En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Ile-de-France: près d'une plante sur trois menacée de disparition

Biodiversité  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

Le Museum national d'histoire naturelle a publié mercredi 11 janvier la première Liste rouge appliquée à la flore vasculaire d'Ile-de-France qui ''met en évidence l'appauvrissement et la banalisation de la flore'' de la région.

1.537 espèces indigènes de fougères et de plantes à fleurs d'Ile-de-France ont été passées au crible dans cette Liste rouge, publiée en partenariat avec Natureparif, l'agence régionale pour la nature et la biodiversité.

Résultats : 85 espèces végétales (6 %) "semblent avoir disparu" de la région depuis le XVIIIe siècle et 400 autres (26 %) "sont aujourd'hui menacées". Parmi elles, 128 courent "un risque majeur" d'extinction dans les prochaines années, soit 8 % des espèces menacées, avec un taux plus important pour les plantes ligneuses, celles à bulbes et rhizomes et les plantes annuelles. 145 espèces sont en danger d'extinction et 127 sont vulnérables. Par ailleurs, 85 espèces, soit 6 %, sont considérées comme disparues de la région.

La destruction et la dégradation des habitats naturels représentent la principale cause de régression des espèces végétales dans la région. L'urbanisation et les changements de pratiques agricoles sont responsables de la disparition progressive de nombreuses espèces comme l'Adonis d'automne, petite plante compagne des cultures, classée en "danger critique d'extinction". La Sabline sétacée, classée quant à elle "en danger", a vu ses effectifs décliner dans de nombreuses régions, explique le Muséum.

Si certaines espèces à forte valeur patrimoniale, comme le Flûteau nageant ou les messicoles bénéficient toutefois d'un plan national d'actions pour assurer leur sauvegarde permettant ''d'enrayer le phénomène'', beaucoup reste ''encore à faire pour préserver ce patrimoine naturel commun'', prévient l'étude.

A contrario, les arbres et arbustes ''sont proportionnellement moins menacés que les autres groupes du fait de la stabilité des espaces forestiers et de l'importance des forêts en Ile-de-France, qui recouvrent encore 23 % de la superficie régionale'', ajoute le rapport.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager