En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Marché du stockage de l'énergie : les entreprises françaises doivent développer leurs atouts

Le potentiel de croissance du marché du stockage de l'énergie reste faible en France, selon Xerfi. Les acteurs pourraient miser toutefois sur l'international et sur des technologies comme le volant d'inertie de grande capacité ou l'hydrogène.

Energie  |    |  Dorothée LapercheActu-Environnement.com

Si au niveau mondial le marché du stockage de l'énergie accélère son développement, en revanche en France le potentiel de croissance reste faible à l'horizon 2020, et même probablement au-delà, selon le cabinet d'études Xerfi.

"Il apparaît que le système électrique français a une bonne résilience et ne nécessitera pas de capacités supplémentaires de stockage massif de l'énergie à l'horizon 2030, explique-t-il. En conséquence, aucune aide au stockage ne sera mise en place en France métropolitaine, ce qui rend très hypothétique l'opportunité à court terme d'y construire des centrales photovoltaïques avec stockage et limite à l'état d'expérimentation les projets de stockage sur le réseau". Cette analyse est également partagée par le panorama 2016 des cleantech de GreenUnivers. Ce dernier montrait notamment qu'en France, mise à part l'alimentation des sites isolés, les technologies de stockage d'énergie restaient encore au stade expérimental.

L'autoconsommation avec batterie peu développée

De la même manière, concernant l'autoconsommation d'énergie renouvelable, même si l'ordonnance publiée en juillet dernier vise à lever les freins au développement, les systèmes avec batterie ne devraient pas décoller, selon Xerfi.

Les obstacles, selon le groupe ? Le bas niveau des prix de l'électricité qui freine leur adoption mais également le fait que la parité réseau ne sera pas atteinte avant plusieurs années. "D'autre part, les particuliers bénéficient de tarifs d'achat préférentiels qui rendent plus rentable la vente d'électricité verte au réseau que l'autoconsommation, constate Xerfi. Dans ce contexte, le potentiel de marché se réduit essentiellement aux sites isolés (marché déjà mature), à la construction d'éco-quartiers et aux early adopters [premiers clients à adopter un produit ou une technologie], attirés par l'aspect sociétal et environnemental de l'autoconsommation".

Dans une étude présentée en avril 2015, l'Ademe assurait qu'il serait possible de produire la totalité de l'électricité du pays à base de renouvelables à l'horizon 2050. Même s'il ne conduira pas à l'essor du marché mondial, ce développement aura néanmoins des effets sur le territoire français métropolitain. Ainsi, Xerfi estime qu'il existera un potentiel de 600 MW pour des systèmes de stockage réactifs destinés à l'équilibrage des réseaux d'ici 2030. Le cabinet considère qu'il pourra être couvert à la fois par des systèmes de batteries et de volants d'inertie.

En France métropolitaine, selon une étude de l'Association Technique Energie Environnement (Atee), seules les stations de transfert d'énergie par pompage seraient rentables à l'horizon 2030, pour un gisement potentiel évalué entre 1 et 1,5 GW.

Des entreprises françaises toutefois prêtes

Si le marché intérieur ne s'avère pas dynamique, les entreprises nationales sont prêtes et tournées vers l'international, selon Xerfi. Ainsi, EDF EN prévoit par exemple d'installer 100 MW de stockage aux Etats-Unis en 2016. Elle a également remporté un contrat de 15 M€ pour la mise en place d'un système de stockage par batterie d'une puissance de 49 MW au Royaume-Uni, et a signé un accord de partenariat avec BYD, le leader chinois de la fabrication de batteries lithium-ion.

"Bien que les entreprises françaises soient bien placées sur le marché mondial du stockage de l'énergie, les retombées en termes de développement industriel sur le territoire sont, et resteront, assez faibles, projette Xerfi. Les géants asiatiques maîtrisant la fabrication de batteries lithium-ion concentrent leurs investissements en Chine. Et pour se rapprocher des donneurs d'ordres européens, ils misent sur les pays d'Europe de l'Est".

De plus, selon le cabinet, le projet d'usine européenne de batteries évoqué par les ministres français et allemand de l'Economie ne devrait pas voir le jour en France du fait de conflits d'intérêts entre les deux pays et de la concurrence des géants asiatiques.

Les atouts français

En revanche, la France peut s'orienter sur d'autres technologies pour lesquelles elle dispose de plus d'atouts comme les volants d'inertie de grande capacité, selon Xerfi. La start-up Levisys a, par exemple, inauguré en septembre 2016 une usine d'une capacité de 100 unités par an.

Autre filière pour laquelle la France peut se positionner : l'hydrogène. "Le pays accueille en effet plusieurs leaders de la conversion de l'électricité en hydrogène et des piles à combustible, note le cabinet d'étude. C'est le cas bien sûr du géant mondial Air Liquide, mais aussi de nombreuses start-up comme McPhy Energy, Symbio Fcell. Illustrant l'attractivité du territoire, l'Italien Electro Power Systems a déménagé son siège en France en 2015". Pour Xerfi, différents contrats remportés par McPhy Energy ou les commandes passées à Areva H2Gen sont les signes de la montée en puissance de la filière.

Il entrevoit également une opportunité pour les entreprises françaises dans l'émergence de solutions de stockage de l'énergie associant batteries et piles à combustible pour les immeubles, les bâtiments tertiaires et/ou les sites isolés.

Réactions1 réaction à cet article

 

Tout ceci reste bien hypothétique ,voire renvoyé aux calendes grecques .
Les promoteurs éoliens, politiques ou industriels , voient s'éloigner un de leurs arguments de vente .

sirius | 27 octobre 2016 à 11h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…