En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Un quart des écosystèmes du linéaire côtier méditerranéen est menacé en France

Biodiversité  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Le Comité français de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) vient de publier sa dernière Liste rouge des écosystèmes en France. Les dunes côtières et les rivages sableux méditerranéens sont « menacés », alerte l'UICN France, le 6 mai. Ces analyses ont été établies avec l'Office français de la biodiversité (OFB) et le Muséum national d'Histoire naturelle (MNHN). Selon leur évaluation, « sept des neuf » écosystèmes constituant les cordons dunaires et les rivages sableux méditerranéens sont évalués « en danger » ou « vulnérables ». Cela représente environ 26 % du linéaire côtier méditerranéen en France. Les dunes blanches méditerranéennes sont ainsi évaluées « en danger ». Elles constituent l'écosystème le plus menacé des côtes sableuses méditerranéennes en France. « De nombreuses dunes blanches ont en effet disparu au profit d'une urbanisation implantée directement en haut de plage, en particulier sur le littoral du Golfe du Lion », explique l'UICN France.

Six autres écosystèmes sont évalués « vulnérables », comme les plages sableuses méditerranéennes, les dunes embryonnaires, les laisses de mer végétalisées, les dunes grises méditerranéennes ainsi que les junipéraies dunaires méditerranéennes et les dunes boisées méditerranéennes. Or, l'UICN prévient que l'érosion des plages sableuses est « susceptible de s'accentuer fortement au cours des prochaines années, d'autant que les pratiques de ramassage des laisses de mer participent à l'accélération de l'érosion ». Les dunes grises et les junipéraies dunaires sont aussi particulièrement touchées par la fréquentation touristique. Les dunes boisées sont également affectées en Corse par la présence de la cochenille du pin, parasite exclusif du pin maritime.

« La lutte contre l'artificialisation du littoral doit être la priorité pour assurer la sauvegarde de ces écosystèmes et il faut investir dans les solutions fondées sur la nature afin de lutter contre l'érosion côtière, tout en préservant la biodiversité », recommande l'UICN. De même, il faut protéger les dunes mobiles contre l'érosion et le piétinement dû à la surfréquentation touristique, et modifier les pratiques de nettoyage mécanisé des plages. « Maintenir le bon fonctionnement et la dynamique de nos côtes sableuses méditerranéennes est enfin nécessaire dans le contexte des changements climatiques, qui entraînent une montée du niveau marin et un renforcement des événements climatiques extrêmes », souligne l'UICN.

Réactions1 réaction à cet article

 

Comme dans l'ouest, les envahisseurs de côte, la majorité ne sont pas du coin, en effet le bord de mer est chouette mais c'est oublier le vent dont nos anciens se protégeaient, donc il ne faut pas hésiter à jouer du marteau-piqueur et du bulldozer, et indemniser au prix d'achat de ces terrains et bâtisses, il ne faudrait tout de même pas que ces sans-gènes s'enrichissent sur notre dos.

pemmore | 12 mai 2020 à 13h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager