Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Lutte contre les nuisibles : lâcher de moustiques stériles sur l'île de La Réunion

Biodiversité  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Lutte contre les nuisibles : lâcher de moustiques stériles sur l'île de La Réunion

Pour la première fois en zone urbaine, la technique de l'insecte stérile (TIS) est en cours de test à la Réunion pour lutter contre le moustique tigre. Vecteur de graves maladies comme la dengue et le chikungunya, l'Aedes aegypti fait l'objet depuis avril d'essais pilotes. « Deux sites d'étude sur le littoral de la commune de Saint-Joseph ont été ciblés car les populations d'Aedes aegypti y sont isolées, ce qui permet d'espérer leur élimination locale », explique Jérémy Bouyer, entomologiste au Cirad et coordinateur du projet Revolinc et Mosquarel. Ces deux projets visent à optimiser la lutte contre les insectes nuisibles en utilisant une TIS dite « renforcée ».

La TIS consiste à élever en masse des moustiques mâles, les stériliser par irradiation et les relâcher sur le terrain où ils vont stériliser les femelles sauvages. Avec la technique de l'insecte stérile renforcée, les insectes mâles sont traités, avant lâcher, par un biocide qu'ils transmettent par contact aux femelles lors de la reproduction ou par simple contact. Ces biocides entraînent la mort de leur progéniture.

Une première phase de marquage-lâchers-recapture a démarré en avril : durant cette phase, 10 000 moustiques mâles stériles sont lâchés par semaine, afin d'estimer leur survie, leur dispersion et leur compétitivité sexuelle avec les moustiques sauvages. Deux techniques de lâcher sont testées : au sol puis par drone. La meilleure technique de lâcher sera sélectionnée durant la deuxième phase de lutte. Cette phase correspondra au lâcher de 50 000 mâles stériles par semaine.

Ces essais sont complémentaires de ceux de l'IRD qui visent à contrôler un autre moustique, Aedes albopictus. Le projet Revolinc vise à démontrer que la TIS renforcée permet d'éliminer localement un vecteur relativement isolé comme c'est le cas d'Aedes aegypti à La Réunion. L'objectif est d'éviter la recolonisation des niches écologiques d'Aedes albopictus par Aedes aegypti. « Si ces essais sont concluants sur des populations localisées d'Aedes aegypti, cette solution pourrait alors être déployée à plus grande échelle », précise Jérémy Bouyer du Cirad.

Réactions2 réactions à cet article

 

Le moustique tigre à la Réunion, c'est assez folklorique, Beaucoup de créoles sont immunisés de la dengue, alors protection minimaliste, au lieu de venir voir chez les gens si les précautions sont bien prises, un camion passe et pulvérise, ce qui tue les poissons de bassin, résultat remêde pire que le mal.
Faisant le tour des cimetières, le grand bac pour l'eau à st Pierre a comme chez-moi de gros poissons rouges, celui de st Louis zéro ça grouille de moustiques, personne pour réagir.
Ou habite ma belle mère, tout le monde sait que des gens dans la rue ont une piscine pour enfants qui grouiille de bestioles, rien n'est fait, j'ai attrapé la dengue et bien bien malade, je pars au médecin: zéro médicament mais enregistrement, ça a été tellement rapide la médecine que j'étais déjà rentré quand ils sont passés.
Une maladie qui s'attaque qu'aux blancs, ensuite on est immunisé.

pemmore | 17 mai 2021 à 09h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Qu'en est-t-il de la contamination des autres espèces par ce biocide ?

ecovia | 17 mai 2021 à 11h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Qualification OPQIBI : étude de la biodiversité et des écosystèmes OPQIBI