En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Bientôt une maison d'exception Très Haute Performance Energétique à Paris

Dans un peu plus d'un an se dressera dans le 14e arrondissement de Paris, une maison d'exception équipée de capteurs solaires thermiques et photovoltaïques, d'une structure bois, de géothermie et qui consommera moins de 50 kwh/m2/an.

Energie  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
   
Bientôt une maison d'exception Très Haute Performance Energétique à Paris
Façade vitrée avec serre tropicale
© ART’UR Architectes
   
En septembre prochain, à Paris dans le 14e arrondissement, commencera un chantier de construction tout particulier : une maison répondant aux exigences du label « basse consommation » et conçue dans le cadre de la démarche Haute Qualité Environnementale (HQE). Baptisé Maison 14, ce bâtiment est le fruit d'une réflexion commencée en 2005 entre Laurent Natkin, concepteur et maître d'œuvre et le cabinet d'architecture ART'UR Architectes. L'objectif, concevoir un bâtiment réconciliant l'urbain et le végétal et répondant aux enjeux énergétiques actuels tout en assurant un niveau de confort élevé : une première à Paris selon le cabinet d'architectes.

Prévue entre deux immeubles mitoyens, sur cinq niveaux pour une superficie habitable de plus de 550 m2, cette maison se veut très peu consommatrice d'énergie. Ses concepteurs prévoient une consommation d'énergie primaire de 46 kWh/m2/an, elle pourra donc prétendre au label Très Haute Performance Energétique puisqu'elle consommera 20% de moins que ce que la réglementation thermique 2005 exige. Pour atteindre ces consommations, les concepteurs misent sur une enveloppe étanche et bien isolée, constituée entièrement de bois (planchers, poutres), de triple vitrage autonettoyant sur la totalité des deux façades de la maison, d'une zone tampon vitrée sur la façade Nord et de laine de bois pour l'isolation. Seuls les fondations et le sous-sol seront en béton.

   
Arrière de la maison © ART’UR Architectes
 
   
Les besoins en chaleur seront assurés par de la géothermie grâce à l'implantation de capteurs verticales à 100 mètres de profondeur et équipés d'une pompe à chaleur eau/eau. Un système d'extraction d'air double flux permettra de limiter les pertes de chaleur. 10 m2 de capteurs solaires thermiques sous vide installés sur le toit terrasse permettront d'alimenter en eau chaude sanitaire les robinets, les douches et la piscine installée en sous-sol. Le système géothermique sera sollicité pour faire l'appoint.
En été, le rafraîchissement sera assuré par la géothermie à travers les planchers. La présence d'une serre tropicale et d'un bassin d'eau dans la zone tampon de la façade Nord servira de « réserve de fraîcheur ». Un courant ascendant sera assuré par la gestion intelligente des ouvertures placées à la base et en partie haute de la serre. Le système de ventilation de la maison puisera de l'air frais dans cette zone tampon.
17 m2 de capteurs photovoltaïques installés sur le toit de la serre assureront la production d'électricité qui ne sera pas autoconsommée mais revendue sur le réseau. L'éclairage de la maison se fera uniquement par LED.

Question gestion de l'eau, une cuve de récupération d'eau de pluie de 1.000 litres alimentera le bassin de la serre, les toilettes de la maison et servira à l'arrosage du jardin. Pour l'eau potable, un système de traitement anti-légionellose est prévu. Les concepteurs comptent également beaucoup sur la serre de la façade pour assurer le confort acoustique, hygrométrique, visuel et olfactif de la maison.

D'un budget total de 2 millions d'euros, hors foncier, ce projet d'exception sera entièrement financé par le propriétaire Laurent Natkin. Les travaux devraient débuter en septembre prochain et durer un an. Ensuite, pendant trois ans, la maison servira de maison d'exposition pour les industriels qui veulent tester et présenter leurs nouvelles technologies de vitrage, d'éclairage et de production d'énergie. Elle pourrait donc être ouverte au public.

Réactions12 réactions à cet article

 
Ouais, bof !

Super, mais franchement :

1- Qui validera les résultats de cette construction pour vérifier après coup ce qui est annoncé ?
2- Cette "maison" sera-t-elle occupée ?
3- Les matériaux sont-ils certifiés et produits localement ?
4- Pourquoi produire du PV si ce n'est pour consommer des électrons venus du nucléaire ou ceux du pétrole ?

J'espère que l'on a procédé à une analyse du cycle de vie de cette maison en plus des labels recherchés. Quand on arrive à de tels niveaux de coûts, on ferait bien de ne pas faire n'importe quoi !

Briquette | 02 juin 2008 à 22h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 
A voir + question sur PAC

Je suis curieux de voir cet édifice. L'idée est intéressante, ce qui est dommage, c'est que ça reste encore cher et trop peu connu pour les particuliers. Ca vient doucement...
Une question que je me pose : pomper la chaleur dans le sol, est-ce si écolo que ça ? Ca ne va pas encore dérégler quelque chose ? Les bio-carburants, tout le monde disait au début que c'était super, mais c'est bête, on avait oublié qu'on allait "gaspiller" des terres arables en pagaille... On revient dessus maintenant, et faut tout annuler (enfin presque) !
Alors pour les PAC, pourquoi ne pas privilégier la récupération de chaleur dans l'air, vu que l'homme est la cause du réchauffement de l'air ? On corrigerait un peu nos erreurs, non ? Au lieu de se rendre compte dans quelques années que la flore et la faune du sol se dégrade à cause d'une baisse de température, ou les fondations qui se déforment, ou je ne sais quoi d'autre pas prévu...
Pas simple d'être écolo... !

vinsse2001 | 03 juin 2008 à 10h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Attention aux informations

"Ses concepteurs prévoient une consommation d'énergie primaire de 46 kWh/m2/an, elle pourra donc prétendre au label Très Haute Performance Energétique puisqu'elle consommera 20% de moins que ce que la réglementation thermique 2005 exige."

Attention à la confusion : à moins de 50 kWh/m².an on obtient le label basse consommation, et on dépasse largement le THPE! Alors BBC ou THPE?

Un bureau d'études HQE a-t-il travaillé sur l'opération? Ce n'est pas précisé dans l'article... Ils auraient pu apporter des informations plus précises

Aurelie | 04 juin 2008 à 13h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Exception à la française

Présentation tendancieuse et purement commerciale :
"Maison d'exception " : Exceptionnelle au sens de "rare en France", je veux bien. Sinon, réaliser une maison à 50 kWh/m2.an n'a rien d'exceptionnel lorsque les constructeurs étrangers proposent depuis 10 ans des maisons passives sur catalogue. On a vraiment l'air de découvrir la lune !

"Très Haute Performance Energétique" : il serait bon là aussi de préciser pour ceux qui ne le savent pas (la majorité) qu'il s'agit d'un label franco-français et non de la performance thermique réelle de la maison. Si à 50 kWh on emploie déjà ce qualificatif, comment appellera-t-on une maison à 35, puis à 25 kWh/m2.an ? Ne parlons même pas de la maison passive.

Notre auto-satisfaction de médiocres fait beaucoup rigoler nos voisins ! L'exception culturelle française, sans doute ?

suzzarini jf | 05 juin 2008 à 09h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:A voir + question sur PAC

Avant de réchauffer la terre avec de la vraie géothermie, il faudrait vraiment beaucoup de réinjection... Mais c'est un élément dont les géologues tiennent compte évidemment lors de leurs études.
Dans le cas des PAC sur circuit enterré à faible profondeur (nappe horizontale à 1m par exemple), il y a un phénomène réel de réchauffement, qui risque d'avoir des conséquences sur la flore locale (pas sur le climat). En gros, l'herbe repartirait plus vite au printemps mais grillerait plus fort en été...

La vraie question sur le système évoqué dans cet article, c'est comment fait-il pour forer à 100 m dans Paris intra-muros ?????

Alex | 05 juin 2008 à 09h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Exception à la française

c'est vraiment une exception ! maison mitoyenne de deux cotés: si l'occupant est malin, il maintient 19° et ...il est chauffé par les voisins et le soleil. Bravo mais on peut faire encore mieux en solution passive !
Bien sûr, à condition d'avoir le PERMIS DE CONSTRUIRE car si vous ne le savez pas l'aspect de votre maison dépend du bon vouloir des architectes des Bâtiments de France et de votre maire ,,

troval | 05 juin 2008 à 10h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:A voir + question sur PAC

Je ne sais pas si l'impact est important ou non, mais ça me paraissait plus logique de prendre les calories dans l'air plutôt que dans le sol, et donc refroidir un peu l'air plutôt que le sol (dans le cas où on chauffe l'habitation).

Et en effet, pour creuser à 100m de profondeur dans Paris sans tomber sur une canalisation, un métro ou autre, faut bien viser !

vinsse2001 | 05 juin 2008 à 10h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Attention aux mises en oeuvre dites HQE ( R )

La plupart des bâtiments ayant reçu un label HQE ( R ) sont limites en terme d'efficacité énergétique et niveaux de consommations d'énergie.

Il suffit de découvrir les nombreux lycées construits en 2007 et se référant de HQE ( R ).

Donc prudence dans les affirmations!

be | 05 juin 2008 à 10h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 
du tape à l'oeil d'exception

d'abord n'appelons pas "géothermie" ce qui n'est qu'un captage avec échangeur consommateur d'électricité. On est encore loin de l'idéal "maison passive" et encore plus loin de la maison pour "tout le monde". ce la ressemble plus à un coup de pub frimeur qu'à une réelle avancée bien loin d'être exemplaire.
On attend mieux.

domisyl | 09 juin 2008 à 16h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 
46 x 550 = 25.000 kWh/an

Avec cet arsenal d'équipementd, le résultat de 46 kWh/m2 n'est pas très impressionant.
Par ailleurs, C'est bien de réduire les consommations unitaires par m2, mais si cela aboutit à des constructions démesurées, où est l'intérêt d'un point de vue global. On voit trop de projets surdimensionnés (150 à 200 m2 en habitat individuel pour parfois 2 personnes), halte à la démesure ! Et retournons aux centres-ville, avec des habitats groupés ou collectifs, de surfaces raisonnables.

Jul16 | 13 juin 2008 à 12h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Récupération d'eau

Une cuve de récupération d'eau de 1000 litres ? ou 10 000 litres
Dans le premier cas, cela ne sert strictement à rien ! J'espère qu'il s'agit d'une coquille et que l'on parle bien de 10 000 litres

mathias | 17 juin 2008 à 18h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Belle initiative !

Félicitation!

Un bel ouvrage qui mêle architecture et écologie ! Bravo, tout simplement.

Frédéric REMAUD | 05 août 2009 à 14h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager