Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Emballages plastique : Citeo lance de nouvelles filières de recyclage en boucle fermée

Huit projets se partageront le recyclage des bouteilles en PET foncé ou opaque blanc et des sachets en PE et PP. L'essentiel des procédés retenus visent à fermer la boucle en permettant le retour au contact alimentaire.

Déchets  |    |  P. Collet

Ce jeudi 9 mars, Citeo a annoncé huit nouveaux lauréats de son appel d'offres pour le recyclage des emballages en plastique peu ou pas recyclés. L'éco-organisme de la filière de responsabilité élargie des producteurs (REP) d'emballages ménagers pose les bases d'un nouveau paysage du recyclage des emballages plastique clairement orienté vers le retour au contact alimentaire.

Les projets retenus proposent la création d'usines de recyclage chimique pour les emballages en polystyrène (PS) et les films et sachets en polyéthylène (PE) et polypropylène (PP), ainsi que le déploiement de nouveaux procédés mécaniques de recyclage du polyéthylène téréphtalate (PET) foncé ou opaque blanc. Environ 80 % des volumes alloués seront recyclés en France.

Le retard du recyclage des emballages plastique

L'Union européenne a fixé un objectif de 50 % en 2025 pour l'ensemble des emballages en plastique. Actuellement, ce taux est de 30 % pour les emballages ménagers.
Ce taux moyen cache de grandes disparités. Les emballages plastique collectés séparément de longue date, soit environ 65 % de ceux présents dans le bac jaune, disposent d'une filière. Celles-ci permettent soit un retour au contact alimentaire, pour les bouteilles PET clair, soit d'autres usages, pour les flacons en PE et PP.
En revanche, l'essentiel des emballages ajoutés dans le cadre de l'extension des consignes de tri, soit les 35 % restants, sont peu ou pas recyclés (le taux de recyclage de ces emballages est de 11 %).
Des projets à concrétiser d'ici à 2025

Au cours des cinq dernières années, les pouvoirs publics ont progressivement confié à Citeo la mission d'organiser des filières de recyclage pour ces plastiques peu ou pas recyclés. D'abord, en regroupant tous ces emballages dans un flux unique appelé « en développement ». Ensuite, en confiant à Citeo la reprise exclusive de ce flux. Objectif : massifier les volumes pour susciter des investissements. L'an dernier, Citeo a sélectionné trois centres de tri chargés de séparer ces emballages en cinq flux : les bouteilles d'eau gazeuse en PET coloré ; les bouteilles de lait en PET opaque ; les pots et barquettes en PET ; les pots de yaourt, de produits laitiers frais (crème fraîche, etc.) et de compotes en PS ; et les sacs et sachets en PE et PP.

On sait maintenant qui sera chargé du recyclage de l'essentiel de ces lots. De manière générale, Citeo prévoit la mise en place progressive de nouvelles filières et annonce des volumes pour 2025, année à partir de laquelle les projets retenus devront être opérationnels. Ces volumes sont des engagements minimaux, basés sur un volume disponible de 80 000 tonnes par an (t/an) de déchets d'emballages rigides et 50 000 t/an d'emballages souples. De nouvelles allocations pourraient avoir lieu si les volumes sont supérieurs. Citeo explique aussi qu'en dehors du PET (qui a déjà une valeur et peut donc être vendu), les projets lauréats seront rémunérés pour recycler les volumes attribués. Avec des contrats de six à neuf ans, la facture représentera « un investissement de plusieurs dizaines de millions d'euros », explique Sophie Genier, directrice des services recyclage de Citeo.

Lancer le recyclage des films par pyrolyse

En décembre dernier, l'éco-organisme a déjà annoncé les deux lauréats pour le recyclage du PS. Le lot, de 10 000 t/an, pour des mises en marché estimées à 100 000 t/an, est alloué à deux acteurs : Eslava assurera le recyclage mécanique de 2 000 t/an par an à Valence (Espagne) et le belge Indaver recevra 8 000 t/an pour alimenter son usine de recyclage chimique en construction à Anvers. Les deux lauréats avaient été retenus parmi neuf candidats.

Aujourd'hui, le premier lot attribué concerne les 150 000 tonnes de films plastique en PE et PP mises en marché chaque année. Citeo a réparti 50 000 t/an entre trois projets : la moitié ira à l'usine de Machaon, à Châlons-en-Champagne (Marne) ; 30 % sur le site de TotalEnergies, à Grandpuits (Seine-et-Marne) – la préparation des déchets sera réalisée par Paprec ; et 20 % à l'usine d'Indaver, à Anvers. Les deux derniers acteurs développeront une technologie de recyclage chimique par pyrolyse. Quant à Machaon, il alimentera son installation de recyclage mécanique avec le PE et compte installer une unité de pyrolyse pour recycler le PP, ainsi que le PE non recyclable mécaniquement.

PET : le recyclage mécanique s'impose (pour l'instant)

Concernant le PET, le lot des bouteilles colorées attire les regards depuis son ajout au flux en développement car 70 000 t/an sont mises en marché et la résine se recycle bien en fibre de polyester. Sans surprise, l'appel à projets a suscité un bel intérêt, avec 11 dossiers déposés. D'aucuns craignaient que Freudenberg, un acteur historique du recyclage en fibre de polyester, ne soit pas retenu et perde une partie de l'approvisionnement de son usine basée à Colmar (Haut-Rhin). C'est confirmé aujourd'hui.

Finalement, 60 % des 33 000 t/an proposées par Citeo iront au site de Paprec, à Limay (Yvelines), 20 % à l'usine Suez Atlantique, à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), et les 20 % restants à NorPalPlast (en partenariat avec Valorplast) pour son usine de Lesquin (Nord). Ces acteurs vont développer un nouveau procédé de recyclage mécanique permettant un retour au contact alimentaire.

Les 3 000 t/an de PET opaque blanc (6 000 t/an mises en marché) seront recyclées mécaniquement par Paprec, qui en traitera 70 % dans son site de Limay, et NorPalPlast (en partenariat avec Valorplast), qui traitera le solde à Lesquin. Paprec avait déjà été retenu en 2017 par Citeo dans le cadre d'un consortium chargé de mettre au point un procédé de recyclage mécanique permettant un retour au contact alimentaire. C'est ce procédé qui va aujourd'hui permettre le recyclage en boucle fermée des bouteilles de lait.

Pour que ce paysage soit complet, il ne reste plus à Citeo qu'à annoncer les lauréats pour le lot de barquettes et pots en PET. Les industriels ont été retenus et les contrats sont en cours de finalisation, explique l'éco-organisme, précisant que l'annonce devrait intervenir dans les prochaines semaines. Il s'agit de la dernière opportunité pour assurer un approvisionnement en emballages en PET collectés en France à deux projets de recyclage chimique qui semblent bien avancés : celui de l'américain Eastman (sur la zone d'activité « Port-Jérôme 2 » en Seine-Maritime, avec une unité de 160 000 t/an) et celui du canadien Loop (une unité de 70 000 t/an annoncée sur la plateforme industrielle Chemesis de Saint-Avold en Moselle).

RéactionsAucune réaction à cet article

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires

Partager

Des technologies de tri pour le recyclage et la gestion des déchets TOMRA
MULTISTAR L3, crible à étoiles mobiles pour séparation 3 fractions HANTSCH