Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

24 octobre 2009 : première édition du Jour de la Nuit

Le 24 octobre 2009 aura lieu le premier Jour de la Nuit. Cet événement, initié par Agir pour l'environnement et l'ANPCEN, vise principalement à attirer l'attention du public sur les conséquences de la pollution lumineuse.

Risques  |    |  Carole Monceau  |  Actu-Environnement.com
   
24 octobre 2009 : première édition du Jour de la Nuit
   
Agir pour l'environnement et l'Association pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes (ANPCEN), en partenariat avec 15 structures1 et le ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de la Mer organisent, le 24 octobre 2009, la première édition du Jour de la Nuit. L'événement national a été présenté le 10 septembre lors d'une conférence de presse à l'observatoire de Paris.

Le choix du 24 octobre n'est pas le fruit du hasard. Il coïncide avec le passage à l'heure d'hiver et les Nuits galiléennes. A l'occasion du 400e anniversaire de l'observation du ciel par Galilée, des observations de Jupiter et de ses satellites seront organisées dans toute la France les 23 et 24 octobre prochains.

Les buts à atteindre

L'organisation du Jour de la Nuit poursuit différents objectifs : faire reconnaître la pollution lumineuse et la nécessité de protéger la nuit, sensibiliser le public aux résultats de cette pollution et exprimer la détermination de la France concernant les enjeux climatiques et les économies d'énergie avant le sommet de Copenhague en décembre 2009.

A ce jour, les organisateurs recensent 66 manifestations dans toute la France mais les inscriptions restent ouvertes jusqu'au 24 octobre. Ces animations se répartissent en plusieurs catégories : extinction d'une partie de l'éclairage public, sortie nature, observation des étoiles et activité en intérieur.

Les initiatives doivent respecter la charte d'engagement du Jour de la Nuit et comporter au moins l'un des aspects suivants : protection et valorisation de l'environnement nocturne, observation du ciel étoilé et économies d'énergie en matière d'éclairage.

Une pollution lumineuse croissante

Depuis 1999, le nombre de points lumineux sur le territoire a augmenté de 30 % pour atteindre aujourd'hui un total de 8,7 millions. Agir pour l'environnement souligne que la pollution lumineuse continue à augmenter en moyenne de 5 % par an. Ce phénomène, révélé par les astronomes, se matérialise sous trois formes : le halo lumineux, la lumière éblouissante et la lumière envahissante ou intrusive. La lumière émise par l'éclairage artificiel est ainsi renvoyée par le sol et les bâtiments avant d'être diffusée par les gouttes d'eau, les particules de poussières et les aérosols en suspension dans l'atmosphère.

Selon Agir pour l'environnement, l'augmentation de l'éclairage découle notamment d'une perte de l'habitude du noir et d'une crainte de l'obscurité. Philippe Tostain, délégué Energie, Plan solaire et Bâtiments communaux de la ville de Lille, évoque même l'existence d'un mythe du jour éternel. La demande croissante de sécurité de la part des élus et des citoyens, l'effet de mode et l'ignorance des dangers de la pollution lumineuse sont également cités par l'association.

De nombreux systèmes d'éclairage seraient aussi inadaptés aux besoins réels : leur rayonnement, orienté vers le ciel, ne diffuserait pas efficacement la lumière sur la zone à éclairer. Les luminaires peuvent également se caractériser par une puissance trop forte et une durée de fonctionnement mal adaptée à la fréquentation des espaces concernés.

Les effets de la pollution lumineuse

La pollution lumineuse nuit à la biodiversité nocturne en perturbant faune et flore. L'ANPCEN souligne que l'absence d'alternance entre le jour et la nuit conduit par exemple le coq et le merle à chanter à trois heures du matin. Elle perturbe aussi les voyages des oiseaux migrateurs. Enfin, la pollution lumineuse entraîne un dérèglement de la photosynthèse.

Et que dire de ses répercussions économiques ? L'éclairage public, qui génère 4 % des émissions de gaz à effet de serre en France, représente pour les communes 23 % de la facture globale d'énergie et 38 % de la facture d'électricité. Selon l'ADEME et EDF, les communes pourraient économiser 30 à 40 % d'énergie si les les installations étaient de meilleure qualité et avec une puissance plus appropriée.

Le projet de loi Grenelle 2

Le projet de loi Grenelle 2, qui sera débattu la semaine prochaine au Sénat, comprendra des prescriptions sur les flux lumineux et les conditions d'implantation des luminaires. Le texte intégrera notamment l'éclairage commercial. Ces recommandations pourront être adaptées localement par les préfets. Le contrôle de leur application sera confié aux maires, sauf pour l'éclairage municipal qui relèvera de l'Etat.

Notes

1 - le Réseau Ecole et Nature, le Réseau des grands sites de France, les Francas, la ligue de l'enseignement, les Parcs naturels régionaux de France, Rivages de France, l’Association Française d'Astronomie, les clubs CPN, Réserves Naturelles de France, le Comité de Liaison Energies Renouvelables, le Réseau Action Climat France, Natureparif, les Conservatoires d'Espaces Naturels, Les EcoMaires, l’Association des Maires de France.
 
2 - Site de l'événement

Réactions5 réactions à cet article

 
le jour de la nuit

Est-ce que chaque commune de France a été informée ?

jihelef | 13 septembre 2009 à 09h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:le jour de la nuit

Et si chaque citoyen faisait la démarche d'en informer sa commune et de lui demander les actions qu'elle compte mettre en place à ce sujet?

PourquoiPas | 14 septembre 2009 à 11h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:le jour de la nuit

Nous avons sollicité plus de 600 communes en France pour qu'elles participent à l'opération.
Par ailleurs l'AMF et Eco Maires ont diffusé largement l'information dans leurs réseaux d'adhérents.

Agir pour l'environnement | 15 septembre 2009 à 18h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 
lien entre nuit éclairée et criminalité

Qui connait des données objectives quant à l'utilité de l'éclairage nocturne des chemins et autres?
Qui peut dire avec plus de précisions, que celles que nos peurs apportent, le lien entre éclairage nocturne et baisse des dangers (criminalité et autres)?
Qui a des données sur l'impact de l'excès d'éclairage sur la hausse des pathologies (dûe à la baisse de la production de certaines hormones)?
Pour toutes réponses, même partielle, merci.

lapislazulli | 17 septembre 2009 à 12h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:lien entre nuit éclairée et criminalité

Bonnes questions! Pour ce qui est de "Qui a des données sur l'impact de l'excès d'éclairage sur la hausse des pathologies (dûe à la baisse de la production de certaines hormones)? ",la seule chose que je sais, c' est que la mélatonine est sécrétée par la glande pinéale (dans le cerveau) en réponse à l'absence de lumière. Elle est semble-t'il interdite à la vente libre en France. Voyez son importance sur Wikipedia, article Mélatonine. Vous allez être édifié. En ce qui me concerne, je partage le point de vue de "Agir pour l'environnement", que l’augmentation de l’éclairage découle notamment d’une perte de l’habitude du noir et d’une crainte de l’obscurité. Essayez par exemple de convaincre quelqu' un de traverser tout seul sans courir un cimetière de campagne arboré, mais isolé, à minuit, par jour de grand vent avec passages nuageux et en pleine lune et vous en aurez la preuve. Mais pas de problème avec Halloween by Day!

Onésime | 17 septembre 2009 à 13h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager