En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Rénovation énergétique : le gouvernement maintient le suspens

Comment financer la rénovation de 500.000 logements par an ? De nombreux acteurs espéraient des annonces ce jeudi à l'occasion d'un déplacement ministériel. Las, il faudra encore attendre pour savoir ce que propose le gouvernement.

Energie  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com

Lors de la conférence environnementale de septembre 2012, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, présentait les grandes lignes d'un plan de rénovation énergétique des bâtiments.

Six mois plus tard, François Hollande, président de la République, Cécile Duflot, ministre du Logement, Delphine Batho, alors ministre de l'Écologie, et Sylvia Pinel, ministre de l'Artisanat, dévoilaient les 20 mesures d'un plan d'investissement pour le logement. Son objectif ? "Répondre immédiatement à l'urgence en favorisant la création d'emplois et l'émergence des nouvelles technologies de construction et de rénovation énergétique pour répondre au défi écologique", assurait alors le gouvernement.

Reste qu'à la veille de la deuxième conférence environnementale, les détails de la mise en œuvre du plan censé concrétiser l'engagement du président de la République de rénover 500.000 logements par an d'ici à 2017 (voir encart), et tout particulièrement les détails concernant son financement, se font toujours attendre.

 
La feuille de route gouvernementale Pour rappel, le gouvernement ambitionne de rénover 270.000 logements, dont 90.000 logements sociaux, en 2014, avant d'accélérer le rythme en 2015 "pour atteindre en vitesse de croisière" 380.000 rénovations par an dans l'habitat privé et 120.000 dans le logement social. Actuellement, environ 120.000 logements privés et 25.000 logements sociaux sont rénovés chaque année.
 
Une campagne publicitaire

Dans ce contexte, les observateurs scrutent les agendas ministériels dans l'attente d'un déplacement susceptible de donner lieu à des annonces concrètes en matière de financement de la rénovation énergétique. Las, le déplacement, ce jeudi, de Jean-Marc Ayrault dans le Pas-de-Calais en compagnie de Cécile Duflot, ministre du Logement, et de Philippe Martin, ministre de l'Écologie, pour le lancement du dispositif d'aide à la rénovation énergétique des logements "j'éco-rénove, j'économise", n'a pas répondu aux attentes.

Dans le cadre de ce déplacement, les ministres se sont bornés à rappeler les annonces faites jusqu'à maintenant : créations de guichets uniques, les 450 points rénovation info service, renforcement de la subvention spécifique pour les ménages modestes qui passe de 35 à 40% du montant des travaux et création de deux primes de 1.350 et 3.000 euros. Autant de nouveautés qui ont déjà fait, pour certaines, l'objet de textes règlementaires.

Si les modifications apportées aux aides soumises à un plafond de revenu sont déjà connues, le crédit d'impôt promis de longue date se fait toujours attendre. En l'état, les ministres se sont contentés de reformuler la promesse : "les aides existantes (éco-prêt à taux zéro, crédit d'impôt développement durable) vont être optimisées", assurent-ils.

Reste, une nouveauté : l'annonce d'"une campagne de communication grand public dont l'objectif est de sensibiliser les Français à l'intérêt d'éco-rénover leur logement, les informer sur l'importance des aides déployées par les pouvoirs publics et les inciter à engager des travaux de rénovation énergétique". La campagne fera la promotion du numéro Azur et du site Internet rénovation info service.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…