Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Loi climat : comment elle compte lutter contre les émissions azotées et la déforestation

Plusieurs dispositions concernent l'agriculture dans la nouvelle loi « Climat et résilience », notamment une nouvelle mesure de régulation des émissions azotées et des dispositions pour lutter contre la déforestation importée.

Agroécologie  |    |  Félix Gouty  |  Actu-Environnement.com

Adoptée le 20 juillet par le Parlement, à l'issue d'une commission mixte paritaire, la loi « Climat et résilience » comporte huit parties (ou « titres »), dont une consacrée au volet agroalimentaire (« Se nourrir »). Les nouvelles mesures agricoles sont principalement contenues dans les articles 268 à 278.

Hypothétique redevance sur les engrais azotés

La principale mesure introduite par la loi « Climat et résilience » impliquant la filière agricole concerne les émissions d'ammoniac (NH3) et de protoxyde d'azote (N2O). Pour rappel, l'objectif fixé par l'État est de réduire de 13 % les émissions de NH3 et de 15 % celles de N2O d'ici 2030, par rapport à 2005. La loi instaure ainsi la mise en place de nouveaux indicateurs liés à l'usage d'engrais azotés minéraux, avec des conséquences directes sur les utilisateurs. Dès 2024, si les seuils d'émission de NH3 et de N2O sont dépassés, l'État pourra introduire une redevance sur ces types d'engrais.

 
Alors que l'agriculture subit de plein fouet les dégâts de la crise climatique à laquelle [les engrais azotés] contribuent, la loi climat ne contient aucune mesure structurante.  
Khaled Gaiji, président des Amis de la Terre
 
Pour la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA), si cette mesure reste positive, elle pourrait potentiellement entraîner des conséquences sur la filière alimentaire : « en portant le débat sur la redevance des engrais azotés au niveau européen dans le plan d'action de diminution d'émissions de protoxyde d'azote et d'ammoniac via le plan "Éco-azote", la loi adoptée doit veiller à ne pas accroître les distorsions de concurrence pour nos produits alimentaires ».

De son côté, Khaled Gaiji, président des Amis de la Terre, regrette dans un communiqué du Réseau Action Climat que « sur les engrais azotés de synthèse, alors que l'agriculture subit de plein fouet les dégâts de la crise climatique à laquelle ils contribuent, la loi climat ne [contienne] aucune mesure structurante. »

Combattre la déforestation importée

Par ailleurs, le texte est complété de nouvelles mesures de lutte contre la déforestation importée. Les articles 271 et 274 prévoient, entre autres, que l'État se donne pour objectif de « ne plus acheter de biens ayant contribué à la déforestation, à la dégradation des forêts ou à la dégradation d'écosystèmes naturels en dehors du territoire national ». En outre, les services des douanes pourront désormais, sur demande, disposer de la traçabilité complète des chaînes d'approvisionnement en matières premières agricoles importées.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Cartographie de l'aléa ruissellement selon la méthode HGM Cereg