En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'association HQE lance cinq nouveaux chantiers pour faire évoluer son approche

À l'occasion de ses Assises qui se sont tenues cette semaine, l'association HQE a dévoilé les 5 nouveaux chantiers qui doivent lui permettre de faire évoluer sa démarche. Au programme : indicateurs, élargissement aux territoires et à l'international.

Gouvernance  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
À l'heure où le bâtiment basse consommation est sur le point de devenir la norme française de construction suite au Grenelle de l'environnement, l'association HQE semble bien décidée à renouveler sa démarche du même nom. A l'occasion de ses 6e Assises qui se sont tenues à Lille du 16 au 18 mars 2009, l'association a présenté les cinq axes de travail qu'elle compte mettre en œuvre au cours des prochaines années.

Ainsi, après avoir récemment intégré les labels énergétiques de types THPE et BBC dans ses exigences, l'association ajoute un troisième pilier à sa démarche. À l'origine le concept HQE comprend deux volets : un système de management environnemental de toute l'opération de construction où le maître d'ouvrage fixe ses objectifs et 14 axes de travail qui permettent de structurer la réponse technique aux objectifs du maître d'ouvrage. Ces axes ou « cibles » doivent permettre de maîtriser les impacts sur l'environnement extérieur et créer un environnement intérieur satisfaisant.
Prochainement, la démarche intègrera un troisième volet : des indicateurs environnementaux globaux. Ces indicateurs devraient permettre d'évaluer les performances environnementales globales des ouvrages au regard des grands enjeux environnementaux (consommation de ressources, effet de serre,…), explique l'association.

L'association HQE veut également aller plus loin pour les opérations dans le parc existant et ajoute un nouveau principe directeur à sa démarche : le concept de « mise aux normes » est inadéquat et doit être remplacé par celui « d'amélioration significative », acte-t-elle dans son manifeste.

Par ailleurs, l'association cherche à élargir son action à l'échelle des territoires et entend proposer ses services aux décideurs. Avec l'appui des Ministères en charge de la Culture et de l'Environnement et de l'ADEME, l'Association a lancé en novembre 2006 l'Expérimentation HQE-Aménagement afin de tester sur 10 opérations pilotes une méthodologie et de constituer un nouveau cadre de référence dédié aux acteurs de l'aménagement. Prévue pour 3 ans, l'expérimentation se terminera fin 2009.

La formation et la mutualisation des connaissances seront également au cœur des actions de l'association qui prévoit d'accentuer son action en la matière en explorant de nouveaux moyens adaptés à l'accélération de l'évolution des pratiques.

Enfin, convaincue que les principes et les outils de la démarche HQE sont utilisables sous toutes les latitudes, l'Association HQE entend renforcer son rôle à l'international.

Avec ces nouveaux engagements, l'association espère rester en avance : maintenant, nous nous obligeons à fixer de nouvelles perspectives, pour rester précurseurs et avoir en 2030 un bâtiment plus ambitieux qu'en 2012, expliquait récemment Anne-Sophie Perrissin-Fabert, directrice de l'association dans une interview accordée à Actu-environnement.

Réactions1 réaction à cet article

 
Eaux pluviales...!

Consommation de la ressource...j'entends la dedans eaux pluviales...?
Quelqu'un sait il où on en est pour un label HQE sur ce volet?

A bientôt.

Anonyme | 26 mars 2009 à 09h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager