En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Une loi pour protéger les lanceurs d'alerte plus que jamais nécessaire

  |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
À l'occasion d'un procès en diffamation contre un lanceur d'alerte, la Fondation Sciences Citoyennes réaffirme la nécessité d'une loi protégeant scientifiques et citoyens de représailles, conformément aux engagements du Grenelle de l'Environnement. Après les procès récents d'Étienne Cendrier (pollution électromagnétique) et de Pierre Meneton (excès de sel dans l'alimentation),(…) une protection des lanceurs d'alerte apparaît plus que jamais urgente, explique Jacques Testart, président de la fondation.

L'appel de la Fondation Sciences Citoyennes intervient au moment où Véronique Lapides, présidente de l'association Collectif Vigilance Franklin doit comparaître devant le Tribunal correctionnel de Créteil. Suite au recensement en 2001 de plusieurs cas de cancers d'enfants de moins de 6 ans, l'association de riverains et de parents d'élèves réclame la dépollution d'un ancien site industriel Kodak à Vincennes sur lequel ont été construits une école, des logements et des bureaux. Si, lors de la vente du site Kodak, un diagnostic des sols et des eaux avait été fait, il est fort peu probable que les autorités aient laissé construire une école maternelle, des habitations et des bureaux sur cet emplacement. À Sevran, Kodak procède actuellement à la dépollution de sa friche industrielle en collaboration étroite avec les autorités territoriales et les associations de riverains. Pourquoi une telle action n'a-t-elle pas été entreprise à Vincennes, s'interroge Véronique Lapides.
Le Collectif Vigilance Franklin met notamment en cause la préfecture et la mairie pour leurs refus de prendre leurs responsabilités quant à la nécessaire dépollution du site ce qui a poussé le Maire de Vincennes à porter plainte pour diffamation.

La loi de programmation Grenelle I présentée par Jean-Louis Borloo en mai dernier prévoit de réorganiser dans un cadre national pluraliste et multidisciplinaire, l'expertise publique en matière d'environnement et de développement durable, ainsi que l'alerte environnementale. Le texte évoque notamment la création d'une fonction de médiation des conflits sur l'expertise et l'alerte environnementale, ainsi que celle d'un garant de la transparence et de la déontologie des expertises

Réactions2 réactions à cet article

 
Protégeons déjà la constitution

A quoi rime cette manière de voir?
Pourquoi pas une loi pour autoriser les profs à parler à l'école, les futurs journalistes pour devenir journalistes, les poètes à rêver...
Même Big Brother n'y avait pas pensé à celle-là!
Pourquoi faire une loi - encore une?...ras-le bol - pour protéger ...les "lanceurs d'alerte"?
Il y a une Constitution, des traités qui dans leurs nombreux articles parlent de libertés fondamentales, dont celle d'expression, me semble-t-il.
Appliquons déjà la Constitution... pour tous.
Sinon à force de vouloir protéger l'expression des uns ou d'autres de manière clanique et restrictive, il n' y aura plus que des castes dument autorisées à s'exprimer.
Faudra-t-il obtenir une carte de parole, délivrée par la Préfecture, pour être à l'abri de tout et pouvoir s'exprimer.
A quel niveau de diplôme sera-t-on libre de s'exprimer?
Bac, Bac Pro, Licence, Master, Doctorat? Ou fonction du montant des impôts payés, des revenus (mieux)?
Et les autres alors? Ils devront tous la fermer?
Passez manant qui n'êtes point lanceur d'alerte et habilité à parler. Taisez-vous M. Elkabach! Oui on ne connait que trop où mène ce genre de dérive.
Assez de lois restrictives sous couvert de protection.

catalang | 03 juin 2008 à 18h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Loi canadienne sur les lanceurs d'alerte!

Elle a été votée au Canada il y a près de deux ans. J'en ai proposé la rédaction à certains députés, sans réponse. Il faut dire que la loi canadienne prévoit surtout la protection des fonctionnaires qui s'aperçoivent de "fautes" de gestion ou de mauvaise utilisation des fonds publics et les dénocent. Ce qui bien sûr pourrait gêner certaines décisions politiques de circonstances.

jannoure | 06 juin 2008 à 20h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…