En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'industrie photovoltaïque française pousse son coup de gueule

Energie  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com
L'industrie photovoltaïque française pousse son coup de gueule
Une baisse de 50% à 25% du crédit d'impôt développement durable pour l'installation de panneaux photovoltaïques sur une résidence principale est prévue par le gouvernement pour le budget 2011, présenté le 29 septembre. Le secteur photovoltaïque a aussi enregistré une baisse de 12% des tarifs d'achat début septembre suite à la publication du rapport Charpin estimant que ''la filière française n'a pas émergé''.

''Le photovoltaïque français de 2020, avec 50.000 emplois nouveaux, se construit dès maintenant'', jugent de leur côté les industriels du secteur, ''mais il peut aussi sortir de la route brutalement à force de coups de freins intempestifs et de brusques coups de volants'', ont-ils prévenu, dans une lettre ouverte adressée le 7 octobre au Président Nicolas Sarkozy. Depuis ces annonces, ''le risque de destruction d'emplois est aujourd'hui bien réel'', selon eux.

Ces industriels français du photovoltaïque1, parmi lesquels Fonroche Energie, Photowatt, Solairedirect ou Solarezo, demandent au Président de la République un ''cadre de développement lisible et pérenne'' pour leur filière pour ''faire de la France l'un des leaders industriels mondiaux du photovoltaïque, capable de devenir avant cinq ans une filière significativement exportatrice''. ''Depuis le Grenelle de l'Environnement, une centaine d'entrepreneurs français a engagé de grands programmes de recherche aux côtés de l'INES et du CEA, et investi fortement pour faire émerger à grande vitesse cette nouvelle filière industrielle prometteuse'', ont-ils souligné notamment.

''Ce cadre est à fixer de façon urgente'', exigent les industriels qui ont demandé à rencontrer Nicolas Sarkozy pour lui ''faire part de propositions concrètes, au service de l'emploi et de l'innovation''.

La filière est appuyée par les associations de promotion des énergies renouvelables telles que le CLER et Hespul qui rappellent notamment, dans un billet d'humeur, que ''la politique de soutien mise en place par la France (...) a déjà permis de créer plus de 10.000 emplois, essentiellement dans les PME''.

Notes

1 - Auversun, ECM Technologies, Emix, Fonroche Energie, Francewatts, KDG Energy, Mecosun, MPO Energy, Photowatt, SEMCO Engineering / Irysolar, Sillia Energie, SNA Solar, Solairedirect, Solarezo, Solbos/Solar Construct, Soprema, Systovi, Voltec Solar.

Réactions24 réactions à cet article

 
Faire et défaire ?

Veut-on favoriser la fabrication de panneaux photovoltaïques chinois ou indiens ? ...pour ensuite subventionner leur montage en France ? Tout cela n'est pas très sérieux. Pendant que L'INES travaille aux technologies du futures , que les filières de formation se montent , que l'industrie investit ... nos politiques se montrent des plus instables et versatiles, au risque de tout foutre en l'air. En effet , cela suffit !

francis135 | 10 octobre 2010 à 18h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Assistanat

Cette filière actuellement sous assistance respiratoire devrait s'inquiéter du TRI de leurs installations et de l'amélioration de leurs fournitures. Gageons que le gourvernement réajustera ses aides une fois son quota d'ENR réalisé sur le territoire pour échapper aux pénalités de l'UE... Et la ce ne seront pas seulement les entreprises qui auront des soucis à se faire, mais les particuliers aussi.

FCKennedy | 11 octobre 2010 à 10h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Hold up sur le crédit d'impôt PV

Gonflés les lobbies du photovoltaïque !
Il est bien connu qu'à chaque fois que les deniers publics financent des investissements privés par des moyens désignés sous le nom de "défiscalisation", la plupart des professionnels majorent leurs prix et "piquent" directement le fric de la collectivité... Bourvil se contentait des troncs d'église avec ses caramels mous dans un film inoubliable... aujourd'hui les méthodes sont plus sophistiquées ! C'est un casse de 8000 € à chaque fois !
A titre d'exemple 3kWc en monocristallin valent raisonnablement par des installateurs locaux sérieux de 16 à 18000 € TTC, neuf ou rénovation, alors que les "écumeurs de campagne" avec les labels des distributeurs d'énergie facturent 25 à 27000 €, la différence correspond exactement au crédit d'impôt dont un couple peut bénéficier.
La fin de l'arnaque ? Espérons le...
Il faudrait aussi que les acheteurs de photovoltaïque particuliers "chètent et ne se fassent pas "vendre" comme des naïfs par de beaux parleurs (parleurs ou menteurs ?)

Ecobioclimatique | 11 octobre 2010 à 10h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Photovoltaïque 50 000 emplois?

J'aimerais savoir quel est le véritable nombre d'emplois dans la filière photovoltaïque si on exclut les commerciaux et que l'on ne garde que les véritables emplois que sont les industriels. De plus, si le secteur crie si fort n'est ce pas parce ce que le profi tscandaleux s'éloigne?

André | 11 octobre 2010 à 12h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Hold up sur le crédit d'impôt PV

Entierement d'accord j'ai fait l'analyse par rapport a l'étranger .Beaucoup de produits sont importés et la france du commerce rafle la mise.Achaque fois en france qu'un industriel veux developper une activite il fait appel a l'etat c'est a dire nous et nos futures dettes .Mais l'etat ne donne pas d'aide remboursable mais des subventions .A quand les marches d'2tat controlés et remboursables comme cela se passait du temps de de Gaulle.peux de sociétés gerent les produits subventionnés en compte specifique de compta analytique tout retourne dans le pot commun des boites.Des entreprises responsables et moins d'entreprises commerciales.L'avenir de l'emploi passe par l'innovation pas par l'importation de produits tout faits des achats exterieurs pour le stict necessaire pas pour un prix et moindre qualite qui creuse le tou de la dette.LE MOINS CHER ON LE SAIT N'A JAMAIS ETE LE MEILLEUR MARCHE

CLEMENT | 11 octobre 2010 à 16h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Hold up sur le crédit d'impôt PV

Le problème est que ces toutes les initiatives du gouvernement, qui sont soi disant destinées à assainir la filière et favoriser l'émergence d'une filière française, sont en train de créer l'inverse car avec toutes ces baisses de tarifs il est difficile de se projeter dans l'avenir et donc compliqué pour les industriels de prévoir les produits de demain. De plus les entreprises qui ont signée cette charte dont justement les acteurs français ceux qui tentent de créer cette filière et tous les emplois que cela représente derrière. Mais quand on voit que EDF EN une des entreprises qui installe le plus de panneaux solaires utilise des produits chinois c'est ca qui devrait interdire. Et il faudrait aussi que lors des appels d'offre on appuie plus sur le côté environnemental avec le bilan carbone des produits afin de favoriser les produits locaux et non les panneaux asiatiques comme c'est le cas aujourd'hui avec le seul critère financier.

laloutre | 11 octobre 2010 à 17h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Contre les subventions

Ce n'est pas seulement le crédit d'impôt qu'il faut supprimer pour le PV, mais aussi toutes les subventions pour une énergie qui représente moins de 0,05 % de l'électricité en France et qui nous coûte très cher en impôts : importation des cellules d'extrême-orient, d'Allemagne et des USA. De plus la fabrication du silicium et très énergétivore (il faut 4 à 5 ans d'utilisation pour amortir la consommation de production)... et la durée de vie est de l'ordre de 20 ans, avec recyclage à prévoir de métaux lourds. Un système efficace se doit d’être rentable par lui-même. De grâce ne laissons pas proliférer les lobbystes et les chasseurs de primes.

Reyne | 11 octobre 2010 à 18h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Photovoltaïque 50 000 emplois?

Bien vu: Des Profits Scandaleux ni plus ni moins
des kits pv. achetés 3 000 € revendus 30 000 € et en plus les toitures deviènnent des passoires !!!!

tiptop | 12 octobre 2010 à 08h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Hold up sur le crédit d'impôt PV

Quelqu'un vient de parler d'un casse pour récuperer les crédits d'impôts réalisé par les installateurs, c'est tout à fait ça ! ils multiplient par 10 le montant de l'installation, endètent le particulier et volent l'état !!

tiptop | 12 octobre 2010 à 08h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Gagner la guerre contre le rechauffement ?

Aujourd'hui le solaire photovoltaique ne represente que 0,032% de notre production climatique. Est ce avec des subventions sur cette quantité microscopique que nous gagnerons la guerre contre le rchauffement climatique ?
Nous preserverons l'environement par une motivation des citoyens et en agissant sur le plus urgent ;LES ECONOMIES D'ENERGIE

Jean-Marie | 12 octobre 2010 à 10h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 
J'en ai profité

OUI vous avez tous raison et pourtant j'en ai profité comme client. Mon installation produit 80% de ma consommation. Pour moi c'est un placement à 10% d'intérêt. Qui paye? LE SOLEIL. J'ai la conscience tranquille, MERCI les pouvoirs publiques. MAIS il est normal que les subventions et le rachat par EDF diminuent ainsi que le coût des installations.

tluanrad | 13 octobre 2010 à 17h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:J'en ai profité

Merci de donner des précisions car votre exemple doit être diffusé et il m'intéresse énormément.. Vous produisez 80 % de votre consommation. Vous avez donc une installation de stockage par batteries ? Quelle est votre consommation mensuelle, annuelle ? Combien avez-vous dépensé en investissement : panneaux (quelle surface),installation, batteries (et changement de batteries éventuel, tous les combien ?).
Si effectivement chacun de nous avec le photvoltaïque produit 80 % de sa consommation (chauffage compris ou non ? machines à laver, cuisinière induction, fer à repasser, etc... ?) alors, avec ou sans aide le photovoltaïque va proliférer. Je crains que la mariée que vous décrivez soit un peu trop belle...
Merci de donner toutes ces précisions qui doivent être publiées largement.Je suis décidé à suivre votre bel exemple.
Bien entendu, il ne s'agit pas d'électrons simplement envoyés sur le réseau EDF et qu'on vous paie en fin d'année. Mais bien d'une réduction de 80 % de votre consommation.
Les électrons envoyés sur le réseau, c'est un vaste bluff, une escroquerie couteuse et inutile au contraire de l'utilisation individuelle qui elle est bien une économie d'énergie.

micocharly | 14 octobre 2010 à 08h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Contre les subventions

Pourquoi faire la guerre à des "subventions" qui concerne si peu de monde ? Comment si peu de monde peu couter si cher ?
4 à 5 ans pour amortir le coût écologique d'un module PV (recyclage compris), 9 à 10 ans pour amortir le cout d'investissement (sans crédit d'impôt). Ce qui vient ensuite est 100% gratuit et 100% écologique, car l'énergie produite n'a plus d'empreinte écologique négative et le matériel sera recyclé à 100%, les modules PV produiront de l'énergie au moins 25 ans sinon 30, donc un investissement rentabilisé en 10 ans, et 25 à 30 ans d'électricité.

La question est de savoir si nous voulons ou non une réelle alternative aux centrales électriques thermiques et nucléaires ou si nous préférons continuer à polluer sans se préoccuper de la planète sur laquelle nous vivons et ou vivrons nos enfants et nos petits enfants.

Enfin, fin des subventions pur le photovoltaïque, pas contre, mais alors rééquilibrage des marchés, et fin des subvention spour les centrales nucléaires et thermiques. Restons logiques !

STORM Energy | 14 octobre 2010 à 09h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 
quelle filière solaire photovoltaique ?

C'EST UN PEU SCANDALEUX QUE LES ENTREPRISES DE SOLAIRE PV NE METTENT L'ACCENT que sur le prix de rachat du Kwh PV solaire et sur les diminutions des aides alors que avec les aides qu'elles ont eu , ça a seulement profité à l'industrie chinoise par les importations des matériels (bonjour l'emploi en France !!!) et que si les entreprises FRANCE ne font pas efforts d'entreprendre et d'investir dans le Solaire PV 2ième et 3 ième génération (y compris dans la RetD)pour fabriquer en France de l'amont à l'aval (dans une conception filière), les aides de l'Etat français vont profiter à l'industrie allemande qui , elle , investit sans le salaire PV ou à l'industrie américaine avec les aides considérables de l'Etat fédéral des USA du secteur de l'Energie (DOE).
ET EN PLUS , tout un panel d'entreprises françaises se font passer comme des industriels de la filière , alors que ce sont des installateurs qui s'en mettent plein les fouilles en vendant hyper cher leur matériel et leurs services avec des imporations de matériel sans les garanties de bon fonctionnement pour les utilisateurs qui ont plein de problèmes dans le fonctionnement et les bugs techniques

un peu de responsabilité !

pamir | 14 octobre 2010 à 11h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:quelle filière solaire photovoltaique ?

Justement, avec une absence totale de lisibilité à moyen et long terme, comment voulez-vous que des industriels se lancent dans de la R&D, ou le déveleoppement de sites de productions ???
Le tarif d'achat proposé pednat quelques mois, pour reprendre l'illustration de l'article, c'est un coup de protoxyde d'azote dans le moteur, ça fait aller très vite pendant quelques centaines de mètre, mais ça ralentit aussi vite que ça a accéléré et ça flingue le moteur.
Ajouté à ça des coups de frein et de volant tout les 300m, si on ne se met pas au tas, ça sera un miracle.

Mais on ne peut pas critiquer la demande de lisibilité, c'est justement ce qui manque le plus !

Tombour | 14 octobre 2010 à 15h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Contre les subventions

C'est justement en poursuivant cette politique qui change tout les 3 jours qu'on continuera à acheter du PV chinois !
Comme vous le dites un système efficace se doit d'être rentable par lui-même. Sauf quand il s'agit de faire une mutation et pour laquelle on se heutre à un comparatif entre une énergie nouvelle et une technologie "éprouvée" et surtout amortie, comme le nucléaire !
C'est jsutement le but du tarif d'achat (à la base, quand il n'est pas utilisé comme un pied par des politiques désirant se montrer et avoir trop rapidement des résultats), à savoir inciter une filière à se mettre en place et progrssivement devenir rentable.
Le coût des installations PV à perdu 30 % en 2-3 ans, c'est bien un signe que cela démarrait, par contre le tarif proposé incitait à la spéculation (ce qui s'est passé) et l'utilisation du tarif d'achat impose un suivi et une réactivité pour adapter le tarif au fur et à mesure de la rentabilité des projets, ce qui n'a pas été fait à temps (ce qui s'est passé en décembre 2009).

Tombour | 14 octobre 2010 à 15h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Assistanat

Sauf que pour échapper aux pénalités de l'UE il y avait aussi la possibilité de mettre un tarif d'achat suffisament incitatif (et pas démesurément incitatif), comme préconisé par les défenseurs du tarif d'achat l'ont toujours suggéré.
Sauf que ça claque moins de dire qu'on a des rampes de 10-15% que des +200%. Le choix politique a été fait, il est catastrophique mais quand on réunit le must du PV et qu'après on n'en fait qu'à sa tête, il ne faut pas s'étonner.

Tombour | 14 octobre 2010 à 16h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Hold up sur le crédit d'impôt PV

Tous çà parce qu'il y a des gens assez bêtes pour tomber dans le panneau... on peux dire ce qu'on veut, on empêchera pas la connerie humaine!
oui une install c'est 18000-19000e suivant les travaux, et oui, il y a des gens qui arrive à enfiler 4000e de plus... mais que voulais vous? les gens se font embobiner c'est tout! c'est pas la baisse du crédit d'impôt qui va changer les façons de faire de certaine grosse société (parce que se ne sont pas les petites qui çà, mais bien les grosse)
Le commerce est un monde de p*tes et on y changera rien.
C'est toutes la filière qui pâtis de l'appétit commercial de ceux qui on eu assez d'argent pour recruter des armés de commerciaux près à toutes les bassesses pour vendre!

moffwamm | 15 octobre 2010 à 13h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:J'en ai profité

Vous etes d une agressivite, que vous a donc fait l electricite photovoltaique ?

Il est evidemment possible de produire 80% de l electricite que l on consomme a l aide d une installation photovoltaique sur son toit. L electricite est ensuite injectee sur le reseau et repartie entre les differentes utilisations.

PS: le chauffage electrique est une abberation energetique, on chauffe avec de la chaleur, le thermique solaire par exemple.

lilarot6 | 15 octobre 2010 à 16h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Photovoltaïque 50 000 emplois?

eh bien il y a au moins le mien.

Et sachez qu il y a aussi des commerciaux chez les industriels.

lilarot6 | 15 octobre 2010 à 16h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réponse à micocharly.
Quand je dis que je produis 80% de ma consommation, je n'ai pas dit que je stockais en batteries ni que je faisais 80% d'économies d'électricité. Mais bien sous entendu, que je revend les 2330kwh de production photovoltaïque annuelle à EDF et que je lui rachète 2926 kwh par an. Donc je produis bien 80% de ma consommation qui transitent par le réseau EDF(produite et stockée le jour à raison de 2 à 15 kwh par jour selon monsieur soleil) et que je réutilise à raison de 8kwh par 24h selon mes besoins.
L'installation est de 13 panneaux de 2,47 kw crête au total. La surface importe peu, les Kw crête détermine la capacité de production. Elle produit exactement ce qui est prévu par le bureau d'études et l'installateur qui se sont engagés sur le résultat par contrat.
Pour info le jour les plus long ,fin juin, soleil au zénit, la production crête n'a été que de 1,75kwh, sous mon contrôle. Il faisait très chaud et brumeux.
Cette installation me revient (crédit d'impôts déduit) à 13500€. La facture que je ferai à EDF s'élèvera à environ 1400€par an pendant 20 ans sous contrat. Je trouve cela honnête car j'assume les risques liés à l'installation. Quand aux % prélevés par kwh que supportent tous les consommateurs, je les trouvent correctes. je les paye aussi avec mes achats à EDF. En retour, tout le monde profite de mon installation, de toutes les installations photovoltaïques puisqu'elles sont totes mises en commun par le réseau EDF et les risques majeurs sont pris par ceux qui font des installations chez eux. Cela profite d'abord à la planète, ensuite avec les années un peu aux investisseurs.
Le seul drame est que les installateurs ne jouent pas le jeu de la production de panneaux Français, les subventions ont plus servi aux importateurs qui sont des intermédiaires qui se gavent sur le dos de l'état. Quand aux fabricants Français, ils devraient établir leur propres réseaux jusqu'à l'installation. Il y aurait moins d'intermédiaires, moins de contre références, et leurs prix seraient concurrentiels avec l'importation. Ceux sont toujours les commerciaux qui ont la part la plus grosse (importateurs, grossistes, technico-commerciaux,) etc.qui se payent le mieux, avant l'installateur qui est responsable puisque le dernier à faire la facture. Je suis retraité, 67 ans, j'en parle en connaissance de cause pour avoir été installateur de pompe à chaleur pendant 20 ans. S'il n'est pas bon ,il casque et le client aussi, pas les autres. Le plus difficile est de trouver le bon installateur, c'est un vrai métier, pas de bricoleur. C'est pour cela qu'il faut supprimer les intermédiaires.
Merci de m'avoir donné l'occasion de vous répondre.
Soyez rassuré, cela marche et bien.

tluanrad | 16 octobre 2010 à 01h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il faut arrêter toutes les subventions car un système énergétique qui se respecte doit être rentable par lui-même... et non faire appel au contribuable,car : SUBVENTIONS = IMPOTS

Reyne | 18 octobre 2010 à 16h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je trouve que c'est un scandale de réinjecter cette électricité produite sur le réseau... cela ne résout rien (connaissant les pertes en ligne affolantes...). Il est temps que cette "lobification" s'arrête, il est temps (je ne suis pas pro nucléaire loin de là). Si un système est devenu rentable grâce à des subventions, alors c'est que ce système n'est pas rentable.
Dire que le pv est recyclable... "on arrive à se resservir de l'ensemble des éléments présent dans un panneau". Cela fait très peu de temps, nous n'avons pas de recul et ne pouvons pas juger dans l'immédiat.
Lorsque l'on fait le bilan matière grise, n'en parlons même pas, lorsque l'on fait le tour des clients, n'en parlons même pas, lorsque l'on voit le nombre de sociétés que cela a pu créer... c'est affligent, au lieu de devenir qque chose de décent, c'est devenu un simple business. Beaucoup de ces sociétés sont des boites éphémères, on le sait tous, il suffit de voir la manière dont elles fonctionnent. Les installateurs (ainsi que les racheteurs) se contre-foutent de notre avenir ainsi que de l'impact environnemental.
Commençons déjà par payer l'électricité le prix que l'on doit la payer, ensuite stoppons les subventions pour faire de la revente qui ne rime à rien et servons nous de ce que l'on produit, c'est la moindre des choses...
(Reyne c'est clair rapide et précis !)

vincent22 | 19 octobre 2010 à 14h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"un système énergétique qui se respecte doit être rentable par lui-même..."

Je ne suis pas sûr d'avoir été lu, entendu ou compris mais au risque de me répéter, face à des technologies éprouvées et des infrastructures amorties (comme les centrales nucléaires, thermiques,...) pour qu'une autre technologie voit le jour (R&D, développement industriel, mise en place d'un marché), il faut de la visibilité (c'est ce qui est demandé) et un accompagnement financier pour contre balancer le déséquilibre dû aux années d'avance des technologies en place (ou aux années de retard des autres, selon le point de vue).
Pour cela 2 solutions sont fréquement employées : l'appel à projet et le tarif d'achat.
L'appel à projet à l'inconvénient de générer un marché éphémère (spot) sans vision sur le moyen et long terme, il ne permet donc pas (ou peu) de mettre en place de vraies filières structurées, complètes et compétitives.
Le tarif d'achat, bien utilisé, permet d'accompagner au fur et à mesure de sa maturation une filière à se mettre en place, se structurée pour enfin devenir rentable.
C'est ce qui a été fait (jusqu'à il y a quelques années, quand la décision a été prise de se tirer une balle dans le pied) avec l'éolien.
D'un tarif d'achat jugé démeusuré par les anti-éoliens, on assiste désormais à l'émergence de projet hors périmètre ZDE (donc ne bénéficiant pas du tarif) car l'électricité produite est concurentielle à celle proposée sur le marché !!!

Une filière est née, elle se structure encore aujourd'hui mais on peut présager que le tarif d'achat n'aura plus lieu d'être dans quelques années.
Oui, par contre la filière industrielle produisant les éoliennes est principalement basée hors de France, cela est en grande partie dûe au retard pris pendant des années (EDF freinant de tout ce qu'il pouvait, pour ne citer qu'eux, je ne détaillerai pas les implications politiques telles celles de VGE, vous les trouverz sur le site) et aux réticences entretenues du public, générant une crainte pour les industriels.

Ne faisons pas la même erreur avec le photovoltaïque...

Tombour | 20 octobre 2010 à 14h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…