En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Exclusion des loups : le Sénat adopte la proposition de loi

Biodiversité  |    |  Laurent RadissonActu-Environnement.com

Le Sénat a adopté mercredi 30 janvier la proposition de loi du sénateur Alain Bertrand (RDSE – Lozère) visant à créer des zones de protection renforcée contre le loup. Le texte a été voté sans changement, mais non sans débat, par rapport à la version adoptée par la commission du développement durable le 23 janvier.

La proposition de loi prévoit que "l'abattage de loups est autorisé dans des zones de protection renforcée délimitées chaque année par arrêté préfectoral, indépendamment du prélèvement défini au niveau national" et qu'"un plafond de destruction spécifique est déterminé pour chaque zone".

Le texte a été voté par 208 voix contre 131. Le RDSE, l'UMP et la plupart des centristes (UDI-UC) ont voté pour. Le CRC (communiste) et EELV ont voté contre ainsi que la majorité du PS, rapporte l'AFP. Mais une vingtaine de sénateurs socialistes, pour la plupart élus de départements montagneux, ont voté pour. "Toutes les indemnités, tous les discours, toutes les conventions de Berne ou d'ailleurs ne compenseront pas le préjudice financier, et surtout affectif, des bergers", a ainsi déclaré Claude Domeizel, sénateur socialiste des Alpes-de-Haute-Provence.

Les organisations agricoles assurent qu'en 2012 le loup aura tué 5.000 brebis et coûté plus de 10 millions d'euros aux contribuables.

Détresse des éleveurs

"Le gouvernement partage la détresse des éleveurs mais elle mérite qu'on y apporte des réponses solides, pas des faux semblants", a regretté la ministre de l'Ecologie, Delphine Batho, selon des propos rapportés par l'AFP.

France Nature Environnement (FNE), de son côté, s'insurge dans un communiqué contre l'adoption de ce texte qui constitue "une aberration sur le plan biologique comme sur le plan juridique". "Que signifie l'adoption de ce texte alors que l'élaboration du Plan d'action national sur le loup 2013-2017 arrive à son terme ?", interroge Benoît Hartmann, porte-parole de l'association qui, avec dix autres ONG, avait appelé la veille à rejeter le texte et qui indique maintenant "étudier la possibilité de recours contentieux".

Réactions4 réactions à cet article

 

Ah bon, il y a encore des loups en France ? Et tellement qu'on doit délimiter des zones de protection renforcée ? Et on ne pourrait pas plutôt créer des emplois d'aide-bergers pour surveiller les troupeaux au lieu d'autoriser l'abattage ?

Caroclean | 31 janvier 2013 à 12h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

le verbe éradiquer !!! utiliser " à toutes les sauces" pour éliminer tous les animaux sauvages en France ( il n y a déjà plus beaucoup !!!) sans autre solution alternative! trop de loups, hop on les supprime ! trop de sangliers allez hop on les supprime... dans des pays en voie de développement, il y a beaucoup plus d'efforts qui sont faits en matière de conservation de la faune sauvage alors que les peuples sont très pauvres!!!) Décidemment et ce à tous points de vue ce vieux pays n'évoluera jamais et ne donne pas envie d 'y rester ( et pas pour des raisons fiscales ) mais pour une mentalité rétrograde qui n' a pas évolué depuis x siècles PAUVRE FRANCE!!!!!!!!!!!!!pitoyable

muriel copeaux | 31 janvier 2013 à 14h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Trop de loups, trop d'ours, trop de sangliers, trop de renards, trop de "nuisibles".... Il faut tuer les animaux.....
Et s'il y avait trop d'êtres humains, trop d'éleveurs, et trop de pauvre bétail ?
Quel déséquilibre ! Peut être pourrions nous réfléchir autrement, manger moins de viande, laisser les prédateurs rééquilibrer la nature et redonner à la faune et à la flore les territoires qui leur permettraient d'exister sans gêner l'homme.
Ce n'est pas gagné avec nos dirigeants !

France | 31 janvier 2013 à 20h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On ne pourrait pas réfléchir autrement ? Apprendre à partager la nature et à la respecter, respecter les animaux, la flore ? Non, on détruit systématiquement les espèces par la chasse (on confie à des gogols des fusils et des cartouches, et ils vous menacent avec quand vous les croisez en période de chasse), et on balance des tonnes de pesticides dans la nature pour enrichir les pétroliers et Monsanto, au détriment des abeilles, de la vie en général et de l'homme lui-même qui est au sommet de la chaîne alimentaire !! Quand va-t-on cesser de nous mentir, tous dirigeants politiques confondus ? Toutes les études démontrent, depuis plus de trente ans, aux USA, en Allemagne et ailleurs, que la culture biologique est bien plus productive et bien plus rentable, que l'agriculture chimique. Je préfère voir des loups et des oiseaux et des lynx et des abeilles dans la nature, que des abrutis de chasseurs avinés et une faune et une flore décimée !!

Michel | 02 février 2013 à 20h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…