Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Loup : le Conseil d'État valide le nombre de spécimens à tuer

Biodiversité  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

Par deux décisions du 21 avril 2022, le Conseil d'État a rejeté les requêtes des associations One Voice, Aspas et Ferus dirigées contre les deux arrêtés interministériels du 23 octobre 2020 relatifs aux prélèvements de loups. Le premier de ces textes avait établi le plafond de destruction à 19 % de l'effectif estimé annuellement, avec la possibilité d'aller jusqu'à 21 %. Le second avait fixé les conditions dans lesquelles les dérogations aux interdictions de destruction de cette espèce protégée pouvaient être accordées par les préfets.

La haute juridiction administrative a considéré que l'arrêté fixant ce plafond ne méconnaissait ni les objectifs de la directive du 21 mai 1992 ni les dispositions du Code de l'environnement, qui imposent que la dérogation ne nuise pas au maintien de l'espèce dans un état de conservation favorable dans son aire de répartition naturelle. Elle a notamment repoussé les arguments des associations fondés sur une violation du principe de précaution et du principe de non-régression de la protection de l'environnement. Les juges avaient auparavant relevé que la population de loups avait suivi « un modèle à croissance exponentielle » jusqu'en 2017 et qu'elle avait continué à augmenter de façon sensible, tout en poursuivant son expansion géographique, malgré un plafond de destruction fixé à 19 % de sa population en 2019 et 2020.

Selon le dernier bilan de suivi de la population du mammifère, publié début avril et portant sur l'été 2021, l'expansion géographique de l'espèce se poursuit, avec 145 zones de présence permanente recensées. Le bilan du protocole d'intervention annuel rappelle, quant à lui, que le plafond de destruction autorisé pour l'année 2021 était de 118 individus et indique que 106 loups ont été effectivement tués, dont six par braconnage.

Réactions1 réaction à cet article

 

En randonnée raquettes en Haute Vallée de la Maurienne, un guide de montagne du pays nous a aimablement donné son explication de la problématique du loup : constatant le manque de "gibier" dans les massifs alpins français dans les années 40-50, des chasseurs y ont introduit des mouflons corses ; les quelques rares loups alors présents ont apprécié ces proies faciles et, par similitude, ce sont ensuite tout benoîtement reportés sur les moutons d'élevage. Ainsi, toujours selon ce guide de montagne, le problème trouve sa causalité dans une action irréfléchie de quelques chasseurs en manque de cartons.
Ce guide bien informé ajoutait qu'il ne voit pas pourquoi au plan technique la présence du loup est bien acceptée ET gérée dans les élevages en Italie alors que c'est tout l'inverse en France. Il y voit là un manque d'organisation et de solidarité entre les éleveurs, doublé d'une propension bien française à toujours chercher un moyen d'éviter de se remettre en cause.
J'adore, lors de mes vacances, apprendre des choses très instructives auprès des gens du pays !

Pégase | 27 avril 2022 à 08h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

VALORMAX BA : une gamme de matériels pour la valorisation de biomasse NOREMAT