En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le gouvernement veut favoriser les infrastructures de recharge pour les véhicules électriques et hybrides

L'Etat a lancé la stratégie nationale visant à développer les infrastructures de recharge pour véhicules électriques et hybrides et signé avec les entreprises une lettre d'intention sur l'achat groupé de véhicules électriques d'ici 2012.

Transport  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com
Luc Chatel, Secrétaire d'Etat à l'Industrie et Chantal Jouanno, Secrétaire d'Etat à l'Ecologie ont installé le 17 février un groupe de travail visant à élaborer une stratégie nationale de développement des infrastructures de recharge pour véhicules électriques et hybrides d'ici 2012.

En octobre dernier, le Président de la République Nicolas Sarkozy avait annoncé, lors du Mondial de l'automobile, son plan visant à développer les véhicules ''décarbonés''. Pour ce faire, l'Etat prévoit de mobiliser 400 millions d'euros de financements publics d'ici 2012 pour la recherche et le développement des véhicules électriques et hybrides rechargeables.

Ce plan prévoit également des mesures pour mettre en place l'infrastructure nécessaire à la recharge des véhicules : les nouvelles constructions pourraient ainsi intégrer d'emblée des prises électriques.

Dans cette perspective, le groupe de travail, lancé hier, réunit les distributeurs d'énergie, les constructeurs automobiles, les représentants des collectivités locales, les professions du bâtiment et tous les gestionnaires de l'espace public (parking, supermarché…) afin d'étudier les conditions de mise en place de bornes de recharge ou de stations d'échange de batteries.

Ce groupe de travail a ainsi comme objectif d'élaborer un plan de développement des infrastructures de recharge (domestiques, sur le lieu de travail, sur la voie publique ou de bornes de recharge rapide) et de stations d'échange de batterie, pour garantir au consommateur un usage du véhicule similaire à celui des véhicules actuels, ont expliqué Luc Chatel et Chantal Jouanno. Le groupe doit également analyser des différents scénarios économiques liés au développement des nouvelles infrastructures ou mettre en place des normes et des standards pour l'ensemble du réseau.

Les propositions du groupe de travail devront être disponibles en juin 2009 pour que tous les textes de loi soient en vigueur dès le 1er janvier 2010.

100.000 véhicules électriques professionnels d'ici fin 2012

Par ailleurs, les deux secrétaires d'Etat ont également lancé le 17 février une démarche coordonnée d'achats de véhicules électriques entre l'Etat et les grands comptes publics et privés, proposée dans le rapport de Jean-Paul Bailly, président de La Poste.

La Poste ainsi que plusieurs autres entreprises (EDF, GDF Suez, Veolia, France Télécom, Vinci...) et l'Etat ont ainsi signé une lettre d'intention sur l'achat groupé de véhicules électriques. Un cahier des charges commun doit être défini d'ici la fin du premier semestre 2009 afin de permettre le lancement des premiers appels d'offres à l'automne 2009, ont précisé les Ministres.

Rappelons que le plan ''véhicules décarbonés'' prévoit un objectif de 100.000 véhicules électriques d'ici fin 2012. Pour soutenir la demande en véhicules électriques, le plan prévoit également d'étendre le bonus de 5.000€ déjà disponible pour tous les véhicules émettant moins de 60gCO2/km aux véhicules utilitaires légers et de le maintenir jusqu'à 2012. La France est le pays le mieux placé pour favoriser le développement du véhicule électrique car elle dispose d'une électricité sans CO2, à un coût garanti sur le long terme, sans quasiment aucune dépendance extérieure, avait expliqué en octobre dernier Nicolas Sarkozy faisant ainsi clairement allusion à l'électricité ''décarbonée'', d'origine nucléaire.

Réactions4 réactions à cet article

 
Comment y arriver ?

Lors des périodes de pointe au niveau de la demande en énergie électrique, cet hiver, on est passé bien près de ne pas pouvoir fournir les services électriques requis à tous les abonnés. On a failli se résigner à délester dans plusieurs régions.Alors, comment être certain qu'on sera en mesure d'assurer le service à tous les abonnés en périodes de grands froids l'hiver prochain si , par surcroît, il faut recharger des centaines de milliers de véhicules hybrides ou fonctionnant strictement à l'électricité? Bien sûr , on prévoît construire 2 nouveaux réacteurs nucléaires, mais c'est sans compter sur le fait que ces réacteurs produiront des déchets 7 fois plus radioactifs que ceux générés par les réacteurs actuels. Il faudrait s'équiper en conséquence et ne pas essayer de fourvoyer la population. Il faut définitivement passer par les énergies renouvelables.

lafden | 19 février 2009 à 01h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 
gachis !!!

ces 400 millions d'euros auraient été bien mieux utilisés pour développer de vrais transports propres et communs,types tramway,bus au gaz(méthane),TER.Ou encore de favoriser les infrastructures comme les pistes cyclables.Mais non,le lobbie du nucléaire à encore frappé pour cette sacro-sainte bagnole...
Quand aurons nous des décideurs politiques vraiment au service de leurs concitoyens?

kine | 19 février 2009 à 20h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Véhicule électrique

Bonjour
Tout le monde parle de véhicules électriques ou hybrides sans s'attacher au véritable enjeu.(assurer un meilleur service en consommant moins et améliorer la qualité de vie de tous)
N'est il pas aberrant de déplacer 1 tonne pour transporter une personne de quelque kilos.
Ne faut il pas revenir à des solutions de bon sens?
Un véhicule en ville ne fait pas que poluer il prend aussi une place considérable dans l'espace urbain.
Il serait plus sage d'inciter l'usage des transports en commun en améliorant le service, ou les bicyclettes assistée électriquement pour tous les déplacement inférieur à 10kms. La vitesse moyenne des voitures en ville est de 15kms/h inférieur à celle d'un deux roue qui est de 18km/h.
Remplacer les trains qui sont très lourd par des matériel plus léger comme le tram/train pour tous les TER, en les cadençant etc.
Une fois de plus nous nous devons de constater que nous nous posons pas les bonnes questions pour le service que nous souhaitons obtenir en limitant le maximum le prélèvement sur notre environnement.

Noel | 22 février 2009 à 21h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Gachis et bêtises

C'est exact mais nous arrivons pas à agir d'une manière coordonnée pour qu'enfin nos hommes politiques prennent les bonnes décisions au moment opportun. Comment se fait-il qu'il y est un tel décalage entre la vie civile et nos homme politique qui ne sont jamais en phase? Ce que je trouve déplorable c'est le mutisme des associations sur le sujet. Elles n'interviennent pas d'une manière efficace comme Greenpeace ou WWF qui pourtant arrive parfois à se faire entendre sur d'autre sujet.
La décision sera t'elle redonnée au citoyen qui pour l'instant ne peut que boycoter les sociétés commerciales mais difficilement l'électricité nucléaire que nos gouvernant refuse de mettre sur la place publique. Nous nous préparons des difficultés mille fois supérieures à celle que nous rencontrons avec l'amiante. Nos enfants auront honte si la vie sera encore possible sur la terre en 2050 c'est à dire demain.

Noel | 22 février 2009 à 21h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…