En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Régulation et gestion technique du bâtiment : le marché a progressé de 1,8 % en 2019

Bâtiment  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Selon le Syndicat des automatismes du génie climatique et de la régulation (ACR), le marché français de la régulation et de la gestion technique des bâtiments (GTB) a progressé de 1,8 % en 2019, par rapport à 2018. Il atteint 340,4 millions d'euros de chiffre d'affaires (CA). Ce marché est en légère amélioration par rapport au 1,6 % de hausse du CA en 2018, par rapport à 2017.

La régulation des équipements de génie climatique (chauffage, ventilation, climatisation) reste le premier segment de ce marché, avec un CA de 198,3 millions d'euros en 2019, mais avec « des taux de croissance quasi nuls », de 0,2 %. En présentant le 10 avril ses derniers chiffres, l'ACR, qui regroupe 80 % des industriels du secteur, a expliqué que « ce chiffre traduit essentiellement la baisse des prix dans un secteur hyper concurrentiel en forte croissance ». S'agissant du marché de l'individualisation des frais de chauffage (IFC), il « reste très largement en deçà des attentes du secteur », pointe en revanche l'ACR. Un nouveau décret « IFC », du 22 mai 2019, et son arrêté, du 6 septembre 2019, ont assoupli l'obligation d'installation des compteurs individuels ou des répartiteurs de frais de chauffage dans les immeubles collectifs. Ces textes entreront en vigueur le 25 octobre 2020. « Malgré les évolutions réglementaires, la grande majorité des bâtiments n'est pas équipée de systèmes d'IFC permettant à la fois de déterminer et de réguler la quantité de chaleur (ou de froid) consommée, et donc d'apporter les économies d'énergies attendues », observe l'ACR.

Décret « Tertiaire », décret « BACS » : le rôle-clé de la GTB

À l'inverse, la GTB (régulateurs communicants, gestion de l'énergie, solutions multi-services…) continue de tirer le marché, avec une croissance de 5 % en 2019. Soit 79,2 millions d'euros de CA enregistrés pour ce segment. Deux nouveaux dispositifs réglementaires français vont venir encore dynamiser la GTB. « La transposition de la Directive européenne en France sur la performance énergétique des bâtiments, qui oblige l'installation de systèmes d'automatisation et de contrôle des bâtiments d'ici 2025 (décret « BACS ») ainsi que le décret Tertiaire, qui oblige les propriétaires de bâtiments à réaliser des économies d'énergies (de 40 %) d'ici 2030, représentent de très forts enjeux pour le marché de la GTB », a souligné Florent Trochu, délégué général d'ACR. D'ici 2025, les BACS doivent être installés dans tous les bâtiments neufs et existants pour les installations dont la puissance (chaud / froid cumulé) est supérieure à 290 kilowatts (kW). Le décret BACS est actuellement en cours de publication.

« Globalement, la croissance du marché de la GTB se confirme et devrait se poursuivre grâce aux efforts de standardisation portés par les industriels au niveau mondial », indique le syndicat. Pour cette année 2020, l'ACR espère « une progression » du marché grâce, notamment, à l'application des deux décrets. Mais le syndicat s'inquiète de la mise en œuvre effective de ces textes à cause de l'épidémie actuelle de Covid-19 et l'arrêt des chantiers. Le secteur connaîtrait aujourd'hui une « baisse de 20 % des activités GTB » liée au coronavirus, a indiqué M. Trochu.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager