En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Transition énergétique : l'Assemblée valide un nouvel objectif de baisse de la consommation d'énergie

Energie  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com

Mardi 7 septembre, dans la soirée, les députés ont validé un amendement ajoutant un objectif de réduction de la consommation énergétique de 20% par rapport à 2012, d'ici 2030.

Comme annoncé précédemment par le gouvernement, l'objectif de réduction de la consommation énergétique finale de 50% en 2050 par rapport à la référence 2012 a été complété d'un objectif à l'horizon plus proche.

L'amendement gouvernemental adopté ajoute "un objectif intermédiaire de 20% en 2030". Ségolène Royal a expliqué que 2050 peut sembler lointain pour les Français et qu'il convient donc d'inscrire dans la loi un objectif plus proche. Pourquoi 20% de réduction ? "Parce que cet objectif s'inscrit en cohérence avec l'objectif de baisse de 30% [d'ici 2030] de la consommation énergétique primaire des énergies fossiles", a justifié la ministre de l'Ecologie.

Soutient le développement économique

Par ailleurs, pointant l'importance accordée à la croissance économique, et faisant écho au débat sur la réduction de la consommation énergétique et l'évolution du PIB, Ségolène Royal a tenu à ce que son amendement en tienne compte. Aussi, précise-t-il que "cette dynamique [de réduction de la consommation énergétique] soutient le développement d'une économie efficace en énergie, notamment dans les secteurs du bâtiment, des transports et de l'économie circulaire et préserve la compétitivité et le développement du secteur industriel".

Cet objectif exprimé en terme de réduction de la consommation énergétique finale française d'ici 2030 se substitue à l'objectif initial exprimé en terme de réduction de l'intensité énergétique, c'est à dire en terme de PIB rapporté à; la consommation d'énergie. En effet, il remplace l'objectif de "porter le rythme annuel de baisse de l'intensité énergétique finale à 2,5% d'ici à 2030".

En amont, plusieurs amendements ont été défendus, en vain, afin de supprimer du texte l'objectif de réduction de la consommation énergétique. Denis Baupin (EELV, Paris) a pour sa part tenté de faire inscrire une réduction de la consommation énergétique d'au moins 35% à l'horizon 2030, avant de proposer une solution de repli conforme à l'objectif proposé par le gouvernement.

Réactions1 réaction à cet article

 

On s'amuse de plus au plus dans nos instances dirigeantes !

Voici le texte de l'amendement :

« Après l’année :

"2012",

rédiger ainsi la fin de l’alinéa 25 :

", en visant un objectif intermédiaire de 20 % en 2030. Cette dynamique soutient le développement d’une économie efficace en énergie, notamment dans les secteurs du bâtiment, des transports et de l’économie circulaire et préserve la compétitivité et le développement du secteur industriel ;" ».

C'est de l'incantation ! Encore un effort camarade Royal et camarades députés, et le Gosplan ne pourra plus du tout vous contester la palme.

L'amendement « précise [...] que "cette dynamique [de réduction de la consommation énergétique] soutient... » Mais franchement, on a beau se frotter les yeux ! Où donc est-ce précisé dans le texte de la proposition maintenant adoptée ?

Wackes Seppi | 09 octobre 2014 à 14h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…