. « L'éolien marin est un atout majeur pour atteindre la neutralité climatique. Le parc qui est amené à voir le jour en mer d'Oléron produira de l'électricité pour 1,2 million d'habitants : le double de la population de la Charente-Maritime », a-t-il ajouté sur Twitter. Une planification de l'éolien en mer à moyen et long terme est mise en place, en appui à la programmation pluriannuelle de l'énergie par façade maritime.

Il s'agit du neuvième projet de parc éolien en mer posé français, après celui situé au large de la Normandie.

Réactions3 réactions à cet article

 

Sans critiquer le projet "au fond", il faut cesser d'aligner des chiffres d'équivalents-habitants car cela n'a pas de sens dès lors qu'on ne sait à quoi ces chiffres correspondent : avec chauffage? Sans? Intégrant la consommation de l'industrie ramenée à son équivalent-habitants? Dans ce cas on divise facilement par deux ou trois. Sans parler du fait qu'il n'y a pas d'équivalence à chaque instant entre la production et la consommation. Parlons puissance délivrée et non puissance installée, parlons watts réellement produits - productible réel - et non potentiel installé. A part cela, il ne s'agit pas ici d'une critique de ce mode de production, ni d'aucun d'ailleurs. Tout est une question de lieu, de circonstance, de possibilité, et rien n'est plus idiot que ces gens qui sont contre tel ou tel mode. il n'y a pas de production d'énergie réellement "verte", toute production a un impact. Au final il n'y a que des cas d'espèce. Par exemple, faire tourner une roue d'ancien moulin pour produire un peu d'électricité, cela peut-être positif à très petite échelle. Mais barrer définitivement le cours d'eau par une turbine, c'est carrément basculer dans un bilan environnemental négatif par rupture de continuité écologique des espèces et des sédiments.

petite bête | 25 janvier 2021 à 11h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

J'aime bien l'idée de ces moulins à vent gigantesques qui tourneront au loin, et si ça agace les envahisseurs parisiens, ça ne sera que du bonheur, pour une fois que le vent qui est une gêne considérable aux habitants des bords de mer serve à quelque chose.
J'espère que le béton est prévu pour les crabes, les oursins les huîtres et les moules, quelques congres.
Pourquoi ne pas justement en faire des réserves naturelles puisque non chalutables.
J'ai hâte d'aller voir ça entre port Joinville et l'herbaudière.

pemmore | 25 janvier 2021 à 12h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ca va coûter cher de construire sur 300km2 de mer, sans parler du sacrifice de l'approche par les pêcheurs et les touristes.
Quelle sera l'aide fiscale du budget (directe ou indirecte) pour faire ce projet ? Gigantesque, les 500MW à 1GW de puissance installée ? alors qu'une tranche nucléaire classique fait 900MW et peut tourner presque en continu...

landfranck | 25 janvier 2021 à 13h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager