Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Lancement des Assises de la forêt et du bois

Gouvernance  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com

Mardi 19 octobre, les ministres de l'Agriculture, de l'Industrie et de la Transition écologique ont lancé officiellement les travaux des Assises de la forêt et du bois. Quatre grands axes de réflexion sont au menu pour des conclusions attendues pour janvier 2022 : « Les Assises doivent permettre une déclinaison opérationnelle, un exercice ouvert, un dialogue, pour répondre à des questions très précises », expliquent les ministères. Comment garantir le rôle de la forêt dans la stratégie bas carbone, améliorer la résilience des forêts, renforcer la valorisation de cette ressource sur le plan national et faciliter le dialogue entre les acteurs de la gestion forestière ? Voici les quatre sujets en question.

La conciliation des enjeux de stockage du carbone avec l'exploitation de la forêt sera au centre des discussions. Le renouvellement forestier face au changement climatique et aux maladies qui fragilisent la forêt française également, sans compter les questions de moyens financiers et humains déployés pour gérer la forêt française avec, en toile de fond, le rôle de l'Office national des forêts (ONF).

Les travaux seront organisés comme ceux du Varenne de l'eau, avec des groupes de travail coprésidés par un parlementaire et une personne qualifiée qui orchestreront les réunions et la participation des parties prenantes. Les livrables prendront la forme de fiches synthétiques d'actions ou de recommandations.

Réactions2 réactions à cet article

 

Encore des Assises qui donneront lieu à des Etats-Généraux qui seront suivis d'un Grenelle ou d'un Varenne (quelle est l'adresse du ministère en charge de détruire la forêt ?) qui aboutiront à une Grande Loi, elle-même suivie d'une multitude de décrets, d'arrêtés et autres circulaires expliquant lesdits décrets et arrêtés coupant les cheveux en quatre et créant des observatoires, des commissions, des assemblées, qui décideront de révisions des textes pour des exceptions omises durant la rédaction "en urgence" de toutes ces billevesées, et qui boucleront ensuite avec des conventions territoriales (communales, intercommunales, cantonales, départementales, régionales), puis d'une Convention nationale (citoyenne bien sûr) qui décidera d'écrire une Nouvelle Grande Loi. Et on recommence. C'est ça, l'économie circulaire : on tourne en rond.

Bienvenue au pays de Courteline !

Leader mondial des textes creux et des "avancées statiques" et du nombre de "hauts-fonctionnaires", vive la France éternelle

Vivement le discours de Macron à la COP26 ! Prix Nobel garanti.

Albatros | 21 octobre 2021 à 17h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Comment oser parler de résilience de la forêt quand on ne fait rien contre les coupes rases de feuillus remplacées par des hectares de plantations de monocultures de résineux ?
Comment osez-vous ?

Jeep5892 | 21 octobre 2021 à 22h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Conseil en droit de l'Environnement, Énergie et Infrastructures Cabinet Valentin Renoux - Avocat