Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Jeux olympiques : l'aménagement du village des médias stoppé par les espèces protégées

Aménagement  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com
Jeux olympiques : l'aménagement du village des médias stoppé par les espèces protégées

Par une ordonnance rendue le 6 avril, la cour administrative d'appel de Paris a suspendu partiellement à la demande de deux associations et de 36 riverains l'arrêté préfectoral autorisant l'aménagement de la ZAC « Cluster des médias ». Cette zone, située sur les communes du Bourget, de Dugny et de La Courneuve (Seine-Saint-Denis), doit accueillir le village des médias des Jeux olympiques de 2024.

La raison de cette suspension ? Un doute sérieux sur la légalité de l'autorisation environnementale délivrée par le préfet. Cette autorisation portait notamment sur des dérogations à l'interdiction de destruction des espèces protégées. Or, ces dérogations ne peuvent être accordées qu'en l'absence de solution alternative satisfaisante. Ce que l'aménageur, la Société de livraison des ouvrages olympiques (Solideo), n'a pas établi.

« Le plus intéressant dans cette décision est que la cour sanctionne sur le fondement de la recherche de solutions alternatives dès la localisation du site d'implantation et non pas seulement en phase d'exécution. C'est la concrétisation du principe d'évitement en amont du projet », analyse le docteur en droit Gabriel Ullmann.

La décision au fond de la cour administrative d'appel est attendue d'ici quelques mois. Celle-ci pourrait toutefois attendre le positionnement du Conseil d'État qui a été saisi d'un pourvoi sur cette première décision en référé. En attendant, le préfet et la Solideo doivent prendre toutes les mesures utiles pour faire cesser les travaux portant atteinte aux espèces protégées présentes sur le site.

Réactions2 réactions à cet article

 

Une fois de plus, la justice tacle fort à propos une décision préfectorale nocive pour l'environnement et la biodiversité en particulier. L'allongement de la jurisprudence qui leur est défavorable va peut-être finir par faire réfléchir ces hauts fonctionnaires qui, à part de très rares exceptions, s'imaginent se situer d'emblée au-dessus des lois de la République, surtout s'il s'agit d'un sujet aussi subalterne, anecdotique et méprisable à leurs yeux que le code de l'environnement.

Pégase | 08 avril 2021 à 22h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Alors que ces Zeux Jolympiques nous sont annoncés comme les plus "vertueux" de l'Histoire Moderne... avec tout un tas de sportifs au bilan carbone démesuré qui vont nous faire la leçon et nous expliquer qu'il ne faut pas vivre comme eux...
Quel dommage !

Albatros | 12 avril 2021 à 16h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Qualification OPQIBI : étude de la biodiversité et des écosystèmes OPQIBI