Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Une lettre ouverte somme trois ministres de combler "le vide juridique" autour de l'utilisation des pesticides

Risques  |    |  Guillaume Krempp  |  Actu-Environnement.com

Se pourrait-il que les épandages de pesticides de l'année prochaine ne soient encadrés par aucune règle juridique ? Depuis juillet 2016, lorsque le Conseil d'Etat avait retoqué l'arrêté du 12 septembre 2006 relatif aux conditions d'utilisation des produits phytosanitaires, aucun nouveau texte n'est venu le remplacer.

A l'initiative de l'association Générations futures, une lettre ouverte a donc été envoyée aux ministres de l'Environnement, Ségolène Royal, des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, et de l'Agriculture, Stéphane Le Foll. Co-rédigée et co-signée par des acteurs nationaux (Greenpeace, la Fédération nationale d'agriculture biologique...), des collectifs locaux (Alerte pesticides, Soutien aux victimes des pesticides de l'ouest...) et des personnalités (les journalistes Allain Bougrain-Dubourg ou encore Marie-Monique Robin...), le courrier fait la demande d'une meilleure protection des populations exposées aux pesticides.

Les auteurs de la lettre font donc des propositions sur ce que devrait contenir le nouvel arrêté. Les revendications s'appuient notamment sur un sondage de l'Institut français de l'opinion publique (Ifop) qui indique que 83% de la population est favorable à l'instauration d'une bande sans pesticides dans les cultures en bordure des habitations. Générations futures propose également d'élargir la protection des points d'eaux aux ruchers. Ainsi, elle préconise l'interdiction de la pulvérisation à moins de 50 mètres des lieux de production de miel. Enfin, l'association souhaite que soit obligatoire d'indiquer "de manière visible et lisible, (...) les produits épandus ainsi que les heures et jours de pulvérisation de même que le délai à respecter avant l'entrée sur la parcelle" ainsi que de prévenir les habitants voisins des champs traités des dates et heures d'épandage.

Réactions2 réactions à cet article

 

Les agriculteurs sont tenus (obligés) d'enregistrer leurs pratiques d'interventions phytosanitaires. LA FORMATION CERTIPHYTO de 2 jours leur apportait ces obligations. Des modèles et des fiches courent sur tous les sites agricoles internet..Cet article laisse supposer une insuffisance d'information...Alors, il faudra un panneau au bout de chaque parcelle ou bien un transfert de l'info sur un site publique accessible à tous...Cela voudra dire un enregistrement sur un site qui proposera : commune, date, parcelle,culture, intervention détaillée...

agregat | 29 septembre 2016 à 10h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Dans la lettre ouverte il est préconisé des "zones sans traitement avec des pesticides de synthèse le long de tous les lieux de vie" pourquoi que les produits de synthèse ? Il est vrai que la FNAB est signataire , mais certains produits bio , ne sont pas sans impact potentiel sur l ' homme ( cf utilisation du souffre en bordure d ' une école en Gironde ) Et pourquoi ne pas demander que pour toute nouvelle construction sur ou en bordure de terres agricoles qu il y ai plantation d ' une haie pour éviter l ' éventuelle dérive des produits phytosanitaires .

balxha | 29 septembre 2016 à 20h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Kartotrak : logiciel de caractérisation de contaminations radiologiques Geovariances