En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Lycée Kyoto en Poitou-Charentes : un établissement exemplaire à ''zéro énergie fossile''

Depuis la rentrée de septembre 2009, l'établissement qui se réclame le 1er lycée 100% énergies propres d'Europe, accueille ses premiers étudiants. Surprise agréable : l'exemplarité en termes d'efficacité énergétique, d'éco-construction et d'intégration paysagère semble tirer les comportements des utilisateurs vers plus d'éco-citoyenneté.

Reportage vidéo  |  Energie  |    |  Baptiste Clarke Actu-Environnement.com

Réactions9 réactions à cet article

 
Zéro énergie fossile? 100% incinération

Pour un lycée qui se veut écolo, l'utilisation de la chaleur de l'incinérateur est complètement contradictoire.
L'incinération utilise des déchets issus de ressources fossiles et donc par transition est une énergie fossile.

Raspoutine | 11 février 2010 à 09h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Zéro énergie fossile? 100% incinération

Oui mais un incinérateur est à 50 % une "chaudière à biomasse" (Energie renouvelable) couplée à une production d'énergie électrique (50 % de bois/papier/carton dans les O.M.) et il vaut mieux souvent (Tant sur le plan écologique que sur le plan économique, voir le rapport Prevot) valoriser aussi les 50 % restants : plastiques... que de les recycler.

midogu | 11 février 2010 à 10h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 
sixième zéro

Le "zéro énergie fossile" est inexact et inutile pour valoriser l'exemplarité d'un tel projet.
Dans le bilan global, l'énergie grise supplémentaire (étude, qualité, transformation et mise en oeuvre des matériaux, la future, même si éloignée dans le temps, déconstruction, etc.) n'est pas exempte d'énergie fossile.
L’exploitation du bâtiment, ne serait-ce que l'énergie thermique issue de la combustion des déchets est issue, à l'origine d'énergie fossile en majeurs partie.
donc ne pas user ou abuser du terme "énergies renouvelables" même si après tout, les énergies fossiles ne sont elles aussi, que de l'énergie solaire en conserve...
tout ceci pour essayer de mettre en garde sur l'impossibilité de conserver notre mode de vie de façon de façon "durable" puisque nos réserves "d'énergie fossile" sont malheureusement et irrémédiablement limités à l'échelle du passage de l'homme sur notre terre.
Je sais, le besoin apparemment légitime et sans limites de confort, l'emploi, la croissance, tout, nous "éjecte" d'un "régime permanent", seul possible à long terme, par opposition au régime "très transitoire" dans lequel l'industrialisation nous a conduit.
On y est, comment peut-on faire ?
Changer le cadre d’enseignement, comme dans ce projet, voilà probablement une des voies pour conduire progressivement vers des comportements plus éco citoyens, plus respectueux de l’environnement et donc plus sobres.
On peutaussi continuer à « débrider l’imaginaire »…

che | 11 février 2010 à 10h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Zéro énergie fossile? 100% incinération

les déchets par définition sont inutiles. Si on supprime les déchets, vos lycéens crèvent de froid. Cherchez l'erreur. Vos arguments de propriétaires de réseaux de chaleur on les connaît par coeur. Vous n'abusez plus personne.
Le président.

Air Vigilance | 11 février 2010 à 22h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Zéro énergie fossile? 100% incinération

Ne soyons pas caricaturaux, que ce soit dans un sens ou dans l'autre. Il restera malheureusement toujours des déchets qu'on ne peut pas recycler. Si leur incinération peut se faire dans le respect de l'environnement, et profiter aux structures adjacentes, c'est plutôt une bonne chose, non ?

Je doute fort que ça contredise notre besoin de réduire nos déchets avant quelques décennies, vu qu'on en produit déjà beaucoup trop. Le jour où la consommation de déchets par les réseaux de chaleur ne couvrira plus leurs besoins, on passera à la biomasse.

Certes, je comprends que vous préféreriez qu'on passe directement à cette étape, mais celle-ci aussi a un impact : on exploite des forêts, qui participent sans doute moins à leurs écosystèmes. Sans oublier que du bois venant de l'autre bout de la France est sans doute plus polluant que les déchets du village d'à côté.

Laissons à cette filière le temps de se développer (accroissement de la taille des forêts, donc de notre capacité à couvrir nos besoins) avant de trop stresser nos écosystèmes. Valorisons les déchets qu'on ne pourrait qu'enfouir (ce qui détruit des terrains, et émet du méthane).

L'idéal serait la valorisation des déchets agricoles locaux, du biogaz, des déchets de STEP, mais je ne connais pas les aspects économiques de ces perspectives.

Umwelt | 13 février 2010 à 20h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Incinération, le moins possible

Récupérer une partie de la chaleur produite l'été pour la stocker comme dans ce lycée ne me semble à priori pas une mauvaise chose, l'essentiel étant de ne pas gaspiller cette source d'énergie.
En revanche il me semble qu'il faudrait être très vigilant pour que cette prise de position ne soit pas détournée pour justifier des incinérateurs plus nombreux, posant encore des problèmes de pollution, de coût, d'approvisionnement délocalisé lorsque ces incinérateurs sont surdimensionnés...
Le bon sens ne serait-il pas de concevoir d'abord des produits générant le moins de déchets ultimes possibles,de recycler plutôt que d'incinérer à coût égal ou même un peu supérieur car il faudrait tenir compte des répercussions sur la santé de l'incinération. Autre vertu du recyclage, impliquer le citoyen avec un tri préalable, lui qui pense trop souvent que c'est aux industriels ou aux politiques de trouver des solutions

VELO54 | 15 février 2010 à 13h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 
sachons apprécier

C'est marrant comme l'esprit critique passe toujours par dessus tout.
Je ne suis pas pour l'incinération et ça me fait souvent mal d'entendre "valorisation" en parlant d'incinérateur.

Mais il y a la un beau bâtiment, qui consomme peu à la base, qui a pris en compte de nombreux paramètres et qui utilise ses déchets pour se chauffer. Qui en plus induit des comportements économes chez ses occupants...
Ca a le mérite d'être applaudi non?

Sachons apprécier ce qui est bien fait, il y a tellement de mauvais bâtiments à traiter, crachons sur ceux là.

GB | 17 février 2010 à 12h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Interessant

Il y a de l'idée!
Utiliser la chaleur de l'usine d'incinération des déchets est interessant.
Cela dit, plus les gens se sentent concernés par l'écologie, plus ils font attention à leur quantité de déchêts. Il y aurait donc logiquement moins d'énergie thermique sortant de l'incinérateur de déchêts
Apparemment, cet établissement utilise de l'huile végétale comme carburant pour combler les lacunes en énergie que leur procurent les panneaux solaires et l'incinérateur de déchêts.
L'utilisation de Biocarburants, très controversée, suscite beaucoup de problèmes, bien qu'elle évite l'utilisation des carburants fossiles (ex : la production d'huile végétale pour les moteur se fait au détriment des hommes qui ont besoin de manger aussi, plus particulièrement dans les pays pauvres où la famine est récurante)
En sachant que l'établissement utilise des biocarburants pour combler ses besoins en énergie, peut-on réellement dire que cette habitude énergétique est plus interessante sur le plan écologique?...sur le plan humain?

La solution serait l'utilisation de plus de panneaux solaires, mais est ce qu'elle est sérieusement envisageable à grande échelle? (Et en pleine métropole?)

Donc, est-ce une concrétisation de la philosophie "0% énergie fossile"? Oui!
Mais est-ce un modèle pour les autres établissements de France?

(L'écologie a tout de suite l'air plus complexe...)

Samy | 01 mars 2010 à 00h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

le peut d argent que le lycée va gagner avec ce procéder elle va le perdre avec toute les entreprise de maintenance exterieur et cela ne va toujour pas cree d emploies dan la region.certe sais jolie peut etre rentable a voir sur du longt terme

mat | 18 janvier 2011 à 10h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Baptiste Clarke

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…