En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Marché de l'effacement : le réquisitoire de l'Autorité de la concurrence

C'est un véritable réquisitoire qu'a prononcé l'Autorité de la concurrence à l'encontre du projet de décret relatif à l'effacement de la consommation d'électricité. Explications.

Energie  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com

Saisie par le Gouvernement sur le projet de décret relatif à l'effacement de la consommation d'électricité, l'Autorité de la concurrence a rendu public lundi 13 janvier 2014 l'avis adopté sur ce texte le 20 décembre dernier. Et il n'est pas tendre.

Afin de favoriser le développement de l'activité d'effacement dans le secteur de la consommation électrique des particuliers, le projet prévoit la mise en place d'une prime qui serait versée aux opérateurs d'effacement en fonction des volumes d'effacement réalisés. La prime vise à encourager le développement de l'effacement compte tenu de ses bénéfices attendus par les acteurs du marché en termes de maîtrise de la demande d'énergie et de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES).

Cette prime serait financée par la contribution au service public de l'électricité (CSPE), qui permet déjà de financer les énergies renouvelables et les tarifs sociaux de l'électricité. La CSPE, rappelle l'Autorité, est payée par l'ensemble des consommateurs d'électricité en fonction des volumes consommés.

Alourdissement injustifié de la facture d'électricité

Dans son avis, le gendarme de la concurrence pointe "les modalités retenues pour la mise en place d'un subventionnement public de l'activité des opérateurs d'effacement qui viendrait alourdir, au-delà de ce qui est nécessaire, la facture de l'ensemble des consommateurs français d'électricité".

Or, l'efficacité de la prime versée aux opérateurs d'effacement n'est pas démontrée pour atteindre les objectifs environnementaux fixés par les pouvoirs publics, juge l'Autorité. "Des doutes importants subsistent quant aux liens de causalité entre effacement et économies d'énergie, l'effacement créant avant tout des reports de consommation", précise-t-elle, tout en pointant la crainte d'une dérive des coûts.

L'avis recommande par conséquent au Gouvernement d'encadrer beaucoup plus strictement la mise en place de la prime envisagée, ainsi que de notifier le dispositif à la Commission européenne afin qu'il soit examiné au titre du contrôle des aides d'Etat.

EDF dans le collimateur

L'avis recommande par ailleurs un meilleur encadrement de l'activité sur le marché de l'effacement afin qu'une concurrence effective puisse émerger. Dans le collimateur ? EDF qui "bénéficie d'avantages importants grâce à sa position d'ancien monopole historique". C'est la raison pour laquelle l'Autorité propose la mise à disposition de l'ensemble des opérateurs d'effacement d'une partie des données que détient l'opérateur historique sur ses clients, données qui permettent d'identifier les gisements d'effacement.

Mais les auteurs de l'avis ne s'arrêtent pas là puisqu'ils émettent également des doutes sur la conformité au droit européen des tarifs réglementés EJP et Tempo proposés par EDF incluant à la fois une offre de fourniture d'électricité et une offre d'effacement. "Il apparaît à tout le moins indispensable que ces tarifs réglementés couvrent les coûts supportés par EDF", indique l'Autorité.

L'Autorité recommande également que les fonctions de gestionnaire de réseaux soient déclarées incompatibles avec celles d'opérateur d'effacement, ce qui n'est pas prévu dans le projet de décret actuel. A défaut, ces sociétés se trouveraient dans une situation privilégiée par rapport à leurs concurrents "du fait notamment des pouvoirs de contrôle qui leur sont confiés et des informations sensibles auxquelles ils ont accès au titre de leur mission de gestionnaire de réseaux".

Les modalités de contrôle également critiquées

Pour terminer, l'avis critique les dispositions du projet de texte portant sur le contrôle du marché de l'effacement. Ce dernier confie à titre principal à RTE les missions d'agrément préalable des opérateurs d'effacement et de certification des volumes d'effacement réalisés. Mais il prévoit aussi que ces missions puissent être déléguées aux gestionnaires de réseaux de distribution, ce que dénonce l'Autorité.

"La plupart des gestionnaires de réseaux de distribution ne présentent pas des garanties d'indépendance suffisantes par rapport aux fournisseurs d'électricité, qui sont de potentiels opérateurs d'effacement", explique-t-elle.

En tout état de cause, le Gouvernement va devoir revoir sa copie, qui n'en est pourtant pas à sa première version.

Réactions4 réactions à cet article

 

Cette histoire d'effacement des pointes de consommation est une véritable usine à gaz. Actuellement la seule chose qui soit sûre c'est qu'elle enrichira de nouvelles sociétés aux dépens des consommateurs, DE TOUS les consommateurs...
Elle évitera aux producteurs et aux opérateurs de réseaux des investissements. Ainsi ils gagneront sur les 2 tableaux.

ami9327 | 14 janvier 2014 à 15h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La preponderance du profit fait que l'on ne regarde que l'économie. Le but essentiel de l'effacement est de diminuer l'amplitude des pointes de consommation pour eviter la mise en route de centrale a combustible fossiles ou l'importation d'électricité provenant aussi de combustible fossiles
C'est cet aspect essentiel reduction des gaz a effet de serre qui aurait du guider les critiques

fleurent | 15 janvier 2014 à 11h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

il ne serai pas plus simple de mieux répartir les heures creuses et heures pleines avec plus d'amplitude de cout éventuellement. Ensuite les consommateurs régulerons eux même...

moris | 15 janvier 2014 à 11h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Oui, faire payer beaucoup plus cher l'électricité aux heures de très hautes pointes.... ou tout simplement brider la puissance distribuée au compteur

Bioclim | 16 janvier 2014 à 11h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…