Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Un marché de la forêt toujours aussi dynamique malgré la crise

La Société forestière a présenté les derniers chiffres du marché des forêts. Malgré la crise, le secteur se porte bien et les forêts font office de placement alternatif. Mais rien n'est moins sûr en 2009 avec la déprime du secteur de la construction.

Gouvernance  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
   
Un marché de la forêt toujours aussi dynamique malgré la crise
   
Selon la dernière étude réalisée par la Société Forestière de la Caisse des Dépôts en collaboration avec Terres d'Europe-Scafr et la Fédération Nationale des Safer, le marché de la forêt est resté dynamique en 2008. Les prix ont continué à grimper avec une hausse de 7,1 % en 2008 soit une progression de 76,3 % en dix ans. Le volume d'échange est lui aussi au plus haut : au total 14.000 transactions ont porté sur une surface de 118.000 ha pour un marché d'1,1 milliard d'euros, soit au même niveau qu'en 2007.

Alors que la valeur globale des biens bâtis a diminué, le prix des forêts non bâties a augmenté du fait des hausses du prix de la terre et du bois (+55% en deux ans). La crise, qui s'est brutalement révélée au dernier trimestre de 2008 ne semble pas infléchir ces tendances mais l'évolution du prix du bois, dans un contexte de déprime du secteur de la construction, constitue un facteur d'incertitude sur le marché des forêts en 2009.

La Société Forestière remarque par ailleurs que les personnes morales privées sont toujours plus nombreuses parmi les acheteurs. Leurs achats représentent plus du tiers des surfaces échangées et ont égalé ceux des personnes physiques non agricoles pour la première fois. Les agriculteurs renforcent également leur présence : ils représentent 12 % du marché contre 9 % l'année dernière. Mais les personnes physiques non agricoles restent les premiers vendeurs avec 85 % des transactions de biens forestiers et 62 % des surfaces.

 
Comme les terres agricoles, les forêts constituent pour un certain nombre d'investisseurs, une valeur refuge  
 
Comme les terres agricoles, les forêts constituent pour un certain nombre d'investisseurs, une valeur refuge, remarque la société forestière qui mise sur cette caractéristique pour permettre au marché des forêts de maintenir les volumes de transactions et les prix ou au moins d'en amortir la baisse qui serait susceptible d'intervenir. Les dispositifs fiscaux favorables à ce type de placement, ainsi que la possibilité d'agir pour réduire les conséquences des événements climatiques extrêmes, viennent conforter le fait que la forêt se positionne plus que jamais, dans une conjoncture économique et financière incertaine, comme un placement alternatif, ajoute-t-elle.

Une nouvelle fiscalité

Dans le cadre de la loi de finances pour 2009, le placement forestier a été concerné par deux mesures fiscales visant à inciter les investisseurs. Le premier dispositif permettra une réduction d'impôt sur le revenu afin de soutenir la réalisation de travaux forestiers. Cela concerne les opérations de renouvellement des peuplements et leur entretien, la création de routes forestières et d'aménagements pour la mobilisation des bois. Cette mesure est destinée à tous les producteurs de bois qui souhaitent faire des travaux forestiers, dès lors qu'ils détiennent leurs forêts en direct ou sous forme de parts de groupement forestier.
Le second dispositif traite sur un même pied d'égalité au regard de l'Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) tous les porteurs de parts de groupements forestiers quel que soit leur mode de constitution (apports en nature ou en espèces) alors que ce n'était pas le cas jusqu'à maintenant.
Aux yeux de la Société forestière ces nouveautés fiscales vont encourager la venue de capitaux vers ce secteur de l'économie.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Qualification OPQIBI : ingénierie pour la restauration des cours d'eau OPQIBI