En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Incendie de Lubrizol : le parquet de Paris ouvre une information judiciaire contre X

Risques  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

Dans un communiqué, le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, a annoncé, mardi 29 octobre, l'ouverture d'une information judiciaire contre X, un mois après l'incendie de l'usine Lubrizol survenu le 26 septembre à Rouen. Cette information judiciaire a été confiée à trois magistrats instructeurs du pôle santé publique du tribunal de Paris. Elle est ouverte par le parquet de Paris sous les chefs de « destruction involontaire par incendie » et de la « mise en danger de la vie d'autrui, par violation manifestement délibérée d'une obligation de sécurité ou de prudence ». L'information judiciaire est aussi ouverte pour « blessures involontaires » et « exploitation d'une installation classée sans respect des règles générales et des prescriptions techniques ». Figure aussi « l'exploitation non conforme d'une installation classée ayant porté une atteinte grave à la santé, à la sécurité, ou dégradé substantiellement la faune, la flore, la qualité de l'air, du sol ou de l'eau ».


À ce jour, 545 plaintes ont été déposées, a précisé le procureur. L'ouverture d'une information judiciaire va notamment permettre aux plaignants de se constituer parties civiles. Cette information judiciaire fait suite à la clôture d'une enquête préliminaire menée par le pôle santé publique du parquet de Paris. Le Service régional de police judiciaire (SRPJ) de Rouen, l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (OCLAESP) et l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN), ont remis leurs conclusions mardi au procureur de la République de Paris. Les enquêteurs ont auditionné près « d'une centaine de témoins » et analysé « une soixantaine de vidéos extraites des systèmes de vidéo-surveillance », lors de perquisitions réalisées le 10 octobre au sein des locaux administratifs de l'usine Lubrizol et de l'entreprise Normandie Logistique, mitoyenne du site. Trois bâtiments de Normandie Logistique ont brûlé en même temps qu'une partie de l'usine Lubrizol le 26 septembre. Les prélèvements de résidus de combustion des produits stockés, « effectués par l'IRCGN lors des constatations sur site entre les 8 et 11 octobre, ont également été placés sous scellés », a ajouté le procureur dans le communiqué.

Mais « les nombreux actes d'ores et déjà réalisés n'ont pas permis de déterminer, à ce stade, les causes de cet incendie ni de localiser avec précision son origine », a souligné le procureur. Dans le cadre de l'ouverture de cette information judiciaire, les trois magistrats du pôle santé publique du tribunal de Paris sont chargés de poursuivre les investigations.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager