En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Un marché solaire européen en retrait en 2014

Le marché solaire européen a chuté passant de 22 GW en 2011 à environ 7 GW en 2014, selon un rapport provisoire de l'Agence internationale de l'énergie. Le Royaume-Uni figure désormais à la première place.

Infographie  |  Energie  |    |  Dorothée LapercheActu-Environnement.com
Environnement & Technique N°347 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°347
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

Si le marché solaire mondial a légèrement augmenté en 2014 (7,5%), en Europe en revanche il a chuté passant de 22 GW en 2011 à environ 7 GW en 2014, selon un rapport provisoire de l'Agence internationale de l'énergie (AIE). La totalité des données sera publiée dans une version définitive au troisième trimestre de 2015.

En Europe, le Royaume-Uni fait figure d'exception en terme de progression : il s'est hissé à la première place avec 2,27 GW en 2014. "C'est formidable de voir un marché du solaire en plein essor au Royaume-Uni, cela montre la souplesse de l'énergie solaire, dont le succès prend place dans un pays réputé pour son climat tempéré", a souligné James Watson, PDG de l'association de l'industrie photovoltaïque européenne (EPIA), lors du dixième atelier annuel de cette dernière. A la seconde place figure l'Allemagne (1,9GW) qui a connu une nouvelle baisse du marché malgré des incitations très compétitives. La France se positionne quant à elle à la troisième place avec 0,9 GW. Comme tous les marchés où les tarifs de rachat ont été progressivement supprimés, le marché italien est descendu à un niveau assez faible (400 MW). Certains marchés européens de moyenne taille ont continué à progresser, comme celui des Pays-Bas ou la Suisse, tandis que d'autres tel que ceux de l'Autriche, du Danemark ou de la Roumanie ont connu une baisse mesurée. En revanche, d'anciens marchés comme ceux de l'Espagne, la République tchèque, la Belgique, la Grèce ou la Bulgarie ont eux subi un arrêt complet, avec au mieux quelques MW installés.

"Les entreprises solaires européennes sont prêtes à beaucoup plus, mais nous avons besoin d'un cadre réglementaire stable, a déclaré Oliver Schäfer, président d'EPIA. Le solaire est désormais une source prévisible d'énergie - et les décideurs politiques européens doivent le comprendre et concevoir un système énergétique basé sur l'énergie solaire".

Les gagnants du marché du solaire, au niveau mondial, restent la Chine, le Japon et les Etats-Unis. Le marché des panneaux photovoltaïques chinois s'est toutefois stabilisé (10 GW) tandis que celui des japonais connaissait une croissance rapide (9,7GW).

En Amérique du Nord, le marché US a continué de croître (6,2 GW) comme celui du Canada et dans une moindre mesure, celui du Mexique (64 MW).

Une capacité mondiale installée de 177 GW

La capacité totale installée fin 2014 au niveau mondial s'élevait à plus de 177 GW. Les 23 pays de l'AIE représentaient 155 GW. Des pays non engagés dans le programme système photovoltaïque de l'Agence internationale de l'énergie pesaient pour 22 GW supplémentaires, principalement en Europe (le Royaume-Uni avec 5, 1 GW, la République tchèque avec 2,1 GW, la Grèce avec 2,6 GW, la Roumanie avec 1,2 GW, la Bulgarie avec 1 GW, et avec moins d'1 GW, la Slovaquie et l'Ukraine).

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…