En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La journée mondiale de l'eau a été célébrée hier

À l'occasion de la journée mondiale de l'eau célébrée hier, l'ONU a publié son second rapport sur la mise en valeur des ressources en eau tandis que la France a annoncé la création du Partenariat Français pour l'Eau.

Gouvernance  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
   
La journée mondiale de l'eau a été célébrée hier
   
Célébrée tous les 22 mars de chaque année, la journée mondiale de l'eau avait pour thème cette année « Faire face à la pénurie d'eau ». Choisi par tous les membres de l'ONU-Eau lors de la Semaine mondiale de l'eau, qui s'est tenue à Stockholm en août 2006, ce thème rappelle que le manque d'eau est une problématique croissante à travers le monde. Qu'il s'agisse des déséquilibres entre les disponibilités et la demande, de la dégradation de la qualité des eaux souterraines et des eaux de surface, de la concurrence intersectorielle, des différends interrégionaux et internationaux, la question centrale est de savoir comment faire face à la pénurie d'eau.
Dans son second rapport sur la mise en valeur des ressources en eau, les Nations Unies sont catégoriques : Il y a assez d'eau pour tous. Mais les ressources sont limitées, inégalement réparties et doivent répondre à plusieurs demandes : la boisson, l'hygiène, la production de biens alimentaires, énergétiques et industriels, et la préservation des écosystèmes naturels. Donc le problème auquel les pays doivent faire face aujourd'hui est principalement un problème de gouvernance : comment partager cette eau de façon équitable tout en assurant la pérennité des écosystèmes naturels ? À ce jour, nous n'avons pas encore atteint cet équilibre, estime l'ONU. Les décisions relatives à la gestion des ressources en eau sont une priorité absolue.

Cette journée mondiale de l'eau fait donc ressortir la nécessité de renforcer l'intégration et la coopération afin d'assurer une gestion durable, efficace et équitable de ressources hydriques rares, que ce soit localement ou à l'échelle internationale. C'est pourquoi, les acteurs français pour l'Eau et la ministre de l'écologie et du développement durable, ont souhaité marquer la Journée Mondiale de l'Eau, célébrée hier, par la mise en place officielle du Partenariat Français pour l'Eau (PFE). Regroupant les acteurs publics et privés du secteur que sont l'Etat, les collectivités locales, l'Agence française de développement, les agences de l'eau, les entreprises, les organisations scientifiques et de recherche et les organisations non gouvernementales, ce partenariat souhaite apporter des contributions aux interventions de la communauté internationale notamment vers les Objectifs du Millénaire pour le Développement. Et les problématiques sont nombreuses concernant le domaine de l'eau : l'assainissement, le financement des infrastructures, la responsabilité et la gouvernance démocratique locale pour l'accès à l'eau et à l'assainissement, le droit d'accès à l'eau et à l'assainissement intégrant l'équité, la justice et la solidarité, la gestion par bassin versant, l'eau pour l'alimentation.
Ce partenariat devrait intervenir lors des prochains évènements qui vont se succéder dans un avenir proche comme la Commission du Développement Durable des Nations-Unies prévue en mai 2008 à New-York, l'exposition internationale de Saragosse en Espagne qui se tiendra de juin à septembre 2008, la présidence française de l'Union européenne prévue au second semestre 2008, et bien sûr, le 5ème Forum mondial de l'eau d'Istanbul en mars 2009.

Par ailleurs, cette journée mondiale de l'eau a été également l'occasion pour les associations de protection de l'environnement et des consommateurs de rappeler que la pénurie d'eau est un problème qui concerne la France. Selon l'association Consommation Logement et Cadre de Vie (CLCV), malgré tous les engagements de bonnes pratiques et les sommes investies, la dégradation de la qualité des ressources en eau est continue depuis de nombreuses années. Même remarque pour la fédération France Nature Environnement : les nitrates polluent la moitié des rivières et nappes du territoire national, les pesticides quasiment toutes les ressources. Les rivières sont hérissées de barrages, destructeurs des milieux aquatiques. Au final, ce sont 80% des masses d'eau françaises qui seront incapables d'atteindre le bon état en 2015, en violation de nos engagements européens. Les associations demandent donc au gouvernement français de mettre en place une politique cohérente de long terme. La CLCV propose plus précisément de faire de la protection des périmètres de captages d'eau potable, l'action prioritaire des agences de l'eau, d'instaurer des aides financières destinées aux particuliers pour la mise aux normes des installations d'assainissement non collectif, de faire évoluer la position négative de la DDASS en ce qui concerne la récupération de l'eau de pluie et d'augmenter la redevance pour pollution diffuse des fabricants de produits phytosanitaires.


Télécharger le rapport de l'ONU (PDF – 15,8 Mo- Anglais)

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager