En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Lubrizol : le Président réfute « la défaillance » des services de l'État dans la gestion de l'incendie

À Rouen, Emmanuel Macron a salué l'efficacité des services de l'État dans la gestion de l'incendie de l'usine chimique de Lubrizol. Élisabeth Borne souhaite quant à elle tirer les leçons de l'accident pour modifier la réglementation ICPE.

Risques  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
Lubrizol : le Président réfute « la défaillance » des services de l'État dans la gestion de l'incendie

Mercredi 30 octobre au soir, le Président Emmanuel Macron s'est rendu à Rouen (Seine-Maritime) pour tenter de rassurer les habitants très inquiets des conséquences sanitaires et environnementales de l'incendie de l'usine chimique Lubrizol, survenu le 26 septembre. Durant son déplacement, qui n'était pas prévu dans son agenda, le Président s'est entretenu avec le maire de Rouen et le préfet de Normandie à l'hôtel de ville. Il a ensuite rencontré quelques habitants, mais sous les huées. « Je suis venu porter un message de soutien et de considération pour les Rouennaises et les Rouennais. Nous avons parlé du mois qui vient de s'écouler, des points de préoccupations et de l'avenir », a déclaré le Président. « Je comprends l'émotion de la population, l'inquiétude [autour des odeurs] est légitime mais il ne faut pas de défiance », a-t-il poursuivi. « On continuera à mesurer [les impacts sanitaires et de la pollution], à informer et on continuera la transparence », a assuré le chef de l'État. Il a ajouté que, d'ici le 18 novembre, les premières indemnisations seront versées aux agriculteurs, aux commerçants, aux entreprises et aux collectivités « qui ont eu à subir les conséquences de ce qui s'est passé à Rouen ».

Gestion de crise de l'État

Le Président a surtout défendu la gestion de la crise de l'accident industriel par l'État. « De là où je suis, je n'ai pas vu de défaillance, au contraire j'ai vu beaucoup d'engagements, de détermination et de sang froid. L'ensemble des services de l'État, dans leurs compétences, ont fait ce qu'ils devaient faire », a-t-il réaffirmé. Le Président a remercié « le préfet de Région et avec lui l'ensemble des services de l'État et des services de secours qui, dès les premières minutes, ont eu les bonnes réactions ».

La communication de l'État, après l'incendie de l'usine, a été très critiquée par les habitants, les associations et les élus. Le Premier ministre, Édouard Philippe, à deux reprises, et plusieurs ministres, se sont rendus sur place depuis un mois. Emmanuel Macron a ajouté, devant les Rouennais qui lui reprochaient de ne pas être venu plus tôt après la catastrophe, que le « rôle du Président de la République n'est pas de se précipiter dès qu'il y a quelque chose qui se passe. Mon rôle n'est pas de me substituer à chaque ministre. Je pense que l'État a été là où il devait l'être au moment où il devait l'être », a-t-il réaffirmé.

Le Président a toutefois reconnu « qu'il y a encore des inquiétudes. On voit aussi beaucoup de suggestions de bon sens de la part de nos concitoyens : informer plus simplement et rapidement, perfectionner nos systèmes d'alerte. Cela rejoint les conclusions que nous commençons à tirer de ce que nous avons vécu », a ajouté le Président sur son compte twitter.

Respect des procédures ICPE

Pour rappel, une partie de l'usine de Lubrizol, qui est classée Seveso seuil haut, et une partie des produits stockés dans l'entreprise voisine Normandie Logistique, ont flambé en même temps le 26 septembre. Soit un total de 9 050 tonnes de produits stockés brûlés. L'usine de Lubrizol « est un site Seveso connu et encadré, et dont la classification a permis la bonne réaction des services de l'État, de l'ensemble des forces de secours et des services des élus. Ces installations sont (…) mieux encadrées que naguère », a aussi répété Emmanuel Macron.

En revanche, il n'a pas commenté le respect des obligations des installations classées (ICPE) par l'entreprise. « Normandie Logistique n'était pas un site classé Seveso et il n'y a pas eu les mêmes contrôles que chez Lubrizol [par les services de l'État] », a reconnu, de son côté, Élisabeth Borne, ministre de la Transition écologique, interrogée ce 31 octobre au matin par Franceinfo. « On aura à tirer toutes les conséquences. L'industriel [Lubrizol] n'a pas forcément respecté toutes les procédures notamment de déclaration », a souligné la ministre. « Il y a une enquête judiciaire qui permettra de désigner les responsables, et il y a aussi une enquête administrative. Moi j'y ai tenu, pour qu'on tire toutes les leçons - à chaque fois qu'il y a un accident et un accident aussi important - pour améliorer, le cas échéant, notre législation, notre réglementation et nos procédures », a-t-elle poursuivi.

 
On voit aussi beaucoup de suggestions de bon sens de la part de nos concitoyens : informer plus simplement et rapidement, perfectionner nos systèmes d'alerte.  
Emmanuel Macron
 
Le 23 octobre, le directeur régional de l'environnement, de l'aménagement et du logement (Dreal) en Normandie, Patrick Berg, a admis, devant les députés, que l'entreprise Normandie Logistique aurait dû relever du régime d'enregistrement au titre de la réglementation des installations ICPE et non de celui de la déclaration, beaucoup moins exigeant. À noter : Patrick Berg sera muté, à compter du 1er décembre, au même poste, à la Dreal en région Occitanie pour une durée de cinq ans. Il avait pris la tête de la Dreal Normandie en 2016.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

 
 
Nouvelle édition du Bréviaire des Installations classées