En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Jusqu'où ira le lobbying de la SNCF ?

Epinglée il y a un an par la Cour des comptes pour sa communication dispendieuse, la SNCF n'a guère changé de comportement et continue à déployer un lobbying très actif. Son but : renforcer sa position dominante avant la réforme ferroviaire.

Transport  |    |  La Lettre A

Epinglée il y a tout juste un an par la Cour des comptes pour sa communication dispendieuse (210 millions d'euros sur la période 2007-2011, hors filiales), la SNCF n'a guère changé de comportement et continue à déployer un lobbying très actif. Son but : renforcer sa position dominante, alors que la réforme ferroviaire en cours d'élaboration risque de la mettre à mal.

Carotte et bâton

Du homard était servi aux journalistes lors des vœux à la presse du PDG de la SNCF Guillaume Pepy, pendant que celui-ci annonçait justement la nécessité pour l'entreprise de s'engager dans un plan d'économies… Les habitudes ont la vie dure au sein de la société ferroviaire, connue pour son jeu de séduction ambiguë auprès des médias. L'entreprise sait manier l'influence avec un art consommé. Il y a la méthode douce. Elle vient ainsi de lancer en partenariat avec Europe 1 le train des municipales, mariant publicité, maillage local et convivialité avec la presse. Elle recrute aussi régulièrement d'ex-journalistes pour étoffer ses équipes de com. Trois l'ont ainsi rejointe en 2013 (Guillaume Leborgne de Ville rail & transports, Carole Guéchi du Parisien et Frank Paul Weber de La Tribune). Mais le bâton n'est jamais loin. L'entreprise publique sait aussi rappeler à l'ordre les journalistes dont la production lui déplaît, allant jusqu'à brandir l'arme suprême, la suppression des budgets publicitaires. Pour autant, cette stratégie d'hyper-contrôle des médias n'est pas infaillible. Lors de la catastrophe de Brétigny-sur-Orge, la SNCF a vu apparaître des journalistes judiciaires avec lesquels elle n'avait créé aucun lien particulier et sur lesquels elle n'a donc eu que peu de prise.

Influence tentaculaire

Pour Guillaume Pepy, le temps est compté : le projet de loi du ministre Frédéric Cuvillier sur la réforme du système ferroviaire, qui va déterminer la nature du rapprochement entre la SNCF et le réseau ferré, va être débattu cet été au Parlement. Tous les canaux d'influence ont donc été activés. Auprès des élus locaux bien sûr, par le biais de conférences et de débats, mais aussi au sein des instances patronales. La régie ferroviaire est devenue un acteur-clé de l'UTP, le syndicat professionnel des entreprises de transport urbain qui va notamment gérer les négociations de la future convention collective du rail. Celui-ci est lui-même l'un des principaux cotisants du GITL, le groupement interprofessionnel qui représente le transport au conseil exécutif du Medef. Sophie Boissard, sa directrice de la stratégie, préside également au sein du Medef un groupe de travail sur le rapprochement entre le syndicat français et son homologue allemand, le BDI. Une façon de pointer la pertinence du modèle ferroviaire intégré d'Outre-Rhin, que supervise la Deutsche Bahn et que souhaite la SNCF.

Agacement

Reste que l'habileté de l'entreprise de transport à déployer son influence pour défendre la légitimité du monopole ferroviaire suscite beaucoup d'agacement au sommet de l'Etat. Les élus semblent adhérer moins massivement qu'il y a quelques mois au discours de la SNCF, les régions de gauche demandant clairement la libéralisation des TER. Ce changement de climat incite Guillaume Pepy, grand consommateur d'études et de sondages, à continuer de recourir aux services du cabinet de conseil en stratégie de communication GiacomettiPeron & associés dont la Cour des comptes avait pourtant brocardé les émoluments, l'an dernier. Le patron de la SNCF va devoir jouer serré dans cette dernière manche.

© Tous droits réservés Actu-Environnement Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur ou établissement d'un lien préformaté [20860] / utilisation du flux d'actualité.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager