En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Paris précise l'aide aux professionnels pour l'acquisition de véhicules propres

Transport  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com

Christophe Najdovski, adjoint à la Maire de Paris en charge des transports, a dévoilé le 5 mars, le dispositif d'aide aux professionnels visant à leur permettre de remplacer leurs véhicules polluants par des véhicules électriques ou au gaz naturel pour véhicules (GNV). Ce dispositif d'aide, qui sera soumis au vote du Conseil de Paris le 16 mars prochain, vise à accompagner les professionnels dans le cadre du plan de restriction du trafic des véhicules diesel les plus anciens à partir de juillet 2015.

Une aide ouverte aux professionnels de petite couronne

La Mairie de Paris envisage de verser aux professionnels une aide à hauteur de 15% du prix d'achat HT hors option et hors éventuel bonus de l'Etat. L'aide sera plafonnée à 3.000 euros pour un véhicule utilitaire léger (VUL) électrique ou GNV dont le poids total autorisé en charge (PTAC) n'excède pas 2,5 tonnes, à 6.000 € pour un VUL électrique ou GNV dont le (PTAC) est strictement supérieur à 2,5 tonnes et à 9.000 euros pour un poids lourd électrique ou GNV. En combinant cette aide avec le bonus écologique, "les professionnels bénéficieront ainsi d'une aide publique – Ville et Etat – pouvant atteindre près de la moitié du coût total de leur véhicule propre", explique la Ville.

Au total, Paris devrait consacrer 12 millions d'euros sur la mandature au financement de ce dispositif.

Pour bénéficier de cette aide, les professionnels devront remplacer leur véhicule utilitaire thermique classé 1*, 2* ou 3* (c'est-à-dire un véhicule immatriculé avant le 1er janvier 2006) par un véhicule utilitaire électrique ou GNV, neuf ou d'occasion. L'aide s'adresse aux petites entreprises de moins de 10 salariés et chaque entreprise ne peut bénéficier que d'une subvention. L'aide est ouverte aux professionnels parisiens, mais aussi à ceux de la petite couronne (92, 93 et 94) qui viennent travailler à Paris. Les bénéficiaires devront s'engager à conserver leur véhicule subventionné pendant au moins trois ans, à ne pas acheter durant cette période de véhicule thermique de norme inférieure à Euro 5 et à participer à une enquête anonyme sur l'usage du véhicule et l'évolution de sa mobilité.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager