En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

“ La réforme des collectivités territoriales menace l'action des parcs naturels régionaux ”

Le congrès des parcs naturels régionaux réunit plus de 800 participants du 5 au 7 octobre dans les Vosges. A cette occasion, Jean-Louis Joseph, président de la fédération des parcs naturels régionaux de France, nous explique ce qui fait l'actualité et le succès de ce label.

Interview  |  Aménagement  |    |  Laurent RadissonActu-Environnement.com
   
“ La réforme des collectivités territoriales menace l'action des parcs naturels régionaux ”
Jean-Louis Joseph
Président de la Fédération des PNR de France
   

Actu-Environnement.com : Quels sont les grands défis auxquels sont confrontés les parcs naturels régionaux aujourd'hui ?

Jean-Louis Joseph : Les parcs ont beaucoup évolué depuis leur création, il y a 45 ans. D'abord en nombre. Ils sont aujourd'hui 46 et trois vont voir le jour en 2012 : Ardennes, Baronnies provençales et Préalpes d'Azur. Ils gèrent 15% du territoire, constituent la première infrastructure écologique du pays et le premier opérateur Natura 2000. En bref, c'est un réseau structurant fort ayant une forte empreinte écologique.

AE : Et au-delà de ces indicateurs quantitatifs ?

JLJ : Il s'agit de réussir dans un contexte de changement. Les questions sont celles des ressources financières, du développement de l'intercommunalité et du caractère attractif des parcs pour la population. Les parcs sont maintenant des espaces en croissance démographique. Se posent donc les questions de la relation urbain/rural et du lien social. Cette dernière question, liée à celle de la culture, fait d'ailleurs l'objet du congrès qui s'ouvre le 5 octobre.

AE : Quels sont les problèmes financiers que vous évoquez ?

JLJ : Le financement des parcs est assuré par les collectivités territoriales : principalement les régions, suivies par les départements et les communes. Et, pour une faible part, par l'Etat. Depuis trois ans, les recettes stagnent. De plus, une disposition de la loi relative à la réforme des collectivités territoriales menace l'action des parcs : elle impose 20% d'autofinancement dans les investissements réalisés par les syndicats mixtes. C'est la mort annoncée de tous les projets Natura 2000.

AE : Quels sont les enjeux liés au développement de l'intercommunalité ?

JLJ : Les groupements de communes sont tentés de mener des missions identiques à celles des parcs. Ce développement est une bonne chose. On l'appelle de nos vœux mais il ne faut pas qu'il soit trop rapide. Les parcs doivent conserver leur capacité d'innovation qui font leur force et leur droit à l'innovation. Ils ont inventé le développement durable. Nous devons conserver nos missions et accompagner la mutation des territoires.

AE : Les parcs sont-ils confrontés à d'autres difficultés ?

JLJ : Il faut simplifier le dispositif réglementaire sur la révision des chartes. Le système s'alourdit. Une autre difficulté vient d'une remise en cause de l'obligation de compatibilité des plans locaux d'urbanisme avec les chartes des parcs. Tout cela doit être clarifié rapidement par la loi.

AE : Quelle est votre position sur le gaz de schiste ?

JLJ : Notre opposition est totale, quelle que soit la technique, qu'il s'agisse de permis de recherche ou non. Lorsque l'on entend la dernière interview du président de Total, nous disons "c'est trop". Sept parcs sont concernés. On nous entend habituellement peu mais là nous sommes mobilisés pour partir en croisade. On n'a pas besoin du gaz de schiste, il faut développer les énergies renouvelables. Ce n'est pas une utopie.

AE : Quelles sont les autres initiatives des parcs dans la protection de l'environnement ?

JLJ : Nous avons beaucoup travaillé sur les trames vertes et bleues. On peut même dire que nous en avons constitué l'ossature. En matière d'agriculture, nous avons accueilli favorablement les dernières propositions du commissaire Ciolos sur la PAC. Trois rapporteurs viennent d'être nommés au Parlement européen. Nous allons suivre ça de près. On peut citer aussi notre soutien aux circuits courts ou encore notre concours national des prairies fleuries qui associe les ministères de l'Agriculture, de l'Ecologie et des partenaires privés, et qui rencontre un gros succès.

AE : Alors, les PNR, des outils d'avenir ?

JLJ : Les parcs naturels régionaux, c'est une gouvernance particulière, un réseau militant et un label à succès. Au-delà des trois parcs qui seront créés l'année prochaine, dix autres projets sont bien avancés. Les parcs doivent toutefois adapter leurs missions pour apporter une nouvelle réponse aux relations urbain/rural et à la question du lien social.

Réactions2 réactions à cet article

 

Il faut regarder les choses en face et s'interroger maintenant sur l'utilité réelle des PNR, dans un cadre territorial qu'il est urgent de réformer.
Michel

Michel Lerond | 06 octobre 2011 à 10h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

En Alsace, nous avons deux Parcs Naturels et un Ministre de l'Aménagement du territoire, qui a soutenu le Rallye de France,mais
qui soutient les projets de protection de l'Environnement! Question
simple: Est-ce compatible ?

arthur | 06 octobre 2011 à 16h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…