En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Loi biodiversité : les députés confirment la création des zones prioritaires pour la biodiversité

Biodiversité  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

Après l'échec de la commission mixte paritaire (CMP) le 25 mai, les députés de la commission du développement durable ont rétabli le 13 juin, en nouvelle lecture du projet de loi sur la biodiversité, les zones prioritaires pour la biodiversité (article 34), supprimées par le Sénat en première et seconde lectures. Ces zones, prévues dans le texte initial, visent à renforcer le cadre réglementaire de protection des espèces sauvages "au bord de l'extinction en France". Elles permettent à l'autorité administrative d'imposer certaines pratiques agricoles "nécessaires" pour leur conservation dans des zones spécifiques, via des contrats rémunérés.

L'Assemblée nationale a adopté l'amendement défendu par la députée écologiste Laurence Abeille (Val-de-Marne). En restaurant ces zones issues des travaux de l'Assemblée, il s'agit de "combler un vide dans la palette des outils disponibles et de ne pas priver l'Etat français d'un levier qui permet d'obtenir des résultats (… ) dans des situations où toutes les autres politiques, actions et outils ont échoué et où l'urgence pour la biodiversité se fait sentir", a déclaré Mme Abeille. "Le cas du grand hamster d'Alsace témoigne, si besoin était, de cette lacune qui expose la France à des contentieux européens", a-t-elle ajouté.

Ce dispositif doit permettre à l'autorité administrative d'imposer les pratiques agricoles, favorables à l'espèce ou à ses habitats, dans des zones spécifiques, après élaboration d'un programme d'actions, et du constat du maintien d'une situation critique après un délai de un à trois ans. Les députés proposent de rendre obligatoires les aides si ces pratiques induisent des surcoûts ou des pertes de revenus pour les agriculteurs.

L'étude d'impacts du projet de loi avait estimé à 3,33 millions d'euros par an le coût de mise en œuvre de la zone en faveur de trois espèces.

Le projet de loi sera examiné en séance publique de l'Assemblée à compter du 21 juin.

Réactions1 réaction à cet article

 

Cette mesure relève du "y a qu ' a , faut qu ' on " .
Pendant des années pour le Hamster en Alsace on a voulu mettre les agriculteurs "au pas" sans prendre en compte leur avis et leurs problèmes et cela n ' a pas marché . Depuis la mise en place du programme Leader avec l ' écoute des agriculteurs locaux cela fonctionne et il n ' y a plus de problème . Et Mme Abeille se trompe en disant : "Le cas du grand hamster d'Alsace témoigne, si besoin était, de cette lacune qui expose la France à des contentieux européens" . Certes il y a eu lacune mais cette lacune vient de l ' État qui pendant des années à ignoré les acteurs principaux du problème et n ' a que cherché à leur imposer des actions tout en les ignorant . Et on ne part surement pas dans la bonne voie en donnant comme objectif à ce dispositif :"de permettre à l'autorité administrative d'imposer les pratiques agricoles, favorables à l'espèce ou à ses habitats ".
Il y a bien des endroits ou des solutions sont trouvées , solutions relevant d ' une concertation entre agriculteurs et conservatoire des sites par exemple et non de solutions venant d ' utopiste écolo. de salon .

balxha | 16 juin 2016 à 21h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…