En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Lutte contre le gaspillage des grandes enseignes : l'évolution des pratiques en huit points

Un sondage réalisé par Ipsos à la demande de Comerso s'est penché sur les pratiques anti-gaspillage des grandes et moyennes surfaces, des grandes surfaces spécialisées et de l'industrie agro-alimentaire. Retour sur les principaux résultats.

Infographie  |  Déchets  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com

« Le baromètre révèle un essoufflement des pratiques anti-gaspillage en grande distribution, et une marge de progression importante en GSS [grande surface spécialisée mode et sport] et chez les industriels », relève le sondage réalisé par Ipsos à la demande de Comerso, société spécialisée dans la lutte contre le gaspillage alimentaire.

L'institut de sondage a interrogé 247 responsables d'entreprises de trois secteurs d'activités : les grandes et moyennes surfaces (GMS), les grandes surface spécialisées mode et sport (GSS) et l'industrie agro-alimentaire (IAA).

Parmi leurs interrogations : comment se situent ces acteurs par rapport aux dispositions concernant le gaspillage alimentaire ? Selon les résultats du sondage, seulement 17 % appliquent l'intégralité de la loi Garot. Une majorité des sondés de l'industrie agro-alimentaire ne connaissent pas la loi alors qu'elle s'applique à leur secteur depuis le 1er janvier. Concernant les dispositions de la loi économie circulaire, 40 % de l'ensemble des acteurs pensent que la loi ne les concerne pas.

La lutte contre le gaspillage a encore des marges de progrès : ainsi, les stocks dormants ou les invendus alimentaires et non-alimentaires sont jetés pour 20 % des grandes et moyennes surfaces, pour 5 % des grandes surface spécialisées mode et sport, et pour 30 % des industries agro-alimentaires.

Le don est considéré comme une pratique efficace par l'ensemble des acteurs, qui le pratique à 74 %. Mais par rapport à l'année dernière, il est en recul dans les grandes et moyennes surfaces (-0,5 %) et évolue peu dans les grandes surface spécialisées mode et sport (61 % en 2019 contre 63 % cette année). Pour les acteurs de l'industrie agro-alimentaire, 67 % des interrogés l'ont mis en place. La valorisation des biodéchets, quant à elle, est pratiquée par 58 % des GMS et 63 % des IAA.

Les promotions restent la pratique phare anti-gaspillage pour les grandes et moyennes surfaces. Et pour 51 % des GSS et des IAA, c'est le déstockage qui est pratiqué.

Réactions2 réactions à cet article

 

Il faut intégrer la loi et les bonnes pratiques dans la formation des dirigeants de grandes et moyennes surfaces, d'autant plus qu'ils n'ont pas toujours très envie de se fatiguer à recycler leur marchandises, il est plus facile de tout jeter ou de se comporter à minima.

gaïa94 | 24 février 2020 à 15h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les lois en matière d'anti gaspi se mordent la queue, la loi dite Nutella interdit de vendre à -50%, donc quand un produit passe au rayon antigaspi il l'est à -30%, ce qui n'a strictement aucun intérêt pour le client qui doit assurer sa prise de risque, donc grace à la loi Nutella on jette 2 fois plus.

pemmore | 11 mars 2020 à 22h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager