Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Les laboratoires d'EDF ne sont plus autorisés à mesurer la radioactivité près des centrales

L'ASN a refusé d'accorder leur agrément aux laboratoires internes d'EDF chargés de mesurer la radioactivité autour des centrales. Les associations de protection de l'environnement s'inquiètent des raisons de cette suspension et du suivi des mesures.

Risques  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
   
Les laboratoires d'EDF ne sont plus autorisés à mesurer la radioactivité près des centrales
© Jean-marc RICHARD
   
En France, les exploitants des centrales nucléaires, EDF en l'occurrence, sont chargés d'effectuer une surveillance environnementale régulière. Depuis le 1er janvier 2009, l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) a rendu obligatoire une procédure d'agrément pour les laboratoires internes d'EDF. Au cours de l'instruction des demandes, l'ASN a mis en évidence des écarts dans les méthodes de mesure de la radioactivité dans l'environnement et a refusé le 16 décembre 2008 les nouvelles demandes et suspendu les agréments d'EDF en cours. Par conséquent, les laboratoires internes ne sont donc pas ou plus agréés pour les mesures de tritium et de radioactivité bêta dans l'eau et dans l'air.

 
nous sommes stupéfaits du silence de l'ASN qui aurait dû rendre ces décisions publiques  
Djamila Sonzogni
 
Rendues publiques hier par le Réseau Sortir du nucléaire, ces décisions provoquent la colère et l'inquiétude de plusieurs associations de protection de l'environnement et des Verts : nous sommes stupéfaits du silence de l'ASN qui aurait dû rendre ces décisions publiques, explique Djamila Sonzogni, Porte-parole du parti politique écologiste. Quelles sont précisément les défaillances des laboratoires des centrales nucléaires EDF, et depuis quand ces défaillances existent-elles ? s'interroge Réseau sortir du nucléaire. Nous ne savons pas du tout à qui a été confiée cette mission depuis la suspension des agréments, s'inquiète de son côté Nicole Roelens, Présidente de Stop Fessenheim.

Face à ces interrogations, le ministère de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de l'aménagement du territoire et l'ASN ont précisé la situation et se sont voulus rassurants : il n'y aura aucune interruption dans le suivi de l'environnement autour des centrales nucléaires, explique le MEEDDAT. EDF déposera une nouvelle demande d'agrément début février 2009 qui devra être conforme aux exigences de l'ASN, ajoute-t-il. Jusqu'à obtention des agréments, EDF doit sous-traiter ces mesures de radioactivité dans l'environnement à des laboratoires extérieurs agréés, complète l'ASN. L'autorité rappelle en outre que l'IRSN effectue une surveillance de l'environnement sur l'ensemble du territoire français, y compris autour des sites nucléaires.

Mais les associations restent sceptiques et s'interrogent sur la précision des mesures réalisées antérieurement. Elles voient surtout dans cette interdiction une preuve supplémentaire de la mauvaise gestion de la surveillance environnementale des installations nucléaires : la décision de l'ASN est peut-être un tournant. Tant mieux si le front de l'ignorance organisée commence à se fendiller, il faut continuer à faire pression sur les responsables de la sécurité publique qui dissimulent sciemment le désastre de la contamination progressive de l'environnement, explique Nicole Roelens, Présidente de Stop Fessenheim.
Une fois de plus, l'industrie nucléaire montre qu'elle est très loin d'être irréprochable alors que les conséquences et les risques qu'elle fait peser sur l'environnement et la santé des populations sont incommensurables et incomparables à tous les autres, estime le Réseau Sortir du nucléaire.

Réactions14 réactions à cet article

 
Que dire?!

Plus rien ne m'étonne!!!
On ne peut pas à la fois être juge et parti! C'est bien connu.

Anonyme | 14 janvier 2009 à 08h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Vraiment inquiétant ?

Est-ce vraiment inquiétant ?
Ce qui me surprend, c'est que les verts soient inquiets sur une éventuelle sous-traitance de ces mesures environnementales.
Il faut attendre d'en savoir plus sur ce refus d'agrément. Problème de fiabilité des mesures ou de non-indépendance de ces laboratoires ?
A mon sens, c'est un progrès si les mesures autour des sites nucléaires sont réalisées par des organismes totalement indépendant d'EDF.
J'attends de voir la suite.

lsegaud13 | 15 janvier 2009 à 08h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Un peu d'indépendance...

Finalement c'est une très bonne chose. Lorsque l'exploitant effectue lui-même ses propres mesures, c'est la porte ouverte à tous les dérapages possibles. On peut se demander pourquoi il n'y a pas systématiquement une contre analyse par un laboratoire totalement indépendant non gouvernemental voire même non français, pour valider l'analyse interne EDF?

RealiteDesChoses | 15 janvier 2009 à 10h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Comment biaiser l'info par manque de rigueur...

Je trouve la qualité de l'article vraiment pas à la hauteur de ce que Actu-Environnement écrit d'habitude...

Dire que le "Réseau Sortir du Nucléaire" a rendu publique des décisions de l'ASN, c'est carrément mensonger : les décisions de l'ASN sont rendues publiques... par l'ASN, sur son site web www.asn.fr ! Tous les gens qui s'y intéressent sont au courant...


En écrivant "Les laboratoires d'EDF ne sont plus autorisés à mesurer la radioactivité" l'auteur de l'article (F.Roussel) prouve qu'il n'a pas compris comment marche le dispositif, car EDF va continuer de faire des mesures, évidemment, sinon comment les amélioreraient-ils ???

Ce qui change, c'est que les mesures d'EDF ne font plus foi, et sont donc remplacées par celles de l'IRSN...


Une remarque : la disposition qui consiste à faire agréer les laboratoires par l'ASN est nouvelle, et entrait en vigueur au 1er janvier 2009. EDF a un mois pour se mettre à niveau. C'est bien, et c'est franchement court. Mais peut-être les erreurs de mesures ne sont-elles pas si considérables/graves que cela ??

Ah, évidement, pour comprendre il faut lire les décisions de l'ASN, n°2008-DC-0120 et suivantes du 16 décembre 2008, que chacun peut trouver sur le site web gratuitement...


Quand à l'inquiétude des Verts, c'est simple de la calmer : il y a des labos indépendants, estampillés verts (CRIIRAD par exemple), qui prétendent savoir faire les mesures... Qu'ils obtiennent l'agrément de l'ASN, et tout le monde sera content !


Et si, le mois prochain, EDF obtenait l'agrément nécessaire, en reparlera-t-on pour en faire les louanges ?


Je suis, pour la première fois, très, très déçu par Actu-Environnement...

christian | 15 janvier 2009 à 12h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Comment biaiser l'info par manque de rigueur...

Je ne suis pas du tout d'accord ave Christian, et l'article du canard du 14/01/09 résume très bien ma position.

On nous aurait mal informés ? Ce sont les écolos de "Sortir du nucléaire" qui viennent de le découvrir dans de très officiels documents de l'Autorité de Sureté Nucléaire (ASN) : les labos d'EDF chargés de mesurer la radioactivité aux alentours des centrales nucléaires (air, rivière, végétation) sous-estimaient, de 10 à 15 %, la présence d'un élément fort irradiant, le tritium. Ce qui a valu à ces labos de se voir retirer, par ladite ASN, l'agréement nécessaire à leur fonctionnement.

"Il est déjà choquant, résument les militants de "Sortir du nucléaire" dans une lettre adressée à Jean-Louis Borloo, qu'en France ce soient les exploitants, en l'occurrence EDF, qui effectuent eux mêmes la surveillance de l'environnement autour de leurs propres installations." Ca l'est encore plus "quand ces contrôles sont défaillants".

Et encore davantage après les "incidents" des dernières années : rejets radioactifs du Tricastin cet été, inondation de la centrale du Blayais, caprices aériens du nuage de Tchernobyl... On peut, à coup sûr, attendre une énergique réaction de Borloo. Le ministre de l'Ecologie est tellement préoccupé par les risques nucléaires qu'il ne les a même pas inscrits au programme de son Grenelle de l'environnement...

Mat | 15 janvier 2009 à 14h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Comment biaiser l'info par manque de rigueur...

Dans "rendu publique", je pense que le rédacteur voulait simplement annoncer que la nouvelle n'avait pas été "diffusée" comme l'a fait le "Réseau Sortir du Nucléaire".

"Ne sont plus autorisés" et "ne font plus foi" ...
Ils ne sont plus autorisés à utiliser leurs mesures comme mesures officielles car elles ne font plus foi. Après oui, si ils veulent ils font des mesures, personne ne va leur interdire.

Que le délai soit court pour avoir l'agrément, est une chose mais la procédure que demande l'ASN doit être la procédure standard, normalisée et reconnue, donc pour ceux qui sont censés faire les mesures depuis plus de 20 ans, l'agrément ne devrait pas poser de problème... Sauf si depuis 20 ans ils les font mal... ?

"Les erreurs de mesures ne sont-elles pas si considérables/graves que cela ??"
Il ne s'agit pas d'erreur de mesure, pour un agrément, c'est une procédure, un protocole que l'on respecte ou non.
Et quand on ne suit pas un protocole de mesure, soit l'incertitude sur le résultat augmente, soit la valeur est fausse, soit les 2.
En tout cas, cela montre qu'EDF, chargé de la surveillance autour des sites nucléaires ne réalisent pas correctement ses mesures, moi je me demande surtout depuis quand et si ils ne sont pas passés sur des incidents sans s'en rendre compte...
Là c'est grave et considérable.

Quant au CRIIRAD (par exemple), ils alertent l'opinion publique quand c'est nécessaire. Si ils n'avaient pas besoin de le faire parce qu'EDF communiquait un peu plus lorsqu'il y a des soucis (Sauf que pour se rendre compte des soucis il faut faire les mesures correctement), là je serai un peu plus content.
Leurs mesures ne sont peut-être pas juste mais au moins elles ne font pas référence officiellement.
Et franchement je crois plutot que "tout le monde sera content" le jour il n'y aura vraiment plus ni doute ni crainte mais avec le nucléaire, ça ne me semble pas être possible.

Et si le mois prochain EDF obtenait l'agrément, ça voudrait juste dire qu'ils avaient les moyens de bien faire les mesures et qu'ils ne le faisaient pas. Négligence ou ignorance organisée comme le dit Nicole Roelens, là je n'en sais rien, j'espère encore un peu mais de moins en moins.

Très très déçu par Actu-environnement ? Levé du mauvais pied ou juste en désaccord avec ce qui est dit...?

Tombour | 15 janvier 2009 à 14h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Comment biaiser l'info par manque de rigueur...

Merci Christian!

Enfin un peu de bon sens sur la communication à propos de la communication sur le nucleaire...!

Pour ceux que ca interesse, voila l'adresse de l'article du 13 janvier de l'ASN : http://www.asn.fr/sections/accueil/actualites/asn-vigilante-sur-surveillance

Aux journalistes d'Actu-Environnement : merci de verifier les dires de "Sortir du Nucleaire", car ils sont trop militants pour etre honnete, et je le verifie aujourd'hui pour la troisieme fois.

deborah | 15 janvier 2009 à 20h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Comment biaiser l'info par manque de rigueu.

Je ne souhaite pas lancer un troll, ou polémiquer impoliment, mais
Mat, vous n'avez décidément pas lu ce que j'ai écrit !

Les très officiels documents de l'ASN sont publiés, gratuitement et librement accessibles ! Ce n'est donc pas "Sortir du Nucléaire" qui fait une découverte !

Sortons de l'attitude infantilisante "On nous aurait mal informé ?". Si le sujet vous intéresse, suivez son actualité ! C'est ça la démocratie.
D'ailleurs, Libé a compté : en trois clics de souris à partir de la page d'accueil on accède aux documents !


Si d'ailleurs cela vous intéressait, vous sauriez qu'on ne retire pas leur agrément aux labos EDF... Ils ne l'ont jamais eu, et pour cause ! la procédure d'agrément a pris effet au 1er janvier...

Sortons de l'attitude infantilisante qui consiste à être choqué que l'exploitant soit responsable de sa conduite, et fasse lui-même l'essentiel de ses contrôles... En démocratie, on vous fait confiance, et on ne flique qu'exceptionnellement, pas le contraire, bien que ce soit la tendance lourde de notre société qui voudrait tendre au risque zéro.

Pour prendre une image, je conduis ma voiture, je ne veux pas d'un flic ou d'un limiteur de vitesse, mais j'accepte volontiers les remontrances de mes passagers...
L'auto-contrôle oui. Le fliquage systématique, non. Quelques radars, c'est parfait.

Car à terme, la surveillance systématique à tous les étages aboutit à l'effet inverse de celui recherché. Elle dé-responsabilise. On fait confiance au système au lieu de faire confiance aux gens. C'est l'organisation soviétique, dont on ne peut pas dire qu'elle ait brillé en terme d'assurance qualité, de respect de l'environnement ou de sécurité...


Il faut savoir trouver la juste mesure entre laisser-aller, auto-contrôle+contrôles inopinés, et fliquage systématique.

Christian | 15 janvier 2009 à 21h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Comment biaiser l'info par manque de rigueu.

Je vous cite :
"je pense que le rédacteur voulait simplement (...)"
Merci Tombour de m'expliquer ce que vous croyez que l'auteur pourrait avoir voulu dire.


Moi, je m'en tiens à ce qu'il a écrit, et qui est tout à fait imprécis et tendancieux.


Alors, oui, je ne suis franchement pas d'accord, bien que d'excellente humeur !

Christian | 15 janvier 2009 à 22h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Une information doit être vérifiée !

Je pense que le passé fourmille de suffisamment d'exemple pour que toute information donnée par "Sortir du Nucléaire" fasse l'objet de vérification par tout journaliste. Prendre connaissance également à la fois de la version d'EDF, d'AREVA ou autre acteur et de celle de l'ASN avant d'écrire un article me parait le seul moyen de ne pas affoler les foules pour rien et de redonner une crédibilité à la presse sur des sujets aussi sensibles.

André | 16 janvier 2009 à 00h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Comment biaiser l'info par manque de rigueu.

Comparer un conducteur qui dépasserait la vitesse autorisée à une centrale nucléaire qui dépasserait les rejets autorisés: bravo Christian, il falliat oser! Qu'un automobiliste qui appuie trop sur l'accélérateur peut nuire aux autres, c'est certains, mais c'est incomparable avec les dégats qui peuvent être causés par l'industrie nucléaire! Parlez-en avec les riverains de Tricastin, à qui on a expliqué cet été que leur nappe phréatique étaient polluées (hum: les bonnes carottes du potager! hummm, le bon coteau du Tricastin!).
Une surveillance indépendante est absolumment indispensable, on parle de choses potentiellement très grave! Il ne s'agit pas d'un piéton qui attaquerait la mairie parce qu'il a glissé sur du verglas! Et vous osez parler d'infantilisation???

Continuez Actu Environnement! Cet article était excellent, merci aussi à Sortir du Nucléaire, qui essaie de nous ouvrir les yeux.

Christian, Déborah, comment vous en vouloir? Vous êtes des victimes du très puissant lobby nucléaire, la propagande vous a touché, vos yeux sont fermés, et vous êtes plus ou moins consentents. Je ne veux pas que mes enfants m'accusent d'avoir pourri leur avenir, avec cette énergie sale et ses promesses de méthodes qui seront un jour trouvées pour retraiter des quantités inimaginables de déchets radioactifs. Et vous?

Mat | 16 janvier 2009 à 10h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Réponse de la rédaction

Mesdames, messieurs chers lecteurs

Comme souvent sur le forum d’Actu-environnement, certains sujets font polémiques et le nucléaire en fait partie. Devant le discours virulent de certains acteurs, il est parfois tentant de ne pas relayer certaines informations. Actu-environnement s’efforce toujours de peser ses choix éditoriaux.

Dans le cas de cet article, la publication d’une réponse du MEEDDAT à l’interpellation des associations a poussé la rédaction à rédiger un article sur le sujet afin d’expliquer la polémique à ses lecteurs. Actu-environnement ne se veut en aucun cas être le porte-parole d’un acteur en particulier. Les sources des informations sont systématiquement citées et les différents acteurs sont représentés : en l’occurrence le MEEDDAT, l’ASN, et les associations.
Les différents documents cités par certains lecteurs dans leurs réactions ont été la base même de la rédaction de cet article. Ce sujet fera bien sûr l’objet d’un suivi.

Encore une fois, il ne s’agit pas de prendre parti mais d’exposer la position de tous.

Sachez qu’Actu-environnement continuera à vous fournir une actualité variée, précise, indépendante et gratuite sur tous les sujets environnementaux qui vous tiennent à coeur.

Merci pour votre lecture attentive.

La rédaction

Actu-environnement | 16 janvier 2009 à 14h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Comment biaiser l'info par manque de rig.

quelques précisions techniques:
Le tritium: émetteur béta pur à 18 Kev, pratiquement le moins dosant de tous les radionucléides émis par une centrale.
Agréement ASN: Depuis l'origine tous les protocoles mis en oeuvre sur les mesures environnementales par EDF ont été imposés et surveillés par les autorités de sureté nucléaires.
Les principaux biais constatés concernent des seuils de détections un peu plus élevés que ceux obtenus par des méthodes normalisées de laboratoire de recherche et qui majorent de ce fait les activités mesurées et déclarées par EDF.

Mona | 17 janvier 2009 à 00h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Comment biaiser l'info par manque de rig.

Mat, votre mauvaise foi est outrageante !

La comparaison ne portait évidement pas sur les risques, et vous l'avez sans doute fort bien compris. Elle portait sur la psychologie, et l'attitude générale - que je qualifie effectivement d'infantilisante- qui fait préférer le contrôle a priori, la contrainte et la coercition d'une part, à la confiance, l'auto-contrôle, et le cas échéant, les sanctions a posteriori, d'autre part.


Ne pas faire confiance (un peu) à ses concitoyens, surtout s'ils sont fonctionnaires ou ont un statut public, ramener tout au lobby, ("on nous cache tout, on vous trompe"), c'est vraiment misérable pour la démocratie.


Pour vous résumer à nouveau ma position (difficile à comprendre, certes, car elle n'est pas noir ou blanc, elle est nuancée) :

il faut des contrôles indépendants (des radars sur les routes). Néanmoins, il n'y a pas à être choqué que l'essentiel des mesures soient le fait de l'exploitant lui-même, qui, tout de même, n'a pas l'intention de nuire à ses concitoyens :
il défile (trop) souvent au nom du service public pour qu'on le soupçonne de cela !



Enfin, merci de ne pas mélanger la question des déchets, "la propagande", l'avenir des mes enfants, etc, qui n'ont rien à voir avec cette discussion...
Il y a un autre article récent sur le sujet des déchets précisément. Si le coeur vous en dit, on se retrouve là-bas.

Christian | 17 janvier 2009 à 20h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Série EZ : analyseurs d'eau en ligne multi-paramètres Hach®