En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Lancement de « l'accélérateur eau » pour 18 entreprises du secteur

Le programme d'accompagnement « l'accélérateur eau », dédié aux TPE et PME, est désormais lancé. Il vise à épauler dans leur transformation 18 entreprises du secteur pour un meilleur développement.

Eau  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com
Lancement de « l'accélérateur eau » pour 18 entreprises du secteur

Après un lancement initialement prévu en mars mais reporté pour cause d'épidémie de Covid-19, le programme d'accompagnement « l'Accélérateur Eau » dédié aux TPE et PME a finalement vu son démarrage officiellement se concrétiser le 6 octobre.

Cette initiative est portée par la Filière française de l'eau, Bpifrance et le ministère du Travail (DGEFP). Cette volonté de faire prospérer les entreprises du secteur grâce à l'appui d'un programme d'accélération constitue l'un des cinq projets structurants du contrat de filière signé par la filière française de l'eau en février 2019. Cette dernière a elle-même été constituée en 2017 par les fédérations et pôles de compétitivité avec la volonté de regrouper l'ensemble des acteurs de la chaîne de valeur de l'eau.

Renforcer les synergies commerciales

« Au-delà des enjeux de rebond dans un contexte post-Covid, le secteur a des enjeux spécifiques : essayer de travailler plus ensemble pour avoir une vraie stratégie marketing de filière sur la chaîne de valeur de l'eau, créer des nouveaux dispositifs plus sobres et mieux travailler l'attractivité de la filière », précise Guillaume Mortelier, directeur exécutif en charge de l'accompagnement chez Bpifrance.

Le programme s'articule sur douze mois autour de trois approches : un parcours de conseil initié par un diagnostic sur les axes de performance de l'entreprise à court et moyen terme, la participation à cinq séminaires en partenariat avec l'école Polytechnique sur des thématiques ciblées, complétés par des formations en e-learning, mais également l'accès au réseau de la promotion des entreprises sélectionnées et au réseau des partenaires de Bpifrance.

« A titre d'illustration, le premier séminaire concernera la stratégie et le modèle économique, un intervenant, par exemple un chef d'entreprise, détaillera la stratégie emblématique qu'il a développé sur le secteur et les membres de la promotion travailleront ensuite sur leur propre stratégie en sous-groupe, développe Guillaume Mortelier. En parallèle, des consultants viendront dans leurs structures pour établir un diagnostic d'entrée : analyser leur maturité sur les différents enjeux de production, de commercialisation, d'organisation, identifier les leviers de croissance. En fonction de ce diagnostic, nous allons structurer des modules de conseil, soit leur stratégie, soit le pilotage de leurs performances ou leur développement à l'international etc. ».

18 entrepreneurs retenus

Cette première « promotion » est constitué de 18 entrepreneurs. La filière française de l'eau, les pôles de compétitivité ont épaulé Bpifrance pour recruter les participants. « Notre cible était des PME entre un et 15 millions d'euros de chiffre d'affaires avec plus de 10 salariés, note Guillaume Mortelier. Nous recherchions également des entreprises solides avec des dirigeants prêts à travailler dans un collectif ».

Ces entreprises couvrent des secteurs d'activités variés, de la fontaine à eau, à la biotechnologie, en passant par les travaux publics, l'ingénierie, l'irrigation agricole, ou encore la surveillance de la qualité des environnements aquatiques, etc.

« En France nous avons de très bon ingénieristes, de très bons producteurs de solutions, nous sommes persuadés qu'en les faisant travailler ensemble, ils seront capables de proposer des solutions intégrées et d'aller « chasser en meute à l'internationale », souligne Guillaume Mortelier.

 
La filière de l'eau en chiffre Selon le comité stratégique de filière, le secteur de l'eau représente en France près de 5000 entreprises, 53000 emplois directs et indirects pour 28,4 milliards d'euros de chiffre d'affaires dont 29 % réalisé à l'international.
 
En fil conducteur, pour guider les transformations à conduire pour la filière, figure l'étude « L'eau du futur ». Celle-ci a identifié quatre familles de solutions prioritaires pour répondre aux évolutions du marché. Ainsi, elle préconise d'optimiser les nouveaux moyens de collecte, d'exploitation et de valorisation des données pour améliorer les investissements (par exemple les capteurs, les robots d'inspection, l'intelligence artificielle, le big data etc.). L'étude conseille également de revoir les modes de fabrication et de pose des réseaux pour permettre l'utilisation de nouveaux matériaux, des réseaux plus durables. Elle revient également sur la réutilisation des eaux usées épurées (35444). Parmi les traitements avancés des eaux usées à encourager pour le développement de leur utilisation, elle pointe l'ozonation, l'oxydation avancée et l'optimisation des traitements biologiques. Enfin, l'étude recommande une orientation vers des infrastructures plus sobres en énergie et productrices de ressources. La gestion des effets de la crise sanitaire du Covid-19 a été également intégrée au programme. « L'accélérateur, initié avant la crise, a été réorienté pour traiter les enjeux de rebond afin de sécuriser la reprise et de repenser les modèles économiques des accélérés dans une économie profondément bouleversée », complète Guillaume Mortelier.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager