En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement
Pole Expertise

La norme ISO 50001 sécurisera la croissance économique mondiale

Luc Licata-Messana, responsable d'audit chez LRQA France, nous propose un avis d'expert sur le rôle des Systèmes de Management de l'Énergie en entreprise, facteur de progrès en matière de performances environnementales et économiques.

Avis d'expert  |  Gouvernance  |    |  Actu-Environnement.com

Les entreprises disposent d'une offre de plus en plus étoffée de référentiels visant à les inscrire dans une démarche d'amélioration continue. Depuis cette année, avec la norme internationale ISO 50001, les entreprises ont l'opportunité de mettre en place un système de management de l'énergie (SMEn) qui les aide à se concentrer sur l'optimisation de la performance énergétique.

ISO 50001 : opérationnelle et pragmatique

Cette nouvelle norme s'intéresse aux consommations, à la conception des systèmes énergétiques, à l'approvisionnement et à l'étude des besoins futurs de l'entreprise. L'ISO 50001 va beaucoup plus loin que l'ISO 14001, norme traditionnelle des systèmes de management environnemental (SME), dans laquelle l'énergie ne représente qu'un critère parmi d'autres.
Par rapport à la norme européenne NF EN 16001, également consacrée aux SMEn, l'ISO 50001 appréhende la problématique énergétique de façon plus complète et opérationnelle. Elle intègre :
1- une ACV des produits et services utilisés par l'entreprise,
2- un focus exigeant sur la mise en oeuvre des engagements au sein de l'entreprise, notamment au niveau de la direction,
3- une utilisation de données de référence en matière d'énergie, ainsi que des niveaux d'exigences en matière d'amélioration énergétique.

Il s'agit d'avancées opérationnelles notables, ayant une incidence concrète sur les performances énergétiques.

Environnement et Économie : des synergies vertueuses

La certification est un moyen mis à la disposition des entreprises qui désirent progresser. Elles peuvent envisager la norme ISO 50001 pour réduire leur empreinte environnementale, mais aussi pour maîtriser leurs coûts de production et de fonctionnement. Avec l'ISO 50001, les améliorations en termes d'efficacité énergétique sont immédiates et les avantages financiers perceptibles. Grâce à un tel système, l'entreprise adopte une approche structurée en matière de management de l'énergie et, par là même, localise et réduit plus facilement les gaspillages énergétiques. De plus, l'ISO 50001 permet d'analyser le mode réel d'achat de l'énergie et de savoir exactement ce que l'entreprise dépense. Ce type d'analyse est important, notamment lors des pointes de consommation et lors du démarrage de l'activité en début de journée.

Sécuriser ses approvisionnements en énergie

L'attention portée aux choix énergétiques d'une entreprise par ses dirigeants peut se révéler stratégique, particulièrement en matière de sécurité d'approvisionnement. Un approvisionnement sécurisé de l'énergie dépend surtout de votre emplacement géographique, bien qu'il puisse également être remis en cause en cas de crise, de catastrophe naturelle ou de catastrophe technologique. Au Royaume-Uni, par exemple, la production énergétique satisfait généralement la demande. L'année dernière, cependant, une entreprise basée outre-manche a été contrainte de réduire sa consommation énergétique pour faire face aux besoins de chaînes de production supplémentaires. La mise en place d'un système de management de l'énergie lui a permis de faire l'économie de coûteux transformateurs sans pénaliser son activité économique.

À l'échelle mondiale, l'approvisionnement énergétique reste un problème dans de nombreux pays, au point où certains d'entre eux ne puissent transformer leurs cultures locales et conserver une part importante de la richesse produite. La mise en œuvre d'une norme telle que l'ISO 50001 permet d'améliorer le processus de distribution et d'optimiser l'utilisation de la ressource énergétique limitée. Je suis convaincu que la norme ISO 50001 va aider les entreprises, partout dans le monde, à bénéficier d'une énergie à la fois sûre et en quantité suffisante.

La sobriété pour gagner en indépendance

Du point de vue du risque environnemental, la mise en œuvre de l'ISO 50001 est, selon moi, similaire à celle des autres méthodes de management des risques, et porte également sur l'identification des risques. Dans le cadre de l'utilisation énergétique, plus vous réduisez vos consommations, moins vous prenez de risques : de cette façon, vous dépendez moins des autres et du réseau électrique en matière d'approvisionnement énergétique pour fabriquer vos biens. De plus, plus vous réduisez votre consommation, plus vous êtes en mesure de générer vous-même de l'énergie par le biais d'énergies renouvelables produites sur site. Par conséquent, le risque global pour votre activité s'en trouve réduit. De même, du point de vue des frais d'exploitation, l'énergie représente un coût de base souvent synonyme de gaspillage au sein des entreprises. Réduire ses factures énergétiques, c'est réduire les risques liés à la viabilité financière de l'activité globale.

Pour conclure, l'ISO 50001 représente pour les entreprises un intérêt évident : elle permet de réduire les coûts, les risques liés à l'énergie mais également l'impact environnemental de leur activité. Elle participe aux processus d'amélioration continue des entreprises et les aide à s'inscrire dans les mutations sociétales actuelles qui nécessitent plus de sobriété.

Avis d'expert proposé par Luc Licata-Messana, Responsable produit ISO 50001 LRQA France.

Réactions1 réaction à cet article

 

Bonjour,
Merci de nous épargner la "vertu" et de la laisser où elle doit être. Parlons de sobriété énergétique, de bonnes pratiques de gestion de l'énergie mais de grâce, ne succombons pas à la religion de la "vertu". L'histoire de l'industrie est celle de la rationalisation de l'usage des ressources et quand l'énergie est la plus chère des ressources, parfois presque aussi chère que la matière première elle-même, il me semble qu'une norme de plus n'est pas forcément LA solution...
L'intérêt évident est ici celui de la corporation des consultants qui ont épuisé les avantaves (vertus?) de la mise aux normes 9001, 14001, 18001, 22000, etc. et qui ont trouvé un numéro supplémentaire pour se rendre indispensables (je suis provocateur mais...).

Albatros | 24 octobre 2011 à 17h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager