En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les maires, prochains contestataires des normes européennes

En invalidant la norme Euro 6 de la Commission Européenne suite à un recours de Paris, Madrid, et Bruxelles, la Cour de Justice européenne permet aux élus de l'Union de contester les normes européennes.

Reportage vidéo  |  Gouvernance  |    |  Rémi Pin Actu-Environnement.com

Le 13 décembre dernier, la cour de justice européenne invalide un règlement pris par la Commission qui relève les limites d'émissions d'oxydes d'azote des véhicules diesel. Elle donne ainsi raison aux villes de Paris, Madrid, et Bruxelles qui avaient déposé un recours contre la Commission.

Une première dont se félicite la maire de Paris. "Le tribunal européen a remis un équilibre entre le poids des lobbys et les citoyens, explique Anne Hidalgo lors d'une conférence de presse à l'Hôtel de Ville de Paris le 18 décembre. La Commission a outrepassé son pouvoir de décision en donnant ce permis de polluer. C'est une très grande victoire pour l'environnement".

Un "big bang" du droit européen

Ce que certains appellent déjà la "jurisprudence Hidalgo" pourrait constituer un "big bang" du droit européen. Les villes ont maintenant la légitimité de plaider face à la Commission, ce que la Cour de Justice de l'Union ne leur reconnaissait pas jusqu'à présent.

"C'est une véritable révolution, assure Jérémie Assous, avocat de la mairie de Paris. Jusqu'à présent, seuls les États pouvaient contester une norme européenne qui émanait de la Commission. On considère maintenant que les villes, les collectivités locales, toutes les personnes morales qui ont une capacité et un pouvoir réglementaire, sont en droit de saisir le tribunal de l'Union".

Après le retoquage des normes d'émissions d'oxydes d'azote des véhicules, la commission a 2 mois pour déposer un pourvoi sinon elle devra durcir les normes antipollution dans les 12 prochains mois.

Réactions2 réactions à cet article

 

La Commission européenne serai-elle donc comptable de ses actes directement envers les citoyens de l'Union ? Il va être moins facile désormais d'être lobbyiste à Bruxelles. C'est une bonne nouvelle.

Pégase | 20 décembre 2018 à 14h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il est plus que temps de rabattre le caquet de la commission européenne, qui en prend à son aise avec les droits des citoyens.

gaia94 | 29 décembre 2018 à 16h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Rémi Pin

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…