Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Loi Asap : les députés adoptent un texte de simplification très controversé

L'Assemblée nationale a voté ce 6 octobre le projet de loi qui simplifie les procédures environnementales. Un texte très critiqué qui, pour de nombreux spécialistes, porte atteinte au droit de l'environnement.

Gouvernance  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com
Loi Asap : les députés adoptent un texte de simplification très controversé

Après le Sénat le 5 ...

Réactions9 réactions à cet article

 

Voilà donc selon l'auteur "un texte de simplification très controversé"! "Qu'en termes galants ces choses-là sont mises!" comme disait Molière!
Fort heureusement l'article lui même, en toute objectivité factuelle, est un implacable réquisitoire contre la politique actuelle (j'allais dire la tartufferie, pour rester dans la même veine car la novlangue macronienne ne cache plus cet affairisme que l'on ne saurait voir...).
N'en jetez plus, la cour est pleine (de renoncements et de trahisons...)!
Je n'en reprendrai que 2:
- la disposition qui "permet de rendre publics les travaux transmis aux membres du Coderst, sous un certain nombre de réserves toutefois liées aux intérêts de la défense nationale, de la sécurité ou du secret des affaires": bien je crois qu'avec ça le public ne risque pas d'être victime de surinformation!
- et comment ne pas rebondir sur la simplification des "procédures applicables aux ouvrages et aux opérations réalisées par les collectivités dans le cadre de l'exercice de leur compétence (...) de prévention des inondations" particulièrement d'actualité!
Lorsque l'on voit l'énergie avec laquelle le pouvoir actuel bâillonne les instances spécialisées de consultation, il n'est pas étonnant qu'il ait peu à faire d'une Commission citoyenne de 150 candides.
Quant à savoir "si le texte peut encore bouger en commission mixte paritaire", j'en doute fort, le tropisme de la majorité de droite du Sénat penchant plus fréquemment en la matière dans le sens inverse.

adjtUAF | 07 octobre 2020 à 09h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'EST FAUX

LES députés n'adoptent pas. DES députés adoptent.

«Dès que nous disons le mot «démocratie» pour nommer notre mode de gouvernement qu’il soit américain, allemand ou français, nous mentons. La démocratie ne peut jamais être qu’une idée régulatrice, une belle idée dont nous baptisons promptement des pratiques très diverses. Nous en sommes loin, mais encore faut-il le savoir et le dire»(A.E)
Je le dis et le redis et le redis encore. Et vous ?

«Nous sommes victimes d'un abus de mots. Notre système (les «démocraties» occidentales) ne peut s'appeler «démocratique» et le qualifier ainsi est grave, car ceci empêche la réalisation de la vraie démocratie tout en lui volant son nom.» (S-C.K)

« La démocratie, c'est le nom volé d'une idée violée» (J-P.M).

"L'erreur ne devient pas vérité parce qu'elle est approuvée par beaucoup" (M.G)

«Ce n'est pas parce qu'ils sont nombreux à avoir tort qu'ils ont forcément raison» (M.C)

Sagecol | 07 octobre 2020 à 10h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Une nouvelle preuve que le Parlement reste fondamentalement hostile à l'indispensable transition écologique et que sa majorité s'y trouve largement sous influence de l'exécutif. Rendez-vous en avril et mai 2022 donc. Nous verrons alors si le nombre d'électeurs que ce détricotage "en marche" forcée du droit de l'environnement satisfait est supérieur à celui de ceux qu'il irrite, ainsi que notre actuel président en fait certainement le calcul.
L'histoire de la Vème République est en effet bien fournie en noms de présidents qui, briguant avec certitude un nouveau mandat, n'ont jamais compris pourquoi ils étaient devenus ex du jour au lendemain...

Pégase | 07 octobre 2020 à 11h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Votre rationalité vous honore Pégase...mais elle vous égare!
Croyez-vous vraiment que l'élection se jouera sur un tel sujet dont sans doute moins de 1% des électeurs est informé?
Bien sûr que non et les grands discours sur la laïcité, la sécurité, l'Islam, l'Europe (liste non exhaustive) permettront d'éviter d'en parler aux 99% restants!

adjtUAF | 07 octobre 2020 à 14h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il est bien possible, adjtUAF, que vous ayez raison. Les faits qui se sont jusqu'alors produits vont hélas dans ce sens.
Mais il ne faut pas non plus mésestimer l'évolution rapide de la sensibilité des citoyens en matière d'écologie. Regardez ce qui se passe actuellement avec le bien-être animal : sujet totalement transparent il y a encore 5 ans pour le grand public et ringardisé il a encore très peu de temps chez les politiques, ces derniers sont bien obligés de prendre les choses nettement plus au sérieux désormais.
De même, de plus en plus de députés de l'actuelle majorité sont en désaccord avec les diktats rétrogrades de l'exécutif sur l'environnement. On peut aussi y voir de la part de certains d'entre eux un calage sur les attentes des électeurs de leurs circonscriptions.

Pégase | 07 octobre 2020 à 17h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Au risque de transformer ce forum en dialogue, je vous répondrai de nouveau, cher Pégase, que ce que vous dites est vrai mais qu'il est plus facile de mobiliser les "masses" sur des idées simples et qui relèvent de l'émotion que sur nos arides questions de droit environnemental....

adjtUAF | 07 octobre 2020 à 17h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Permettez-moi, cher adjtUAF, d'être un peu plus optimiste : certes, nous n'avons peut-être pas encore atteint le fond de la piscine mais, néanmoins, de plus en plus de citoyens se rendent compte que les questions de droit environnemental sont aussi des questions de démocratie et de projet d'avenir de société. Quant à l'émotion, elle joue un rôle essentiel dans la prise de conscience écologique, à l'opposé de la fabrique standardisée de consommateurs lobotomisés par les sirènes du marketing et d'une logique économique largement biaisée, reposant sur le mythe d'une croissance infinie dans un monde fini par nature.
Bien sûr, j'observe parfois autour de moins des adolescents et de jeunes adultes qui ne rêvent que de devenir très riches pour posséder le plus possible, quel qu'en soit le prix. Le modèle Amazon de Jeff Bezos fait tourner les petites têtes. Mais il y a aussi bien d'autres personnes, jeunes ou plus âgées, qui revoient progressivement leur mode de vie pour moins consommer, moins gaspiller, moins nuire à la planète au quotidien. Les grandes enseignes de distribution l'ont fort bien analysé : pourquoi croyez-vous qu'elles se positionnent si fort sur la bio, l'écoresponsable, les circuits courts, le fait maison, etc. ?!
La situation est loin d'être brillante mais elle n'est pas irréversible. Nos décideurs regardent encore trop dans le rétroviseur et se situent souvent à côté de la plaque. Raison de plus pour que consommateurs et citoyens se responsabilisent et agissent !

Pégase | 08 octobre 2020 à 09h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Et le discours du premier ministre Castex quand il a pris ses fonctions en affirmant que l'écologie et l'environnement seraient au coeur de ses priorités!! A force de dire blanc et de faire noir ( ce qui se retrouve également dans d'autres domaines: l'hôpital à qui on a promis des moyens et qui ne voit rien venir sauf un engagement encore plus fort à fermer des lits, les petits entrepreneurs à qui on a dit qu'on verserait des aides et qui mettent la clé sous la porte, les familles d'autistes qui cherchent en vain des aides de vie scolaire alors que c'était soi disant une priorité, la liste est longue des déçus des belles promesses...) plus personne ne fait confiance à ce gouvernement. Au moment des présidentielles , il n'y aura pas que les défenseurs de l'environnement qui sauront se souvenir. Faites moi confiance! Et c'est bien parce que le Président Macron sait que ses jours sont comptés qu'il met le pied sur l'accélérateur du détricotage.

gaïa94 | 12 octobre 2020 à 16h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La majorité des revendications corporatistes sont totalement justifiées et pas seulement à cause de l'incurie de Micron, ses prédécesseurs n'ayant guère fait mieux.

Malheureusement elles ne peuvent être satisfaites qu'avec de la fausse monnaie légale inventée par la BCE.

La situation est inextricable et quelles que soient les solutions qu'il faudra bien appliquées un jour ça ne sera pas aux dépens des plus riches, mais bien des plus pauvres.

Sagecol | 12 octobre 2020 à 18h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Votre conseil en matière de production et de commercialisation d'hydrogène Green Law Avocat