Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Charbon : la forte demande de la Chine redessine le marché mondial

Les besoins croissants en énergie des pays émergents tireront dans les années à venir la demande mondiale en charbon. Une trop forte demande chinoise pourrait entraîner une hausse du prix de cette ressource et donc du prix de l'électricité.

Energie  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com
   
Charbon : la forte demande de la Chine redessine le marché mondial
   

La demande mondiale de charbon va continuer à croître fortement au cours des cinq prochaines années, indique l'Agence internationale de l'énergie (AIE) dans son rapport annuel, publié le 13 décembre. Le charbon représente aujourd'hui la plus importante source de production d'électricité au niveau mondial. Si en 2009, la récession économique a entraîné une stagnation de la demande après une forte augmentation dans les années 2000, la tendance est à nouveau à la hausse, portée par les économies émergentes. La demande devrait augmenter de 18 % d'ici 2016, selon les estimations de l'AIE, passant de 5.225 millions de tonnes équivalent carbone (Mtce) en 2010 à 6.184 Mtce en 2016.

La forte demande risque d'impacter le prix de l'électricité

D'ici 2016, la Chine, avec une consommation en hausse de 24 %, devrait tirer la demande, tout comme l'Inde (+40,5 %). En revanche, dans les pays de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économique), la consommation devrait augmenter très faiblement au cours des cinq prochaines années (+0,9 %). La demande américaine devrait même diminuer de 1,5 %. Après avoir été les plus gros consommateurs de charbon pendant près d'un siècle, les Etats-Unis se tournent peu à peu vers d'autres sources d'énergie, comme le gaz naturel ou le gaz de schiste.

La croissance rapide de l'utilisation du charbon dans les économies émergentes risque d'impacter le commerce international de cette ressource. "Alors que le charbon a traditionnellement été considéré comme une ressource d'énergie bon marché et sûre, les choses pourraient changer dans les années à venir", note l'AIE. La forte augmentation de la demande en 2007/2008 a en effet entraîné une hausse sans précédent du prix du charbon, une tendance qui devrait repartir d'ici 2016. Six pays représentent plus de 80 % des exportations mondiales de charbon, et la forte demande pourrait créer des goulets d'étranglement provisoires sur le marché, ou chroniques si les investissements mondiaux dans les capacités de production ne suivent pas. "L'appétit énorme de la Chine pour le charbon pourrait avoir un effet démesuré sur les prix du charbon - et donc les prix de l'électricité - à travers le monde au cours des cinq prochaines années", analyse l'AIE.

La Chine mène la danse

Aujourd'hui, la Chine représente environ la moitié de la consommation mondiale de charbon. A titre de comparaison, la production mondiale de charbon chinoise représente quatre fois la production de pétrole de l'Arabie Saoudite. La consommation chinoise de charbon représente le double de la consommation américaine de pétrole. "Par conséquent, tout déséquilibre entre la production et la demande chinoise peut avoir un véritable impact sur ​​le commerce mondial du charbon". Malgré une forte hausse de la production de charbon en Chine au cours de la dernière décennie, le pays a augmenté ses importations en 2005 : la production nationale était incapable de suivre la demande.

Dans les années à venir, la Chine sera confrontée à plusieurs défis pour satisfaire son appétit : ouvrir de nouvelles mines, augmenter la production dans les houillères existantes, améliorer les infrastructures de transport pour relier les sites de production aux sites de consommation, améliorer la productivité et l'efficacité afin de "maintenir le charbon à un prix abordable pour le consommateur" et réduire l'impact environnemental de cette consommation.

L'AIE a étudié deux scénarios : un scénario de production chinoise haute (HPC) et un scénario de production chinoise faible (LPS). Car la Chine investit également massivement dans les énergies renouvelables et dans le nucléaire, et "une simple différence de production de charbon de 5 % entre les scénarios pourraient conduire à deux résultats très différents pour le commerce du charbon mondial". Dans le scénario haut (HPC), l'Inde devient le plus grand importateur de charbon en 2016, les coûts sont partiellement stabilisés. Dans le scénario bas (LPS), le prix du charbon vapeur pourrait être plus élevé de 10 dollars la tonne que dans le scénario haut et le prix du charbon métallurgique de 15 dollars la tonne.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Votre conseil en droit des problématiques Énergies-Climat Huglo Lepage Avocats