Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Davantage de loups pourraient être éliminés en 2012-2013

Biodiversité  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

Deux projets d'arrêtés relatifs aux possibilités de destruction du loup sont proposés à la consultation du public sur le site du ministère de l'Ecologie jusqu'au 7 mai 2012.

Le premier fixe à onze le nombre maximal de loups dont la destruction pourra être autorisée pour la période 2012-2013, "en application de l'ensemble des dérogations". A compter de la date éventuelle à laquelle huit spécimens auront été détruits "dans le cadre des dérogations accordées par les préfets, ou du fait d'actes de destruction volontaires", les tirs de prélèvement seront interdits. En revanche, les tirs de défense pourront continuer à être autorisés. Pour la période 2011-2012, le nombre maximal de spécimens dont la destruction peut être autorisée avait été fixé à deux par un arrêté du 2 janvier 2012.

Le deuxième arrêté étend la liste des départements dans lesquels peuvent être délimitées les unités d'action dans lesquelles des dérogations aux interdictions de destruction peuvent être accordées par les préfets. Les nouveaux départements concernés sont le Haut-Rhin, la Haute-Saône et les Vosges. Selon un arrêté publié le 29 mars dernier, cette liste était en effet limitée aux neuf départements suivants : Alpes-de-Haute-Provence, Hautes-Alpes, Alpes-Maritimes, Drôme, Isère, Pyrénées-Orientales, Savoie, Haute-Savoie, Var.

Réactions5 réactions à cet article

 

La convention de Berne n'existe plus ? Il me semble pourtant que si...
Elle n'autorise que les tirs de prévention de dommages importants ET récurrents.

On parle de projection dans les années à venir ? Comment peut-on qualifier cela de prévention de dommages ? Sommes-nous capables de prévoir le futur nombre d'attaques à déplorer ?

A partir du moment où il y a une projection vers l'avenir et qu'on trouve même le moyen de cibler la quantité d'individus qui pourront être "détruits", on ne peut plus parler de prévention, mais de régulation. Et c'est tout simplement interdit! Le loup reste une espèce protégée, n'en déplaise au gouvernement qui a signé les protocoles européen!

La France n'en compte que quelques dizaines... Comment peut-on démontrer autant d'incompétences à gérer une si petite population ? Il y a 3 fois plus de moutons et 2000 loups en Espagne. On les entend pas de plaintes, ni de coups de feu ! Pareil en Italie, où ils sont 700. Seulement voilà, le loup n’a jamais disparu dans ces pays et les pratiques ancestrales de surveillance non plus !
1000 moutons victimes du loup par an sur 10 millions de moutons en France, cela représente 0,01% du cheptel national. Les loups ne sont pas au courant que l’Homme se les ait tous attribué.
Les maladies (200 000 par an!), les accidents (Plusieurs centaines de milliers) et les attaques de chiens font largement plus de dégâts. 0,05 % des prélèvements sont attribués aux grands prédateurs, et cela ne compte donc pas

Kulthian | 17 avril 2012 à 11h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Incompétence, irresponsabilité, viol des conventions, immaturité... Ne peuvent être les mots à écrire en constatant que cet acharnement contre un prédateur, dont le rôle vital n'est plus à démontrer, est sans fin remanier afin de le détruire. Bien que ces mesures sont, en plus, en ragard de tous les citoyens et non de quelques-uns, une atteinte à notre environnement commun mettant en danger l'ensemble de la faune et de la flore.

Comme il est précisé dans le commentaire suivant, le loup n'est pas celui qui met en danger le pastoralisme, les politiques incompétentes en matière de gestion, s'en occuper fort bien elle-même.

Nous sommes, en France, dans l'idée un déni total du respect de tous et nous agissons avec des moyens archaiques si ce n'est d'autant avec une conscience rétrograde.

Nous sommes devenus des incapables au service du rentable, des immatures au serice des lobbysmes chasse et agricole, mais assurément, plus du tout au service de la nature dans son ensemble.

Lorsque nous voyons la politique allemande concernant le retour du loup naturel dans son espace territorial et la mise en place des mesures de protections permettant la coexistence, il est urgent de se demander qui dans ce pays gére la mauvaise volonté et propage cette haine bien que tous, nous le sachions si nous regardons du côté du livre blanc des chasseurs de 2005.
Comme le précisait L Boitani 10 ans auparavant, il faut à la France cesser d'offrir aux chasseurs tout pouvoir sur l'environnement.
Honte!

Ourasi | 17 avril 2012 à 13h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

... que les loups. Les éleveurs sont largement indemnisés (172 € en moyenne par animal soit environ le double du prix du marché).

Où est don passée la belle lutte pour la biodiversité ? Cessons donc de faire du loup le bouc-émissaire. Les vrais problèmes ne sont pas là. La crise ovine et celle du monde pastoral ne seront pas résolues ainsi! Mais c’est tellement facile de se persuader du contraire et qu’il ne s’agit pas d’un évènement naturel mais d’une présence imposée par les « écolos citadins » qui n’y connaissent rien...

Kulthian | 17 avril 2012 à 14h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La fin de règne de mr sarkozy c'est donc l'extermination de tout ce qui est vie sauvage.....
Ce régime sacrifie au sens propre de ce terme toutes sortes d'espèces sauvages en espérant se faire bien voir de sa base conservatrice....

Exterminons la vie c'est cela votre conception d'une france forte mr sarkozy.....

Vous êtes donc tant aux abois pour descendre aussi bas et vous comporter se manière si veule...

Allez dehors mr sarkozy

jms | 18 avril 2012 à 09h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Comment ? Nous Français ne serions pas capables de faire un élevage ovin en présence du loup alors qu'Italiens et Espagnols réussissent à le faire ?
Nos éléveurs sont-ils vraiment incapables ou préfèrent-ils l'extinction de la biodiversité - encouragés en cela par la lâcheté des pouvoirs publics plutôt enclins aux dérogations qu'au respect de la protection réglementaire ?

BIDAUX Jean-Claude | 18 avril 2012 à 17h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

TD-Diver & Baro-Diver : sondes / surveillance des eaux souterraines SDEC