En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La LGV Rhin-Rhône sera rentable sur le plan climatique à partir de sa 13e année d'exploitation

Transport  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
Selon les premiers calculs effectués par RFF, la SNCF et l'ADEME, la future ligne à grande vitesse reliant Mulhouse à Dijon en cours de construction et attendue pour décembre 2011 sera rentable sur le plan climatique à partir de sa 13e année d'exploitation (2024). Les phases de conception, de construction et d'exploitation de la ligne, des deux nouvelles gares, des 30 nouvelles rames et des installations de maintenance devraient engendrer l'émission d'1,9 millions de tonnes équivalent CO2 durant les 30 premières années. 53 % de ces émissions seront issues de l'énergie de traction et 42 % des travaux initiaux de construction.

Durant la même période, la ligne devrait permettre d'économiser des émissions de CO2 grâce aux reports de la route et de l'air vers la nouvelle offre ferroviaire soit une moyenne d'1,2 millions de voyageurs par an. Ces économies permettront d'annuler l'empreinte carbone du projet dès sa 12e année d'exploitation.

Dans les mois prochains, cette étude sera suivie et précisée afin d'améliorer la « connaissance carbone » des opérations et de proposer des solutions de remplacement. Enfin, lors de la mise en service de la ligne en décembre 2011, le bilan de la phase d'exploitation et de maintenance fera également l'objet d'une actualisation à l'aide des données réelles.

Un guide méthodologique développé par RFF et la SNCF devrait également voir le jour pour fournir à l'Etat et aux collectivités un outil d'aide à la décision dès les études préliminaires des nouveaux projets.

Réactions2 réactions à cet article

 
tgv, la panacée?

L'évaluation d'un impact environnemental global se doit être global donc multicritères pour être juste! Prendre seuls les gaz à effet de serre est incomplet.
Que dire de l'impact sur la trame verte (biodiversité), de la production de déchets toxiques et nucléaires?

malgré sa capacité importante, le produit "tgv" en tant que tel est un produit énergivore: la physique nous dit que l'énergie consommée augmente avec le carré de la vitesse: Un TGV à 360 consomme 65% de plus d'énergie qu'un TGV à 280.

"sera rentable sur le plan climatique à partir de sa 13e année d'exploitation"

Si le trafic baisse (cas probable et nécessaire!), la rentabilité va prendre des décennies. Dans ce cas, il vaudrait mieux améliorer l'existant plutôt que construire cette infrastructure à la construction énergivore. On verra...

Le mot rentabilité ne doit cacher que l'impact ne sera jamais nulle en carbone en absolu! Elle va produire du carbone et du déchet nucléaire!
Oui, relativement aux voitures et avions remplacés, les pires moyens de transport possible, elle sera écologiquement rentable. Quel exploit...

A quand des tgv à 280km/h pour réduire l'usure des voies (donc de l'entretien) et la consommation électrique?

jp-42 | 06 octobre 2009 à 14h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,
Nous sommes des élèves de TPE (Travaux pratiques encadrés) qui travaillons sur la LGV et aimerions que vous nous donniez votre avis (les avantages et/ou les inconvénients) de sa construction.
Merci d'avance.

Carla et Mary | 07 janvier 2011 à 16h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…