En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Lac-Mégantic : le laxisme des autorités et du transporteur pointé du doigt

Risques  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

Laxisme des autorités de contrôle, matériels ferroviaires défectueux et enchaînements de fautes ont conduit à la catastrophe ferroviaire de Lac-Mégantic au Québec de juillet 2013, qui avait fait 47 morts, ont conclu mardi les responsables de l'enquête, rapporte l'AFP. Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST), chargé de l'enquête, a identifié 18 facteurs ayant joué un rôle dans cet accident.

Selon le rapport final remis mardi 19 août par le BST, le ministère canadien des Transports a fait preuve de laxisme dans sa surveillance de la société ferroviaire Montreal, Maine & Atlantic (MMA) dont le train chargé de pétrole a déraillé et explosé, ravageant la ville de Lac-Mégantic, tuant 47 personnes et entraînant l'évacuation de 2.000 habitants. Les contrôles effectués par le ministère étaient trop superficiels et trop peu fréquents. D'autre part, MMA avait une faible culture de sécurité et n'avait pas de système de gestion de la sécurité fonctionnel pour gérer les risques.

Une industrie en pleine expansion

"Cette industrie en pleine expansion dont les trains transportaient de plus en plus de pétrole d'un bout à l'autre du pays et de l'autre côté de la frontière [américaine] n'était tout simplement pas surveillée", a affirmé un responsable de l'enquête, Jean Laporte.

Concrètement, le BST a établi que le conducteur n'avait actionné les freins que de cinq locomotives et de deux wagons lorsqu'il avait stationné, en haut d'une côte, le convoi de 72 wagons-citernes, transportant 7,7 millions de litres de pétrole. Le train s'était progressivement mis en mouvement, atteignant la vitesse de 100 km/h avant de dérailler au centre de Lac-Mégantic.

Le rapport recommande que les trains laissés sans surveillance soient toujours retenus efficacement et que les sociétés ferroviaires aient des systèmes de gestion de la sécurité qui fonctionnent vraiment.

Réactions1 réaction à cet article

 

Décidément le gaz de shit n'a que des inconvénients

lio | 21 août 2014 à 12h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager