En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Chenilles processionnaires : les techniques de lutte en pleine révolution

Avec la hausse de température liée aux changements climatiques, la chenille processionnaire, nuisible pour l'homme, les animaux et la sylviculture, ne cesse de gagner du terrain en France. Pour enrayer l'invasion de ces insectes rampants, les techniques sans pesticides se multiplient. Aux armes !

Reportage vidéo  |  Agroécologie  |    |  Baptiste ClarkeActu-Environnement.com
Chenilles processionnaires : les techniques de lutte en pleine révolution

Comme on peut le voir dans le reportage-vidéo ci-dessus, les moyens pour lutter contre ces chenilles processionnaires sont divers : piège à papillon, lutte microbiologique, lutte mécanique, piègeage des chenilles ou encore lutte biologique avec la pose de nichoirs à mésanges, un prédateur redoutable.

Le réchauffement climatique responsable de la propagation…

Les forêts n'en ont pas fini de souffrir des changements climatiques. En plus des conséquences des sécheresses et autres canicules, des études menées par l'institut national de la recherche agronomique (Inra) des hivers doux comme cette année ont été bénéfiques au développement de l'insecte qui est devenu un bio indicateur du réchauffement climatique : "Il faut que pendant la journée la température à l'intérieur du nid soit au moins de neuf degrés et que la température la nuit suivante à l'extérieur soit d'au moins zéro degré, sinon la processionnaire ne peut pas aller s'alimenter et au bout d'un moment ça va affecter sa survie", précise Jérôme Rousselet, chargé de recherche à l'Inra Orléans et de rajouter : "par rapport à l'aire qu'elle occupait à la fin des années 80, on a pu observer dans le sud du bassin parisien une augmentation de la moyenne des températures minimales d'octobre à mars d'un degré et cela a suffi à rendre des territoires favorables à son développement".

…mais pas seulement

Etonnamment, c'est dans les "openfields" que les chenilles processionnaires ont progressé le plus vite. Les openfields sont des champs ouverts, sans haie ni clôture, avec très peu d'arbres, comme la Beauce. "En fait, ce sont les arbres ornementaux plantés dans les jardins des particuliers, le long des routes, dans les espaces verts et le maillage, villes, villages et hameaux qui vont constituer un réseau suffisamment dense d'arbres pour que la processionnaire puisse se propager", indique Jérôme Rousselet. Comme il y a peu d'arbres et que les papillons ont la capacité de voler 5 à 6 km, la progression sur le territoire est plus rapide que dans une forêt où la chenille peut satisfaire tous ses besoins dans un périmètre beaucoup plus restreint. Enfin, le transport de terre est aussi un facteur de propagation, les chrysalides étant enterrées.

Eradication quasi impossible ?

Avec une pose de 20 nichoirs à mésanges par hectare sur une parcelle expérimentale de la forêt domaniale du Mont Ventoux (84), l'Inra a pu observer "une régulation sur du long terme, une régulation durable - plus efficace que l'ancien traitement microbiologique effectué par hélicoptère - et qui permet de maintenir [la colonisation] à un niveau qui peut être tolérable. Si on veut un risque zéro, il faut combiner avec d'autres méthodes, par exemple le piège à chenille ou le piège à papillon", explique Jean-Claude Martin, ingénieur de recherche à l'Inra.

En somme, une éradication risque de coûter très cher. La commune de Frontignan (34) s'est équipée de 25 pièges à chenilles."Il y a un coût de 1.500 euros, donc ce n'est pas négligeable sur le budget de la ville et un piège à chenille ne marche que pour un seul pin donc c'est quand même un traitement ponctuel sur un lieu bien précis et qu'il serait très difficile d'étendre à tous les pins de la ville", témoigne Claude Léon, adjointe à l'urbanisme. Dans ces conditions, on imagine mal ce type de lutte à l'échelle d'une forêt… Au final, l'éradication de la chenille processionnaire semble compliquée.

Réactions5 réactions à cet article

 

Bonjour,
Merci pour cette information. Nous connaissons ce problème avec mon compagnon dans la Drôme; et on fait appel à un élagueur.
Mais tout le monde devrait pratiquer cette chasse. Car si vous le faites chez vous, et que votre voisin s'en contrefiche, c'est un travail pour rien.

Petite question concernant la mésange : quelle espèce est la plus prédatrice?

Merci de votre réponse

SL-nature26 | 02 mai 2016 à 12h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ SL-nature26

Bonjour, il se pourrait que la charbonnière étant la plus grosse soit aussi la plus prédatrice toutefois elles le sont toutes.

Cordialement, Baptiste Clarke

BC | 02 mai 2016 à 16h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Quelles sont les caractéristiques des nichoirs pour mésanges ?
Où peut on s'en procurer ?

carphi | 03 mai 2016 à 08h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ carphi

Bonjour, les nichoirs pour les charbonnières doivent présenter un trou de 32mn. A installer à 1,80 m de hauteur. Le trou d'entrée doit être orienté de façon à abriter la couvée des vents dominants et des rayons du soleil. En bois ou béton, même performance. Dans pratiquement tous les magasins spécialisés.

Cordialement

Baptiste Clarke Baptiste Clarke
03 mai 2016 à 08h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Sans remettre en question la qualité de ces articles, il est vraiment dommage de lire encore, en 2016, le terme de "nuisible" en rapport avec des animaux (ou des plantes) qu'on ne souhaite pas... Le terme de nuisible n'a pas de sens écologique, c'est simplement une vision anthropocentrée de ce qui est bien ou mal...

Yougli | 10 mai 2016 à 08h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Baptiste Clarke

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…