En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le sous-sol de la planète Terre se dévoile sur Internet

79 organismes internationaux travaillent à la réalisation de la première carte géologique numérique du globe terrestre. Le projet, baptisé OneGeology, consiste à rendre ces données disponibles sur le web et à les actualiser régulièrement.

Biodiversité  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com
   
Le sous-sol de la planète Terre se dévoile sur Internet
Exemple d'une carte incluant la France
© BRGM
   
Dans le cadre de l'Année Internationale de la Planète Terre, 79 organismes internationaux spécialisés dans la géologie se sont lancé le défi de réaliser la première carte géologique numérique du globe terrestre. Baptisé OneGeology, le projet consiste à regrouper et à traduire dans un même langage les données géologiques produites par les scientifiques et surtout à les rendre consultables sur le web via un portail spécifique.

Les cartes géologiques visent principalement à renseigner sur les ressources naturelles renfermées par le sous-sol (eau, hydrocarbures, minéraux) et aident à pallier aux risques géologiques comme les séismes, les volcans ou le radon. Beaucoup d'économies sont en effet basées sur l'exploitation de ces ressources et la géologie est au cœur de nombreuses problématiques environnementales actuelles. L'enfouissement des déchets en est un exemple. OneGeology catalogue par conséquent des milliers de masses rocheuses en partant des plus anciennes, plus de 3 milliards d'années, jusqu'à celles qui sont actuellement en formation. Les résultats de plus de 170 études réalisées depuis le 19e siècle ont déjà été intégrés. L'échelle choisie est 1/1 000 000 mais le projet se veut pragmatique et accepte d'autres échelles.

Outre le besoin d'information, ce projet veut répondre au désir d'uniformisation des données géologiques. Les études géologiques utilisent une grande variété de logiciels pour présenter leurs résultats. Le challenge consiste donc à mettre en place une infrastructure informatique capable de gérer toutes les informations afin de les rendre accessibles à tous. Cette infrastructure a été présentée début août lors du 33ème congrès Géologique International à Oslo en Norvège. Développés et placés sous la responsabilité du Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM) à Orléans, 14 serveurs ont été mis en place pour recueillir les résultats de chaque étude géologique réalisée à travers le monde. Le portail OneGeology accède à tous ces serveurs individuels et affiche les informations sur le site internet OneGeology en offrant la possibilité de zoomer, de recentrer, d'afficher ou de masquer les informations.
Au final, OneGeology rend les données cartographiques géologiques numériques accessibles et permet d'effectuer un transfert de savoir-faire tout en accélérant le développement et l'adoption de nouvelles normes qui vont permettre aux données cartographiques géologiques de devenir « interopérables ».

 
Aujourd'hui, chacun peut consulter le site internet OneGeology afin d'accéder à des cartes géologiques du monde entier  
Francois Robida
 
Pour l'instant les pays qui participent au projet OneGeology couvrent plus de 102 millions de kilomètres carrés soit 69% de la surface émergée de la Terre. Aujourd'hui, chacun peut consulter le site internet OneGeology afin d'accéder à des cartes géologiques du monde entier, en partant d'une vue générale de notre planète sur des cartes à grande échelle présentant des masses rocheuses situées dans des pays bien spécifiques, explique Francois Robida, chef adjoint du service des Systèmes d'Information au BRGM.
La prochaine étape consistera à développer un système de demande d'information plus sophistiqué qui permettra une recherche des masses rocheuses. Plusieurs partenaires du projet travaillent également sur la mise à disposition de données via des modèles tri et quadridimensionnels.

Réactions2 réactions à cet article

 
les continents fluorescents

ou sont les anciennes roches et ou sont les plus récentes?ce procédé technologique fera t-il interrompre voire annuler les projets d'enfouissements des solides et des gazs (total et son CO2) en dessous des civilisations présentes et futures...

Cela dit,un petit tour sur ce site me mettrerait peut etre les cénotes du Mexique sous un angle différent :il ya quoi dans ce cercle de "puits d'eau"?tchao

kikaji | 21 août 2008 à 17h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 
participer avec vous pour le sous sol planète

je viens de recevoir un émail du dept de l'environnement m'informons de cette nouvelle alors j'ai décidé de m'engager avec vous bénévolement pour enrichir le débat que je trouve très intéressant étant donné que je suis un géologue pétrolier et je prépare un mas ter en droit de l'environnement merci et bon courage à toute l'equipe.

nambag63 | 22 août 2008 à 02h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…