En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La région Ile-de-France lance officiellement l'agence Natureparif

Les locaux de Natureparif, l'agence francilienne pour la nature et la diversité, ont officiellement été inaugurés le 30 juin à Paris par Jean-Paul Huchon, Président du Conseil Régional d'Ile-de-France. Détail d'une mission pour le moins complexe.

Biodiversité  |    |  Mathieu Duchesne Actu-Environnement.com
C'est un peu comme une naissance, un baptême ou une crémaillère. Une nouvelle aventure commence et tous les espoirs sont permis plaisantait, lundi 30 juin dernier, en début de soirée, le journaliste chargé d'animer la soirée d'inauguration des locaux de Natureparif, l'agence francilienne pour la nature et la diversité. À la tribune, très enthousiaste, son tout nouveau Président, le conseiller régional Vert Jean Vincent Placé, tire la sonnette d'alarme : le climat change et les grands félins ne sont pas les seuls à être menacés de disparition. Aujourd'hui, nous devons protéger les abeilles, certaines chouettes, les chauves-souris et des milliers d'insectes qui, tous, sont indispensables à la survie de nos écosystèmes.

Une biodiversité importante, souvent ignorée

Si l'Ile-de-France est, selon lui, une région très dense où l'agriculture est beaucoup trop intensive, son patrimoine est riche : les gens ne le savent pas mais près de 80% de notre territoire n'est pas habité ! Nos quatre parcs naturels régionaux, en Essonne, en Seine-et-Marne, dans la Haute vallée de Chevreuse et dans le Vexin cachent des trésors. En effet, la région recense sur son territoire de nombreuses espèces : 18.000 d'insectes, 60 de mammifères, 17 de reptiles, 12 d'amphibiens et 1.500 de végétaux tandis que 228 des 375 espèces d'oiseaux recensés en France fréquentent l'Ile-de-France. Un brin goguenard, Jean Vincent Placé ne résiste pas à l'envie d'égratigner ses adversaires politiques de droite au conseil régional : Roger Karoutchi s'est récemment indigné du prix investi par la région pour deux études : l'une sur les libellules et l'autre sur les orchidées de Madagascar. Il ne comprend pas toute l'importance que revêt ce type de recherches. Pour lui, la biodiversité est une question secondaire. Pour nous, c'est l'inverse. Préserver la nature est une priorité. Pour populariser la lutte contre l'appauvrissement de la biodiversité, l'élu veut s'appuyer sur quelques espèces : Nous réintroduirons le faucon pèlerin et même, je l'espère, une ou deux loutres ! Probablement dans les marais de la Bassée, dans le sud de la Sein-et-Marne. Venu inaugurer les locaux de Natureparif, situés au 86 rue de Grenelle à Paris, dans un immeuble occupé jusqu'à présent par l'association nationale d'Horticulture, Jean-Paul Huchon, le Président du Conseil régional d'Ile-de-France, s'est félicité de la création de l'agence : du temps où, jadis, je travaillais encore avec Michel Rocard, je me moquais gentiment de lui quand il allait négocier les accords de Kyoto. Aujourd'hui, j'ai compris mon erreur et je suis fier d'inaugurer cette agence. Ceux qui se moquent des libellules n'ont rien compris. Ici aussi se mène la bataille de l'humanité.

Une agence francilienne de la nature ouverte sur la société

Concrètement, comment l'agence fonctionnera t-elle ? La région investit 1,7 millions d'euros de subventions chaque année. Douze postes, dont le profil a été décidé en collaboration avec le monde associatif, des scientifiques et des chercheurs tournés vers la société, sont sur le point d'être créés dans les jours qui viennent. L'agence sera chargée d'accompagner les politiques publiques et d'informer les franciliens.Avant de mettre en place des indicateurs et des tableaux de bords, nous allons devoir tout reprendre depuis le début en expliquant aux gens ce que c'est la biodiversité et en leur montrant la richesse de la nature qui les entoure dans la région. Chaque chose en son temps explique Jean Vincent Parlé. Claude Bourquard, Vice-Président de l'association Graine IDF, membre du conseil d'administration de Natureparif, au même titre que plusieurs représentants du privé (EDF, Suez Environnement et Veolia), est tout joyeux : c'est l'aboutissement d'un long travail que nous menons tous ensemble depuis plus de dix ans. Les moyens ? L'intéressé estime que la plus grosse difficulté est ailleurs :les crédits ne seront pas difficiles à obtenir. Le plus complexe consiste à persuader les populations que le respect d'une friche, par exemple, est primordial. Chanteuse, officier du mérite agricole, fervente défenseuse de la vache canadienne, une race en voie de disparition, la française Fabienne Thibault a tenu, elle aussi, à faire le déplacement. En aparté, l'ex-vedette de la comédie musicale Starmania confie : Cette création est une excellente nouvelle pour nos terroirs et nos agriculteurs. Je ne crois pas qu'il existe encore d'agence similaire au Canada. Aidons-les à faire les bons choix pour préserver la vie dans nos champs. C'est une excellente initiative.

Des locaux neufs exclusivement réservés à l'administration

A l'étage, déguisé en clown, un comédien fait visiter les nouveaux locaux de l'agence. Cette « bio-visite », telle qu'annoncée, est très rapide. Tout se tient sur un seul étage et les bureaux seront tous en open-space. Florence Lamblin et Philippe Lankry, les deux architectes chargés de la conception des lieux, accompagnent les premiers visiteurs tout au long des 180m2 de visite. Pour le choix des matériaux, nous avons privilégié des matières qui limitent les impacts sur l'environnement et les émissions de gaz à effet de serre expliquent-ils. La peinture est garantie sans solvants, la moquette est en poils de chèvres et les bureaux ont été fabriqués à base de bois certifié de forêts françaises. Les lampes, réalisés sur mesure, accueilleront des ampoules à faible consommation et les chaises (importées de Suède) sont recyclables à 100%. Coûts des travaux ? Sans gros œuvre ni matériel informatique, pour juste repeindre les murs, changer la moquette et acheter du mobilier de bureau, les contribuables franciliens ont tout de même dépensé la modique somme de 180.000 euros. Politique bling-bling ? Les contribuables, toujours eux, ne seront d'ailleurs pas invités à visiter ces locaux. Aucune exposition sur la biodiversité n'y est prévue. Seule l'administration oeuvrera ici. Etonnant de la part d'une agence qui souhaite partager son savoir avec la population francilienne. Optimiste, Jean Vincent Placé confiait à l'issue de son intervention : chaque année, Natureparif dressera le bilan de ses actions. Je vous donne donc rendez-vous en juin 2009 » Le rendez-vous est pris.

Réactions7 réactions à cet article

 
MDR

Plusieurs choses m'étonnent :
- Un partenariat public-privé. Si certains y voient un signe d'une collaboration étroite et nécessaire, on peut se demander le poids qu'auront ces entreprises sur les décisions politiques. Par nature, ces décisions devraient échapper aux lobbys divers et variés.
- Le prix dépensé pour la réhabilitation. A 180.000€ pour 180m2 le ratio est vite fait : 1000€/m2. C'est affolant et j'espère très sincèrement que l'environnement ne cache pas, une fois de plus un moyen pour ce président de région d'enrichir ses amis ou famille.

A bon entendeur, vive la poudre et la fumée !!

Ethique | 02 juillet 2008 à 17h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Pour aller de pair avec Naturparif... !

Pour aller de pair avec cette démarche de promotion de la Nature et de la Biodiversité de la flore et faune, et dans la logique des choses il faudrait donc promouvoir les STEP_végétalisées...(STEP = Station d'épuration des eaux usées)..
3 atouts principaux sont, je pense:
- TRAITE !, donc sait faire comme une STEP classique !
- Plus BELLE et intégrée ! et Favorise la BIODIVERSITE ! pour la faune et la flore !
- ECONOMIQUEMENT plus intéressante ! qu'1 STEP classique ! pas / très peu de frais de maintenance annuelle !
NB.: désavantage par rapport à STEP classique: a besoin de plus de place car la NATURE a besoin de ça pour DIGERER ! En gros la Règle: besoin de 1 à 4.5 m2 / habitant_équivalent,..
Les installations peuvent être à dimension humaine, à celle d'un hameau, intégrées dans la Nature, plutôt que de requérir des canalisations lourdes et onéreuses pour aller vers une STEP industrielle régionale énorme....
Espérons que l'avènement de Natureparif fasse aller dans ce sens, en cohérence...A+ Salutations Guydegif(91)

Guydegif(91) | 03 juillet 2008 à 06h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 
une nouvelle religion de l'altruisme

Il est temps que des structures officielles pour la protection de la biodiversité autres que militantes voient le jour à l'échelle régionale. J'espère qu'on y intègrera du personnel compétent.

collembole | 03 juillet 2008 à 09h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Natureparif sans voiture ce serait mieux

Sympa Natureparif et de s'occuper de la biodiversité... mais la pollution engendrée par l'abus de voitures est en train de tuer cette biodiversité l'homme compris.
Ne dites pas que les voitures vous préoccupent. Le courage serait que les politiques les interdisent en ville surtout à Paris à l'exception des véhicules utiles. Le moyen: des transports publics plus modernes plus nombreux mieux répartis, après tout la SNCF et la RATP font un sacré profit sur le dos du public (nouvelles augmentations le 1er juillet!!!).

Dan | 03 juillet 2008 à 10h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 
DECHETS / DETRITUS AUX ABORDS DES ROUTES

Ras le bol des déchets non ramassés par les Mairies et les communes aux abords des routes.

Et que dire de la SNCF et de ses voies férrées ?

A quand plus de moyens pour faire ramasser tout ça ?

Anonyme | 03 juillet 2008 à 16h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 
adresse de ces locaux?

Les locaux de Natureparif, l'agence francilienne pour la nature et la diversité ont été inaugurés, c'est bien mais à moins d'avoir lu l'article trop vite, je n'ai pas trouvé où se situent ces locaux.pouvez-vous me communiquer ses coordonnées? merci
Marido

marido | 10 juillet 2008 à 14h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 
CONNAITRE L ADRESSE DES LOCAUX ET EVENTUELLEMENT S

j'aimerais bien évidemment connaître l'adresse des locaux et surtout savoir s'il est possible de postuler pour un emploi afin de participer activement à la protection des espèces animales et surtout les oiseaux
merci de me contacter

chantal | 24 juillet 2008 à 21h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager