En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Linky doit encore faire ses preuves

Le compteur Linky, expérimenté en France en vue d'une généralisation, doit encore faire la preuve d'un équilibre coûts/avantages, selon l'Ademe, qui préconise de prolonger les études afin de tester l'affichage déporté, non effectif aujourd'hui.

Energie  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com
   
Linky doit encore faire ses preuves
   

''Les bénéfices pour le consommateur en termes de maîtrise de la demande restent encore théoriques''. C'est la conclusion que tire l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) après une analyse des bénéfices pour l'environnement du compteur Linky, expérimenté par ErDF, le gestionnaire du réseau de distribution de l'électricité, depuis mars 2010 à Lyon et dans la région de Tours. Cette expérimentation s'achèvera au 1er semestre 2011 et devrait déterminer les conditions de la généralisation de ce type de compteur prévue par le gouvernement.

Face aux nombreuses critiques émises lors de la parution d'un décret le 2 septembre dernier prévoyant sa généralisation, le ministère de l'Ecologie avait précisé le 15 septembre dernier dans un communiqué que ''la phase d'expérimentation est précisément une période d'apprentissage et d'optimisation qui doit permettre d'ajuster les caractéristiques techniques de l'appareil, indiquant qu'une revue des résultats de l'expérimentation, conduite sous l'égide de la Commission de régulation de l'énergie avec le concours de l'Ademe, devra en particulier vérifier que les compteurs apportent aux Français les améliorations attendues en termes de qualité de service et permettent le développement d'offres de service et de maîtrise de l'énergie de sorte que les bénéfices apportés par le compteur soient supérieurs à son coût''.

Selon l'Ademe, qui a mené une analyse des bénéfices pour l'environnement du compteur Linky, le gain réel en économie d'énergie pour le consommateur n'est pas prouvé. L'agence préconise donc de tester pendant une année supplémentaire l'ajout d'un mécanisme d'affichage supplémentaire relié au compteur et situé à l'intérieur du logement afin d'évaluer son effet sur le consommateur, rejoignant ainsi de nombreux détracteurs de Linky, qui critiquent le fait que le compteur n'inclut pas cette fonctionnalité aujourd'hui.

Un nécessaire affichage des consommations en temps réel

En novembre dernier, l'information avait déjà filtré. Une note confidentielle que s'était procurée l'AFP faisait part de l'avis mitigé de l'Ademe concernant le compteur Linky. Selon Jean-Louis Bal, son directeur des énergies renouvelables, interrogé sur cette note, "Linky, tout seul, ne fait pas faire des économies d'énergie". Celui-ci devrait être accompagné d' ''un affichage pédagogique en temps réel'' pour permettre de réaliser de 5 à 15 % d'économies d'énergie. A condition que ''les informations soient pertinentes, c'est-à-dire qu'on ne se contente pas d'afficher en temps réel le nombre de kilowattheures consommés mais qu'on puisse, par exemple, avoir un comparatif entre la consommation du ménage concerné et la consommation standard".

L'Ademe se base sur un rapport de l'université d'Oxford publié en 2006, portant sur plusieurs expériences menées aux Etats-Unis, au Canada, en Scandinavie, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, qui montre ''que l'affichage en temps réel des consommations peut générer une économie d'électricité de 5 % à 15 %''. Cependant, ''une expérience menée en Australie a montré chez un consommateur bénéficiant d'un affichage dans son logement, une baisse effective de consommation de 10 % pendant les deux premiers mois. Celle-ci s'est réduite à 5 % les quatre mois suivants, pour un retour à la situation de départ au bout de six mois''. L'Ademe préconise donc de tester cette fonctionnalité, pas incluse actuellement dans le compteur Linky.

 
Un outil d'optimisation du réseau Finalement, pour l'instant, l'Ademe estime que le compteur Linky pourrait permettre, via la transmission d'informations en temps réel sur les consommations et les possibilités de pilotage, une diminution des émissions de CO2 grâce à l'insertion facilitée d'une production renouvelable et à une meilleure gestion de la pointe de consommation. ''À terme, le comptage communiquant pourrait, par ailleurs, permettre de valoriser la production d'énergies renouvelables décentralisées par des incitations tarifaires qui se substitueraient aux actuels tarifs d'achat garantis. Pour ce faire, Linky devra évoluer''.
Les gestionnaires de réseau pourront également détecter plus facilement les pannes et les congestions et programmer des investissements de manière plus pertinente. Enfin, les fournisseurs d'énergie auront la possibilité d'utiliser les informations collectées afin d'élaborer des offres commerciales de fourniture d'énergie ou de services.
 
Mais l'affichage des informations présente plusieurs difficultés en France. ''La majorité des compteurs électriques (environ 17 millions) n'étant actuellement pas installée dans les logements, la lecture de la consommation en temps réel ne pourra pas être faite de manière aisée'', note l'agence. Cette communication peut donc se faire soit par Internet, soit par affichage déporté via du matériel supplémentaire.

L'information par Internet ''peut apporter un traitement utile de l'information. Il n'est toutefois pas équivalent à une lecture directe en temps réel de l'information dans le logement''. Quant à l'affichage déporté, préconisé notamment par l'association UFC-Que choisir, il nécessite un investissement supplémentaire estimé par l'Ademe à 50€ par compteur hors frais de pose, soit 850 millions d'euros, qui s'ajoutent aux 4 milliards d'euros déjà estimés pour la généralisation de Linky. Se pose alors la question du transfert des coûts : vers le consommateur ou vers le gestionnaire du réseau ?

Interrogé lors d'une table-ronde organisée le 1er décembre par des sénateurs dans le cadre de la rédaction d'un rapport d'information consacré au compteur électrique évolué, Pierre-Marie Abadie, directeur de l'énergie au ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement, indiquait que la généralisation automatique de l'affichage déporté à tous les foyers ''risquerait de se faire au détriment de son adaptation aux évolutions. Or les économies qu'il apportera seront limitées par rapport à son coût, évalué à une cinquantaine d'euros : il devra donc être en mesure de supporter des services annexes, par exemple la télésurveillance. La socialisation de son coût n'est pas une bonne solution car tous les consommateurs n'auront pas besoin de cet équipement déporté ; en revanche, les dispositifs relevant de la politique sociale pourraient aider les plus démunis à l'acquérir afin de les aider à réaliser des économies sur leur facture d'électricité''.

Réactions3 réactions à cet article

 

J'ai à mon domicile le nouveau compteur. Effectivement aucune information sur la consommation ne s'affiche. Les seules informations que j'ai eu concernaient l'immeuble qui allait s'équiper du nouveau matériel, et les factures que je continue de payer... les yeux fermés. Le client doit-il prendre son temps au téléphone et/ou essayer de trouver la bonne page internet et espérer que ça marche ? Dans ces conditions, je ne vois pas comment l'essai peut se transformer...

dubonsens | 23 décembre 2010 à 07h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'installation de cet appareil est pour moi un leurre. Je suis personnellement sûr de ne rien gagner avec cet appareil et convaincu qu'il en va de même pour les lecteurs d'"Actu-environnement", attentifs depuis bien longtemps à leur consommation d'énergie. Les autres se partagent entre ceux qui s'en moquent totalement et ceux pour lesquels une sensibilisation continuelle (tracts par ex.) aurait un effet ( voir le cas du tri selectif).
L'intérêt n'est pas de mon côté. Qui est demandeur?...

JPS | 23 décembre 2010 à 16h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Sauf erreur de ma part, ce fameux compteur est fabriqué en Chine.
Alors que l'Etat nous fait la morale sur le matériel photovoltaïque made in RPC!
Dans les DOM et COM, EDF nous oblige à mettre les compteurs en limite de propriété!

eric974 | 05 janvier 2011 à 21h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…