En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Lavage du linge à l'eau de pluie : pas d'évaluation sanitaire possible

Eau  |    |  Dorothée Laperche Actu-Environnement.com
Environnement & Technique N°368 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°368
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

"Il n'est pas possible de réaliser une évaluation des risques sanitaires liés à l'utilisation de l'eau de pluie pour l'alimentation des lave-linge", a conclu l'Agence nationale de sécurité sanitaire, de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) dans un avis publié le 22 février. De la même manière, elle n'a pas pu établir de limites de qualité pour l'eau d'alimentation ni de traitement générique du fait de l'hétérogénéité des données et situations.

Ces deux demandes étaient formulées par la Direction générale de la santé pour pallier un manque. L'arrêté du 21 août 2008 qui autorise l'utilisation de l'eau de pluie pour l'arrosage des espaces verts et l'alimentation des chasses d'eau ainsi que le lavage des sols intérieurs n'a en effet pas été accompagné d'une expertise préalable sur les risques sanitaires.

Une eau de pluie contaminée sur son parcours

"Les eaux de pluie sont contaminées sur leur parcours (atmosphère, toitures, système de collecte, réservoir de stockage et réseau), du fait de la pollution atmosphérique, de la contamination liée au lessivage des toitures, de la contamination du système de stockage par ses ouvertures plus ou moins étanches et de la contamination avec les matériaux du système de collecte, de stockage et du réseau intérieur", pointe l'Anses. Elle rappelle également que la machine à laver n'est pas une enceinte stérile et contient des micro-organismes.

L'Agence recommande donc d'éviter cette pratique pour les personnes immunodéprimées, en hospitalisation à domicile ou lorsque leur linge est lavé à domicile, les jeunes enfants, les populations à risque d'allergie cutanée ou ayant des maladies de peau ainsi que les personnes vivant à côté de sites industriels et de sites agricoles (où l'eau de pluie est alors susceptible de contenir davantage de contaminants).

"Entre 2009 et 2016, un minimum de 150 installations avec un dispositif de traitement pour un usage de lavage du linge a été recensé", note l'Anses. Toutefois, elle souligne que cette pratique est difficile à quantifier : le recensement des industriels français de l'eau de pluie est partiel, les installations sont rarement déclarées et il n'existe pas de collecte nationale des informations.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager