En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le loup dans le collimateur du Gouvernement

La pression du loup sur les troupeaux se fait de plus en plus forte. Devant la colère des éleveurs, la ministre de l'Ecologie souhaite faciliter les tirs de défense ou de prélèvement.

Biodiversité  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com
   
Le loup dans le collimateur du Gouvernement
   

Face à la colère des éleveurs suite à une multiplication des attaques de loups, Nathalie Kosciusko-Morizet a affirmé le 28 juillet dernier la volonté de l'Etat de diminuer la pression de ce prédateur sur les élevages.

Multiplication des attaques

Cette annonce a été faite lors d'une rencontre avec les députés, les présidents des chambres d'agriculture, des élus locaux et des éleveurs des Hautes-Alpes et des Alpes-de-Haute-Provence. Elle faisait suite à deux attaques de loups dans la vallée de l'Ubaye survenues à Méolans-Revel et Enchastrayes qui ont provoqué la mort ou la disparition d'une centaine d'ovins.

"Au 25 juillet 2011, on dénombrait 583 attaques et 2 115 victimes, soit une augmentation d'environ 25% des attaques et de 18% des victimes par rapport à 2010", indique la ministre.

La dernière attaque signalée a eu lieu le 10 août dernier dans la vallée de la Haute-Meurthe (Vosges) où onze brebis auraient été égorgées selon l'Est Républicain.

 
Tirs de défense ou tirs de prélèvement ? Les tirs de défense sont des autorisations individuelles accordées aux éleveurs pour protéger leur troupeau.
Les tirs de prélèvement sont des opérations de traque et d'abattage du loup organisées collectivement sous la responsabilité de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS).
 
Espèce protégée

Le statut d'espèce protégée au titre de la Convention de Berne et de la directive "habitats" ne s'oppose "en aucune façon à la volonté ferme de l'Etat de diminuer la pression du loup sur les élevages", a indiqué la ministre.

Pour Stéphanie Morelle, chargée de mission loup à France Nature Environnement (FNE), "si les textes européens autorisent le tir du loup pour prévenir les dommages importants et récurrents sur les troupeaux, la France glisse insidieusement du tir en dernier recours au tir de régulation".

Le Groupe national loup a validé cet hiver un assouplissement du "protocole loup" facilitant la mise en œuvre des tirs de défense ou de prélèvements lorsque la situation le justifie.

Un spécimen mâle de 27,5 kg a d'ailleurs été tué d'un tir de défense le 3 août dernier à Combovin dans le Vercors drômois, à proximité d'un troupeau de brebis attaqué à six reprises depuis le début de l'été. "Cet éleveur a subi six attaques depuis le 20 juin, alors qu'il a mis en place des mesures de gardiennage renforcé et d'effarouchement du loup", deux préalables nécessaires pour obtenir le droit de tirer sur le prédateur, a précisé Michaël Sibilleau, sous-préfet de Die, selon des propos rapportés par l'AFP.

Estimant toutefois que les différentes possibilités d'intervention prévues par l'arrêté du 9 mai 2011 étaient encore trop peu connues, la ministre a adressé une circulaire aux préfets le 29 juillet dernier leur demandant de renforcer l'information et la formation des personnes habilitées à effectuer ces tirs : éleveurs, bergers, lieutenants de louveterie, chasseurs.

Territorialisation des tirs de défense

NKM a également annoncé qu'elle proposerait au prochain groupe national loup "d'ajuster le protocole à la réalité de l'expansion de la population de loup en étudiant la possibilité d'une "territorialisation" de la mise en œuvre des tirs de défense. Il s'agit de permettre à l'ensemble des éleveurs situés dans une zone reconnue à risque de défendre leur troupeau dès les premières attaques sans autre procédure administrative ".

Le nombre maximal de six spécimens de loups dont la destruction est autorisée pour la période 2011-2012 pourrait, en outre, être revu chaque année en fonction "de la population estimée, du rythme de son accroissement et des dégâts occasionnés".

Annonces qui devraient susciter quelques réactions parmi les associations de protection de l'environnement, puisque, avant même celles-ci, FNE dénonçait les mesures décidées cet hiver. "Le préfet peut autoriser directement un tir de prélèvement si les dommages se répètent d'une année à l'autre et non plus dans la même saison. Pire, les tirs de prélèvement peuvent être déclenchés pendant la période hivernale, alors même que les troupeaux ne sont plus en alpage. Comment alors justifier de dommages importants aux troupeaux si ces derniers sont en bergerie ?", s'indigne Stéphanie Morelle dans La Lettre du Hérisson.

Réactions14 réactions à cet article

 

revoltant! Le gouvernement "n'a cas recruter d'avantage d'aide berger et mêtre des chiens gardien de troupeaux en plus pour les éleveurs" et en même temps le problème c'est qu'il est beaucoup plus difficile pour un berger de surveiller 2000 têtes qu'une centaine et ça c'est à cause de notre politique, l'argent et les grosses exploitations au lieu des petites comme autre fois... Ceci dit, on ne peut pas retourner en arrière. (sauf le jours ou notre monde s'écroulera par nous même...)

EV | 14 août 2011 à 00h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

chercher des solutions

haliotie | 18 août 2011 à 08h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Attention aux conclusions hâtives....

Le loup est une espèce sauvage, grand prédateur qui chasse pour subvenir à ses besoins en nourriture. S'il est beaucoup plus facile pour un loup d'attraper une brebis que de courser un chevreuil ou un chamoix, le loup ne tue pas par plaisir ou pour s'amuser.
Aussi, lorsque l'on attribue la mort de centaine de brebis d'un coup au loup sans faire d'analyse de poil, déjection, empreinte... on va un peu vite en besogne et on alimente la polémique autour du loup. C'est assez pratique pour les éleveurs d'accuser le loup lorsqu'on sait que l'indemnisation de leurs pertes est beaucoup plus importante lors d'une attaque de loup plutot que l'attaque de chiens errants.
Du point de vue de sa biologie, sauf cas exceptionnel, le loup attaque pour se nourrir et ne laisserai pas son butin "même pas entamé" au milieu d'un pré, ce que peut faire le chien qui est souvent nourri d'une autre manière.
Aussi arrêtons de stigmatiser le loup, diminuons la taille des troupeaux, améliorons leur protection par des chiens type patou, des bergers et des parcs pour la nuit plutot que d'entendre une ministre de l'écologie assouplir les possibilités de destruction d'une espèce protégée.... c'est honteux!

didisandrine | 18 août 2011 à 10h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

les loups vont croquer qqes brebis ou moutons ici et là, pas de quoi s'affoler. Il faudrait les laisser tranquille, et dédommager les éleveurs du montant de chaque animal 'croqué'. Cela serait très simple, mais non, l'homme veut être maître ''chez lui'', butter tout ce qui peut le déranger.
Et dire qu'on autorise les tirs préventifs... mon oeil, on connait la tendance un peu guerrière de certains qui vont tirer sur chaque loup qu'il verront, ils pourront toujours après dire que c'était ''défensif''.

L'homme est vraiment trop bête ...

Sophia | 18 août 2011 à 10h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Politique du spectacle, pour ce thème comme pour les autres il faut des actions, des sanctions et si possible du sang.
Sommes nous le seul pays à avoir des moutons et des loups ? je ne crois pas, par contre il semble que nous soyons trop fiers pour regarder ce que font les autres !

chocard | 18 août 2011 à 13h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bravo à didisandrine! N.K.M qui ose parler de développement durable ,
autorise la tuerie de ces animaux magnifiques, nobles et capables de
mourir "stoîquement à cause de la connerie humaine , qui ne satisfait que
son esprit dominateur sur la Nature! En Italie, on sait se "protéger" des
loups en bonne harmonie et quelques mesures de prévention. Chez nous, on veut éviter la grogne des bergers peu sensibles à la protection
de la fameuse Biodiversité, un leurre dans le langage des éleveurs,
pourtant bien dédommagés ! Arrêtez de démolir ce qui nous reste de Beau! Idem pour les arbres abattus, soi-disant malades ,pour faire de
la place à l'urbanisation et les routes de campagnes ,voire auto-routes!

arthur | 18 août 2011 à 17h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bien d'accord que ce n'est pas facile pour les éleveurs et ils savent le crier haut et fort donc les politiques préfèrent limiter les mécontentements (notamment avant les élections). Mais le loup, en dehors du fait que c'est une espèce protégée, a autant le droit de vivre qu'un autre. Le besoin humain de dominer en détruisant tout ce qui l'entoure est omniprésent. Sans revenir totalement en arrière, on peut effectivement reprendre des pratiques des générations d'avant qui ne manquent pas de logique, de respect de la nature et d'efficacité.
Les associations qui tentent de plaider en faveur du loup sont parfois considérées comme trop extrémistes mais qu'en est-il des éleveurs ? Tous les avis se sont pas écoutés avec autant d'attention. Et le loup lui, ne peut même pas se défendre, il veut juste survivre en se nourrissant là où il trouve.
Enlève une espèce, diminue la biodiversité, et une autre sera impactée, puis une autre ...

Myriam | 19 août 2011 à 09h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Tous ces commentaires ne sont que des sottises de gens qui ne connnaissent rien à la biologie ni à l'écologie du loup.

Laurent Berthod | 20 août 2011 à 23h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Monsieur Berthod, faites-nous des conférences sur la biologie et le comportement des loups et acceptez le débat contradictoire et vos
remarques seront plus crédibles. Merci

arthur | 22 août 2011 à 11h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

En ce moment-même, Jean Marc Moriceau passe sur France Inter dans l'émission historique de Jean Lebrun. Faites l'effort de lire son ouvrage "L'homme contre le loup. Une guerre de deux mille ans". Vous verrez bien. Un forum n'est pas un lieu propice à donner des cours. Je n'ai guère vu sur un forum autre chose que des opinions. Les commentaires les plus utiles renvoient à des références. Je viens de vous en donner une.

Laurent Berthod | 22 août 2011 à 13h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Décidément, Monsieur Berthod, n'apprécie guère la franchise. Qui vous permets d'affirmer que nous, les défenseurs du loup, ne connaissons Rien
de la Biologie du Loup, et vous ,la connaissez-vous? Si oui, expliquez un peu pour nous être utile! Merci

arthur | 22 août 2011 à 19h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Lisez, Monsieur Arthur, documentez-vous, travaillez, ça fera du bien à vos méninges, vous vivrez plus longtemps.

Laurent Berthod | 23 août 2011 à 11h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Merci, Monsieur Berthod, j'enseigne tous les jours ,mes méninges sont en
forme et ma doc sur l'Environnement intéresse beaucoup d'étudiants et
d'amis. Arrêtez cette polémique ,stérile. Merci

arthur | 24 août 2011 à 20h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ Arthur

Je viens de publier un article et une page sur la question du loup en France. En cherchant bien sur Intrenet, vous les trouverez.

Bien à vous.

Laurent Berthod | 30 août 2011 à 10h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager